La Ligue des Champions était de retour au Groupama Stadium ce soir. Les troupes de Sylvinho lançaient cette nouvelle épopée européenne avec un duel face au Zenit, dans ce groupe G aussi passionnant qu’équilibré. Après une série de mauvais résultats en Ligue 1, les Lyonnais avaient donc une occasion en or pour se refaire, face à des Russes co-leaders de leur championnat après neuf journées. Le tacticien brésilien nous réservait quelques surprises, à l’image de ce trio Tousart-Mendes-JRA au milieu. Devant, il misait sur ce trio Traoré-Dembélé-Depay, alors que Denayer récupérait sa place dans l’axe de la défense, aux côtés de Marcelo. En face, Sergueï Semak misait sur un 3-4-3 plutôt défensif, avec le célèbre Artem Dzyuba, et les menaces Sebastian Driussi et Sardar Azmoun. Malcom, blessé, n’était pas disponible. Au final, il n’y a pas eu de vainqueur dans cette rencontre (1-1).

Le début de la rencontre était assez équilibré, avec des situations intéressantes des deux côtés, la faute à de nombreux espaces laissés par les deux formations. Anthony Lopes devait déjà intervenir sur cette frappe de l’extérieur de la surface d’Osorio dès la quatrième minute. Peu à peu, l’OL prenait l’ascendant en termes de possession, mais le club de Saint-Pétersbourg résistait, et opérait en contre. Lopes sortait une nouvelle belle parade sur cette tentative lointaine d’Azmoun (21e). Traoré s’essayait lui à la demi-volée, mais Lunev s’emparait facilement du cuir (22e). Dembélé, profitant d’une erreur de la défense, voyait son tir passer légèrement au-dessus de la barre (24e). L’animation offensive rhodanienne restait assez pauvre, et ne semblait se baser que sur l’attente d’éventuels exploits individuels de ses joueurs offensifs. Marcelo était proche de trouver la faille sur cette tête qui frôlait le poteau (36e).

Un OL en manque d’idées

Et c’est le Zenit qui allait frapper en premier, via Azmoun, qui était pourtant tout proche de sortir à cause d’une blessure quelques minutes plus tôt. Après un une-deux avec Dzyuba à l’entrée de la surface, l’Iranien parvenait à se défaire d’une flopée de défenseurs lyonnais et crucifiait Lopes (0-1, 41e). L’OL était dans le dur, en manque d’idées face à un rival costaud et efficace, et les vingt-deux acteurs de la partie rentraient aux vestiaires sur ce court avantage russe. Azmoun devait définitivement quitter la pelouse à peine la deuxième période entamée, laissant sa place à Ozdoev. Ce dernier fauchait ensuite Depay dans la surface, et le Néerlandais transformait à merveille (1-1, 51e), tout en puissance. De quoi rebooster les Lyonnais, même si le rythme restait assez lent.

Yuri Zhirkov répondait avec cette frappe puissante, qui filait finalement au-dessus des cages défendues par Anthony Lopes (57e). Jeff Reine-Adélaïde, après un caviar de Dubois, manquait le cadre, seul dans la surface pourtant (60e). L’OL était de plus en plus à l’aise, avec un bon JRA, mais ses lacunes défensives pouvaient lui coûter cher, comme sur cette action de Dzyuba (70e). Étrangement, on avait l’impression que les deux équipes se satisfaisaient de ce score de parité. Depay manquait même une sacrée occasion de fusiller Lunev, sortant une frappe timide alors qu’il était très bien positionné devant le portier (79e). Le score n’a plus bougé, malgré une nouvelle occasion pour Dzyba (88e), et l’Olympique Lyonnais prend donc un petit point au terme de cette entrée en matière européenne.

Revivez le film de la rencontre sur notre live.

L’homme du match : Reine-Adélaïde (7) : la dernière recrue de l’OL a du ballon, ça se sent et ça se voit. Problème, ses enchaînements ne vont pas toujours au bout, souvent à cause de mauvais choix (10e, 58e). Ses accélérations (69e) et sa qualité technique ont fait beaucoup de bien à son équipe même s’il a parfois disparu durant la rencontre. Son action à l’heure de jeu résume bien son match où il percute dans l’axe, décale idéalement Dubois, avant de rater le cadre seul dans la surface (59e). Il est l’une des grandes satisfactions de ce soir côté lyonnais. Remplacé par Terrier (85e) qui n’a pas eu le temps de se mettre en valeur

OL

- Lopes (5,5) : une première sortie hasardeuse sans conséquence (3e) puis une frappe vicieuse d’Azmoun qu’il fait bien de sortir (21e). Présent sur quelques sorties aériennes, il ne peut pas grand-chose sur le but d’Azmoun (41e). Il a vécu une seconde période plus tranquille, se contentant de contrôler les opportunités non cadrées des Russes. Son jeu au pied a plutôt été satisfaisant.

