Et de 1 pour Mauro Icardi. L’attaquant argentin, âgé de 26 ans, a ouvert son compteur but avec le Paris Saint-Germain face à Galatasaray mardi soir pour le compte de la deuxième journée de Ligue des Champions. Un but consécutif à une action d’école, sur laquelle il a été parfaitement servi par Pablo Sarabia. Enfin, serait-on tenté de dire. Car jusqu’à sa réalisation, pas la plus dure de sa carrière, à la 52e minute, l’ancien joueur de l’Inter Milan pouvait être frustré. Frustré par le manque de ballons reçus dans le bon timing.

Contrairement à Cavani, qui se dépense et court beaucoup, ou à Mbappé, qui aime prendre de la vitesse, Mauro Icardi est un renard des surfaces, un joueur qui sait se démarquer sur un pas, sans jamais réellement bouger de la zone axiale. Or, le PSG n’a pas multiplié les centres contre Galatasaray et surtout les joueurs offensifs qui l’accompagnaient, Sarabia et surtout Di Maria, ont privilégié le dribble supplémentaire plutôt que de délivrer des passes en première intention.

« L’adaptation s’est très bien passée »

On a donc vu Icardi se plaindre auprès de certains coéquipiers après une vingtaine de minutes de jeu. Les appels étaient bons, mais il n’était que trop rarement le destinataire de ses partenaires. Jusqu’à cette fameuse 52e minute où le PSG a enclenché une action limpide, basée sur une répétition de passes. Pas étonnant d’ailleurs que ce soit Sarabia, lui aussi amateur de ce genre de combinaisons, qui ait été à la passe décisive.

Ce but vient en tout cas rehausser la prestation d’Icardi, qui a touché peu de ballons (14 seulement avant son but), et lancer définitivement son aventure avec le PSG. « Je suis content d’avoir marqué un but décisif. (…) Je ne suis pas encore à 100 %. Mais avec un but, la douleur passe. Je vais continuer et je vais récupérer », a-t-il déclaré en zone mixte, où il s’est arrêté furtivement. « L’adaptation s’est très bien passée. Il y a des joueurs qui parlent espagnol, ça facilite les choses. (…) C’est plus facile de s’intégrer avec des joueurs de cette qualité ». C’est aussi plus facile d’obtenir du temps de jeu lorsque les autres attaquants sont sur le flanc (Cavani) ou encore un peu juste (Mbappé). Icardi aura peut-être l’occasion de confirmer face à Angers samedi et ainsi marquer des points dans l’esprit de Thomas Tuchel.