Dans le cadre des huitièmes de finale aller de la Ligue des champions, l’Atlético de Madrid accueillait la Juventus au Wanda Metropolitano. Diego Simeone qui n’avait jamais perdu face à une équipe italienne sur le banc des Colchoneros, alignait un 4-4-2 et titularisait Diego Costa en pointe avec Antoine Griezmann. Côté Juve, Allegri optait pour un 4-3-3 avec le trio Ronaldo, Mandzukic, Dybala en attaque. Blaise Matuidi démarrait la rencontre dans l’entrejeu. Dès les premières secondes, la pression montait d’un cran. Sur une longue touche, Antoine Griezmann dans la surface tentait une volée qui passait largement au-dessus. Au début de sa tentative, l’attaquant français se faisait crocheter par Matuidi, mais l’arbitre ne bronchait pas (2e).

La Juventus répliquait par l’intermédiaire de Cristiano Ronaldo dont la lourde frappe sur coup-franc était déviée miraculeusement par Oblak (9e). La Vieille Dame se procurait une nouvelle occasion sur phase arrêtée. Sur un corner frappé par Pjanic, Bonucci prenait le dessus et voyait sa tentative de la tête filer juste au dessus (12e). Les Colchoneros répliquaient quasiment instantanément sur un ballon mal renvoyé par la défense turinoise, Partey décochait une belle frappe bien captée par Szczęsny (15e). En difficulté dans le jeu, l’Atlético s’en remettait à Antoine Griezmann. Le champion du monde frappait bien son ballon sur coup-franc et obligeait Szczęsny à boxer le ballon en corner (29e). Les débats se hachaient au fil des minutes et les occasions se faisaient de plus en plus rares.

Gimenez délivre l’Atlético de Madrid

Au retour des vestiaires, l’Atlético de Madrid manquait l’ouverture du score. Sur un ballon récupéré par Griezmann, l’international français lançait instantanément Diego Costa dans la profondeur qui perdait son duel face à Szczęsny (51e). Les Colchoneros se montraient une nouvelle fois dangereux deux minutes plus tard. Bien lancé par Koke, Griezmann voyait son lob heurter la transversale (53e). Le match s’emballait quelque peu. Bien lancé par Matuidi, Ronaldo prenait de vitesse Gimenez mais voyait sa frappe détournée en corner par Diego Godin (59e). Les hommes de Diego Simeone prenaient l’avantage dans le dernier quart d’heure.

Sur un corner mal négocié par la défense de la Juventus, le ballon revenait sur Gimenez au point de penalty qui d’un tacle rageur trompait Szczęsny (1-0, 78e). Les Colchoneros se détachaient en fin de match. Sur un coup-franc tendu frappé par Griezmann, Mandzukic négociait mal le ballon qui revenait sur Godin qui d’une frappe déviée par Ronaldo trompait Szczęsny (2-0, 83e). Dans les ultimes instants, Oblak sauve les siens en détournant en corner une belle frappe de Bernardeschi (90e). Quelques secondes plus tard, Thomas Lemar bien servi par Saul Niguez tentait sa chance mais sa frappe n’était pas cadrée (90+3). Grâce à ce succès, l’Atlético de Madrid prenait une sérieuse option sur la qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Griezmann (7) : l’attaquant français a réalisé une entame de match tonitruante. Le champion du monde se procure sa première opportunité dès la 2ème minute. Il effectue un petit numéro en éliminant Chiellini et Bentancur tour à tour, mais ajuste mal sa passe (6e). Dans tous les bons coups offensifs de son équipe, ses multiples appels sont précieux à son équipe. Sa frappe tendue sur coup-franc est bien boxée par Szczęsny (29e). Aurait pu se muer en passeur décisif si Diego Costa n’avait pas perdu son duel face à Szczęsny (51e). Son lob génial vient mourir sur la transversale (53e). Son coup-franc tendu mal renvoyé par Mandzukic provoque le deuxième but de Godin (83e). Averti à la 89e. Encore une belle performance ce soir.