- Dubois (5,5) : discret en première période, l’ancien Nantais n’a pas été soumis à rude épreuve, les actions russes ne passant pas souvent par son côté. Pas vraiment mis en danger, il n’a pas non plus réalisé un gros boulot devant, malgré quelques appels tranchants. Il offre un excellent centre au deuxième poteau pour Dembélé qui ne peut reprendre (26e). Il couvre Dzyuba le passeur décisif sur le but d’Azmoun (41e). Une erreur pas sans conséquence même si l’international français a connu du mieux en seconde période avec ce centre pour Reine-Adélaïde (69e) et cette frappe à ras de terre (88e).

- Marcelo (5,5) : en manque de rythme et de repères, le Brésilien n’était sans doute pas prêt pour ce type de rencontre. Ses premières interventions n’ont pas toujours été rassurantes, hésitant même à sortir sur son adversaire. Complètement statique sur le but du Zenit, il aura simplement remporté quelques duels. Son jeu de tête sur coups de pied arrêtés a fait du bien dans les deux surfaces (36e) et sa deuxième mi-temps est meilleure où il a pris le dessus sur ses vis-à-vis.

- Denayer (5,5) : à l’inverse de son coéquipier en défense centrale, le capitaine belge a été important dès le début de rencontre en dégageant les ballons chauds (1e, 3e). Autoritaire face à Dzyuba (28e) malgré son déficit de taille et de physique, il a offert par mal d’assurance à une équipe qui en a manqué terriblement. Étonnamment, il a connu une seconde période plus compliquée où il aura souffert dans le placement (76e). Son jeu de tête a été précieux.

- Koné (6) : une entente pas toujours très claire avec Memphis mais le Malien s’est donné. Son apport offensif a donné satisfaction à défaut d’avoir été concluant puisque ses centres n’ont pas toujours abouti (12e, 29e). Une frappe intéressante mais pas assez appuyée pour inquiéter Lunev (8e). Des problèmes de concentration à l’image de ce hors-jeu évitable (45e) et quelques ballons perdus bêtement. Une fin de match plus compliquée. Averti (71e).

- Reine-Adélaïde (7) : voir ci-dessus.

- Tousart (4) : titulaire surprise à la place d’Aouar, le capitaine de l’équipe de France Espoirs a souffert de problèmes de placement. Azmoun ou encore Driussi ont trop souvent réussi à se déplacer entre les lignes. Imprécis aussi dans ses relances et ses dégagements (62e), l’ancien Valenciennois a cassé quelques offensives en ratant ses transmissions. Il a manqué d’agressivité dans ses interventions, laissant du champ à ses adversaires.

- Mendes (4) : il a su dépasser sa fonction en dézonant ou prenant la profondeur (14e) mais il n’aura pas donné satisfaction que trop rarement dans cette rencontre. Le Brésilien se sera montré passif sur l’ouverture du score où il oublie dans son dos Azmoun seul aux vingt mètres. Il n’a pas fait circuler le ballon assez vite pour ses partenaires offensifs. L’ancien Lillois a rendu une copie décevante.

- Traoré (2,5) : un début de match encourageant puis il est vite retombé dans ses travers. Balle au pied, le Burkinabé a ralenti le jeu sans cesse (17e, 31e, 45e+2, 72e), s’empalant sur la défense et laissant souvent le pauvre Dubois proposer des solutions dans le vide. Une fois, il a pu décaler son coéquipier, offrant un bon centre (26e). Même ses rares coups de pied arrêtés n’ont rien donné (39e) et il n’a pas assez aidé dans le repli défensif. Remplacé sous les sifflets par Cornet (76e) qui a eu une bonne situation de frappe (85e).

- Dembélé (3,5) : il a traversé ce match comme un fantôme. Pas aidé par les nombreux mauvais choix de Traoré et de Memphis, l’attaquant n’a quasiment pas eu de ballons à exploiter. Il est trop court, en plus d’être légèrement bousculé, sur ce centre de Dubois (26e) et enlève trop sa frappe sur ce ballon perdu par la défense russe (24e). Il a complètement disparu la majeure partie de la seconde période avant de ressurgir en fin de rencontre où Memphis peut lui mettre dans les pieds (80e) et Rakitskiy contre sa frappe in extremis (84e).

- Depay (5,5) : quel match frustrant. Comme trop souvent, il n’affiche pas du tout le même niveau de performances en équipe nationale et à l’OL. L’international néerlandais a beaucoup tenté mais sans réussir grand-chose. Ses choix ont parfois été trop tardifs (12e, 44e), trop individualistes (80e). Si ses coups de pied arrêtés ont plutôt été bien tirés, ses centres n’ont presque jamais trouvé preneur. Il a pourtant eu des occasions pour être décisif.

