C’est reparti pour la Ligue des Champions, et avec elle, notre traditionnelle équipe type des lendemains de matches. La rédaction FM vous propose ainsi un tour d’horizon des joueurs qui sont sortis du lot lors de la sixième et dernière journée de phase de poules. Une formation en 4-2-3-1, résolument offensive, qui vient symboliser une semaine européenne particulièrement prolifique en termes de buts.

- Abbiati (Milan) : réduit à 10 au bout de 22 petites minutes, le Milan a souffert pour tenir un nul face à l’Ajax, et ainsi valider sa qualification pour les huitièmes de finale de LdC. Pour ce faire, il s’en est remis au talent et à l’expérience d’un certain Abbiati. Le portier a sorti 5 parades déterminantes, et n’a pas manqué de grappiller de précieuses secondes pour glaner ce résultat positif.

- Grosskreutz (Borussia Dortmund) : il a délivré le vice-champion d’Europe, qui est passé à 4 petites minutes d’une élimination en LdC. Outre son but libérateur, l’arrière droit a disputé un match solide face à l’OM. Jamais débordé, il n’a en revanche eu de cesse de mettre l’arrière garde olympienne en danger avec ses montées.

- Toprak (Bayer Leverkusen) : à l’instar de Grosskreutz, le central a été l’auteur du but qualificatif des siens pour le second tour. L’international turc, unique réalisateur face à la Real Sociedad, s’est également illustré dans son registre de prédilection, se montrant intraitable dans les duels avec les attaquants espagnols.

- Piqué (FC Barcelone) : buteur également, le central catalan a ouvert le gala du Barça face au Celtic, avant que son coéquipier Neymar n’assure le show. Mais au-delà de sa réalisation, le défenseur s’est fendu d’une belle prestation, rassurant pour son arrière garde avec une aisance indéniable à la relance.

- Kolarov (Manchester City) : le latéral gauche a été l’un des grands artisans du succès citizen sur la pelouse du champion d’Europe en titre le Bayern. S’il a parfois été dépassé par la vivacité des attaquants bavarois, le Serbe a pris ses responsabilités pour inscrire le pénalty qui permettait alors aux siens d’égaliser.

- De Jong (Milan) : dans le contexte qui fut celui de ce Milan-Ajax, où les Rossoneri ont évolué en infériorité numérique dès la 22e minute, les qualités du pitbull néerlandais ont été sublimées. Face à son club formateur, le très hargneux milieu de terrain s’est battu sur tous les ballons, a mordu du tibia et effectué des fautes utiles aux moments adéquats. Le tout, pour permettre aux siens de conserver un 0-0.

- Modric (Real Madrid) : le Croate a été déterminant dans le dernier succès du Real sur la pelouse du plus modeste Copenhague. Premier buteur, avec une merveille d’enroulé en lucarne, il a parfaitement assisté Xabi Alonso dans la tâche de distribution du jeu madrilène. Un match plein, tout simplement.

- Cristiano Ronaldo (Real Madrid) : la présence de CR7 dans ce onze relève davantage de la symbolique. Face à Copenhague, la star madrilène a en effet raté un pénalty, et n’a pas livré son habituelle copie. Seulement, son but lui a permis de rentrer dans l’histoire de la compétition, le Portugais devenant le premier joueur à atteindre le total de 9 buts sur une phase de poules de Ligue des Champions.

- Sneijder (Galatasaray) : pas vraiment transcendant face à la Juventus, le numéro 10 néerlandais n’a cependant pas failli à sa réputation de joueur “capable de débloquer un match sur une seule et unique action”. Et le fait que cette action débouche sur un but de classe et surtout qualificatif pour le second tour valait bien une présence dans ce onze.

- Milner (Manchester City) : si Kolarov est un artisan, Milner est l’homme du succès mancunien sur la pelouse du Bayern. C’est simple, il est impliqué sur tous les buts inscrits par les siens : c’est lui qui délivre l’assist pour David Silva, lui qui provoque le pénalty transformé par son latéral, lui qui inscrit le but de la gagne. Énorme.

- Neymar (FC Barcelone) : ceux qui doutaient encore de Neymar, ou ceux qui attendaient encore un véritable match référence du prodige brésilien, le tiennent enfin avec le match du Barça face au Celtic. Auteur d’un retentissant triplé et d’une passe décisive, l’international auriverde a signé son premier coup d’éclat. De quoi faire taire ses derniers détracteurs ?

Les cinq autres joueurs présélectionnés : Sommer (FC Bâle), Matip (Schalke), Raul Garcia (Atlético Madrid), Hazard (Chelsea), Saviola (Olympiacos)

Dans le même thème :

- Ligue des Champions : l’équipe type de la cinquième journée !