Atlético

- Oblak (7) : le portier des Colchoneros s’est distingué en début de match en détournant en corner une lourde frappe de Ronaldo sur coup-franc (9e). Impérial sur une superbe frappe de Bernardeschi en fin de match (90e). Si il a eu très peu de travail à effectuer, le gardien slovène s’est montré impeccables sur ses interventions. Ce dernier enchaîne son quatrième clean sheet en Ligue des champions.

- Filipe Luis (5,5) : comme à son habitude, le latéral gauche brésilien a essayé d’apporter le surnombre offensivement. L’international auriverde a bien muselé Paulo Dybala sur son côté gauche.

- Diego Godin (7) : le capitaine de l’Atlético avait la lourde charge de surveiller Cristiano Ronaldo ce soir. L’international uruguayen a éprouvé quelques difficultés y compris dans le domaine aérien. Il sauve les siens en se sacrifiant sur une frappe de Ronaldo (59e). Capitaine courage et exemplaire, il met son équipe à l’abri en reprenant victorieusement un ballon mal renvoyé par Mandzukic (2-0, 83e).

- Gimenez (6,5) : le défenseur central uruguayen a lui aussi connu quelques problèmes face au trio infernal de la Juve. Sur le fil du rasoir par moments, ce qui se ressentait dans ses interventions. Sa grinta reste un atout indéniable dans les duels. Se fait déborder par Cristiano Ronaldo, heureusement sans conséquence (59e). Le numéro 24 de l’Atlético délivre les siens sur un tacle rageur au point de penalty (1-0, 78e).

- JuanFran (6) : le latéral espagnol s’est évertué à bien défendre dans un premier temps. Il a très peu participé aux phases offensives dans le premier acte. Beaucoup plus à son aise dans les duels en fin de première période. Sérieux défensivement, il a donné du fil à retordre à Mandzukic dans son couloir.

- Koke (6) : le milieu ibérique s’est souvent projeté vers l’avant et a essayé de combiner avec Griezmann et Diego Costa. Bien muselé par les défenseurs de la Juve, il n’a pas eu son influence habituelle dans le premier acte. Son excellente passe pour Griezmann aurait pu s’avérer décisive, mais le lob du Français heurte la transversale (53e). Remplacé à la 67e par Correa qui n’a pas trop pesé sur les événements.

- Rodri (5,5) : très travailleur, le milieu espagnol a souffert face à la grosse activité de la Juventus dans l’entrejeu. Très discipliné, il s’est mué en premier relanceur de son équipe dans le second acte. Sa qualité dans les transmissions reste un de ses points forts.

- Partey (5) : l’homme aux trois poumons des Colchoneros, a multiplié les efforts une nouvelle fois. Sa grosse activité s’avère précieuse notamment dans le replacement défensif. Auteur d’une belle frappe bien captée par Oblak (15e). Il manquera également le match retour suite à un avertissement (45+3). Remplacé à la 60e par Lemar qui est à l’origine de l’ouverture du score signée Gimenez (78e). L’ancien Monégasque manque le KO dans les ultimes secondes avec une frappe qui passe au-dessus (90+3).

- Saul Niguez (5,5) : l’international espagnol a traversé le premier acte comme un mirage. Si il n’a pas manqué de volonté, il a fourni beaucoup d’efforts dans le vide. Beaucoup d’efforts notamment dans le repositionnement défensif. Précieux en fin de match grâce à nombreux ballons récupérés. Aurait pu devenir passeur décisif pour Thomas Lemar en fin de match (90+3).

- Diego Costa (4,5) : l’attaquant espagnol s’est distingué par une certaine nervosité en début de match. Se fait avertir rapidement (8e) et ne pourra pas participer au match retour. Le buteur ibérique a essayé de peser à sa manière sur la défense de la Vieille Dame. Perd son duel face à Szczęsny en début de seconde période (51e). Remplacé à la 57e par Alvaro Morata qui pensait ouvrir le score pour les siens avant que la VAR ne confirme une faute sur Chiellini (72e). La remise de la tête du buteur espagnol amène le but de Gimenez (78e).