Zenit

- Lunev (5,5) : le portier du Zenit n’a finalement pas eu tant de boulot que ça. Et pour cause, les attaquants lyonnais ne l’ont pas tellement sollicité et il n’a pas eu à intervenir si ce n’est sur quelques frappes sans réel danger de Traoré ou de Depay. Il ne peut rien sur le penalty de Depay, forcément. On mettra à son actif quelques bonnes interventions dans le jeu aérien tout de même.

- Osorio (6) : l’international vénézuélien a été plutôt bon ce soir dans la défense à trois du Zenit. En première période, il a réalisé plusieurs bonnes interventions dans sa surface, face à Memphis Depay notamment. Il a terminé la rencontre en tant que latéral, lorsque Semak a décidé d’adopter une stratégie plus offensive, et il ne s’en est pas trop mal sorti dans ce registre.

- Ivanovic (6,5) : dans l’axe de cette défense, l’ancien de Chelsea a fait étalage de toute son expérience dans la compétition et dans le football en général. Il a bien muselé un Moussa Dembélé impuissant, en plus d’avoir mené sa défense d’une main de fer. On a ainsi souvent vu le capitaine repositionner les siens derrière, et lui même a fait le boulot en remportant plusieurs duels et en interceptant plusieurs ballons. Un match de patron, comme on dit.

- Rakitskiy (5,5) : lui aussi a livré une partition plutôt correcte. Il faut dire qu’en face de lui, il avait un Bertrand Traoré pas franchement inspiré. Il n’a pas fait dans la dentelle comme on dit, dégageant de nombreux ballons, et coupant quelques offensives n’y allant pas de main morte dans les duels. Il a cependant aussi réalisé quelques erreurs qui auraient pu coûter cher à son équipe si les Lyonnais avaient été un peu plus inspirés.

- Karavaev (5,5) : aligné sur le flanc droit de la défense, il a rendu une copie assez honnête. Il s’est montré solide, jouant assez bas, ce qui a aussi expliqué son manque d’apport offensif, si ce n’est sur quelques situations isolées. Oleg Shatov a pris sa place à la 78e mais l’ancien espoir du football russe n’a pas vraiment eu d’opportunités de s’illustrer.

- Barrios (6) : l’ancien de Boca a fait ce que son entraîneur attendait de lui. Un match sérieux devant sa charnière centrale, aidant beaucoup ses joueurs de couloirs à contenir les offensives lyonnaises. Il ne s’est pas seulement contenté de défendre, puisqu’il a aussi été précieux dans l’élaboration des actions, perçant souvent des lignes via des transmissions à destination de joueurs plus avancés sur la pelouse.

- Douglas Santos (5,5) : le joueur brésilien, arrière gauche habituellement, a été aligné dans l’entrejeu ce soir, dans un registre plutôt défensif. En vrai chien de garde de la défense avec son compère colombien, il n’a pas laissé passer grand monde... Mieux, il a été impliqué sur l’ouverture du score, trouvant Azmoun avant que ce dernier n’enchaîne avec Dzyuba. Pari plutôt réussi pour l’entraîneur du Zenit.

- Zhirkov (5,5) : le piston gauche vétéran a été assez discret sur les séquences offensives de son équipe, ayant probablement reçu des consignes de son coach pour ne pas montrer. Comme son pendant à gauche. Il a en revanche toujours joué propre lorsqu’il a eu le ballon, cherchant à aller de l’avant. Défensivement, il n’a pas vraiment souffert. Kuzyaev a pris sa place à la 64e minute mais n’a pas su faire de différences.

- Driussi (4) : l’ex pépite de River a déçu ce soir au Groupama Stadium. Le meneur de jeu argentin a été un peu effacé en première période. Il faut dire que le plan de jeu adopté par son coach ne l’aidait pas, mais on a pu sentir sa qualité technique supérieure lorsqu’il a eu le cuir dans les pieds. Au retour des vestiaires, on en attendait donc plus. Mais il a complètement disparu de la rencontre...

- Azmoun (7) : la star de la formation russe a eu quelques actions intéressantes à mettre à son actif en première période. On pensait qu’il allait devoir laisser sa place à cause d’une blessure à la cheville, mais il a finalement décidé de rester... Pour le plus grand malheur des Lyonnais, puisqu’il a marqué dans la foulée (41e). Il a cependant dû laisser sa place à Ozdoev dès la reprise de la deuxième période. Ce dernier offrait un penalty à Depay et a été assez peu influent dans le jeu.

- Dzyuba (6) : le géant russe a fait mal à l’OL. Ce n’est pas le joueur le plus doué balle au pied, ni le plus élégant, mais c’est un poison pour les défenseurs. Il a finalement été dans pas mal de bons coups devant, combinant avec Azmoun sur l’ouverture du score. Sa qualité dans le jeu aérien, bien aidé par sa taille, en a fait un joueur assez fatigant à neutraliser pour Denayer, même loin de la surface lyonnaise.