- Griezmann (7) : voir ci-dessus

Juventus :

- Szczesny (5) : le portier polonais a commencé son match en captant une puissante tentative de Partey (14e), avant de repousser un coup-franc de Griezmann (28e). Il a ensuite réalisé une parade fantastique sur un piqué de Griezmann (51e). Après avoir été battu par Morata, un but finalement refusé (72e), il a été surpris par Gimenez à bout portant (78e) et Godin, contré par Ronaldo (83e).

- De Sciglio (3) : le latéral italien a tenté d’apporter offensivement, mais il a été surpris par Diego Costa à plusieurs reprises dans son dos, ce qui est passé proche d’entraîner un penalty, finalement transformé en coup-franc grâce à la VAR (27e). Finalement, il n’a jamais su apporter le danger et a subi les vagues madrilènes comme ses compères de la défense.

- Bonucci (5) : pour son 500e match en professionnel, l’Italien a failli se muer en buteur mais sa tête est passé au-dessus (11e). Défensivement, il a beaucoup été confronté à Diego Costa, qui l’a pris de vitesse après la pause, sans cadrer (49e). Il a ensuite été gêné sur l’ouverture du score de l’Atlético de Madrid (79e).

- Chiellini (4) : le capitaine italien de la Juventus a été solide défensivement dans le premier acte malgré les nombreuses vagues de l’Atlético de Madrid. Il s’est même permis de monter à plusieurs reprises pour apporter une aide aux offensifs de la Juve (34e). Son contrôle manqué est passé proche de coûter très cher (49e), et il s’est fait devancer par Morata lorsque ce dernier a marqué, un but finalement refusé (70e).

- Alex Sandro (4) : le Brésilien a connu un début de match compliqué où il a souvent été en retard dans les duels et où il a peiné à apporter offensivement hormis sur un centre pour Mandzukic (23e). Sa deuxième mi-temps a été difficile faxce notamment aux efforts de Griezmann dans le couloir. Averti, il manquera le match retour.

- Matuidi (5) : l’ancien milieu de terrain du PSG a réalisé plusieurs jaillissements dans les pieds des Colchoneros, et a participé au jeu collectif des siens. Il est cependant passé proche de concéder un penalty après un pied haut sur Griezmann non sanctionné (2e). Meilleur élément des milieux de la Juve, il a été remplacé par Cancelo (84e).

- Pjanic (4) : l’ancien Lyonnais a encore fait parler son talent sur les coups de pied arrêtés, à l’image d’un ballon déposé pour Bonucci (11e). Mais dans le jeu, il a eu peu de bons ballons à se mettre sous la dent dans une rencontre où les milieux de l’Atlético de Madrid ont fait le travail. Remplacé par Emre Can (72e).

- Bentancur (3) : l’Uruguayen a peiné dans le jeu où on ne l’a pas vraiment vu à son avantage. Il s’est fait enrhumer par Griezmann en début de match (6e). Il n’a jamais réussi à amener le danger dans le camp madrilène, et s’est plusieurs fois fait éliminer trop facilement sur les bons coups offensifs de l’Atlético de Madrid.

- Dybala (3) : le numéro 10 de la Juventus a connu une première période compliquée, où il a peiné à apporter offensivement. Il a cependant tenté sa chance mais a buté sur Oblak (34e). Discret, il a été remplacé par Bernadeschi (79e), qui a eu l’occasion de s’illustrer mais Oblak a repoussé sa tentative (88e).

- Mandzukic (3) : le Croate a immédiatement fait parler son jeu de tête, défensivement comme offensivement où il a dominé Godin sans parvenir à cadrer (23e). Seulement, il est fautif sur les deux buts, un peu malgré lui, puisqu’il a remis par deux fois le ballon sur les buteurs de l’Atlético de Madrid.

- Ronaldo (4) : de retour à Madrid, le Portugais a immédiatement annoncé la couleur d’un coup-franc somptueux repoussé par Oblak (8e). Mais ensuite, il a tenté de faire des différences seul et a perdu plusieurs ballons. Il a également tenté sa chance à chaque fois qu’il a eu un peu d’espace, souvent sans cadrer. Il a été le joueur offensif le plus en vue côté turinois, à l’image d’un débordement sur Gimenez (59e). Finalement, il a disparu, comme ses compères offensifs, et a dévié malencontreusement le ballon sur le but de Godin (83e).