Le Tottenham qui s’est présenté hier soir face au RB Leipzig n’avait plus grand-chose à voir avec le finaliste de la précédente édition de la Ligue des Champions. Handicapé par les nombreuses absences pour blessure (dont Kane et Son), le club londonien a fait pâle figure lors de son huitième de finale aller, largement dominé par une équipe allemande conquérante et qui aurait pu repartir avec une avance bien plus confortable que le 1-0 glané.

La performance collective décevante des Spurs était le thème principal de l’après-match outre-Manche et José Mourinho n’a pas coupé aux questions sur le sujet. Interrogé au micro de BT Sport, il lui a été demandé pourquoi il avait fallu attendre les 20 dernières minutes du match pour voir les « vrais Spurs ». Ce qui a donné lieu à une nouvelle sortie médiatique spéciale Mourinho. « Allons, comment ça les vrais Spurs ? Allons, allons. Soyons honnêtes et disons que les garçons ont donné tout ce qu’ils pouvaient. Lamela par exemple, vous savez combien de séances d’entraînement il a faites avec l’équipe ? Zéro. Directement de blessé au terrain, direct 20 minutes de Champion’s League. C’est ça notre équipe. On peut le voir de deux manières. La première perspective, c’est de voir un groupe formidable, avec des mecs formidables qui tentent tout. Mais d’un autre côté, vous voyez comment nous sommes en ce moment. Vous voyez les mecs d’en face, ils jouent avec Schick, Werner, Nkunku. Nkunku est fatigué ? Il sort, place à Forsberg. Schick est fatigué ? Il sort, place à Poulsen. Voilà notre situation. C’est comme se battre avec un pistolet, mais sans balles », a répondu le Special One.

Et pendant ce temps-là, Chelsea...

Loin d’établir un constat défavorable, Mourinho a félicité ses joueurs et estimé que son équipe avait livré un bon match. « Donc nous avons fait ce que nous pouvions. Vous pouvez me dire que nous avons eu de la chance, mais je ne suis pas d’accord. Nous avons un grand gardien qui a fait deux arrêts fantastiques. Ce n’est pas de la chance, c’est un grand gardien. Leur gardien aussi a fait deux incroyables arrêts. Nous avons eu nos chances, nous avons tout tenté. Je remercie les supporters pour leur soutien », a-t-il lancé, avant de revenir sur l’état physique de ses troupes. « Ce qui m’inquiète ce n’est pas le 1-0. C’est un résultat ouvert. On peut très bien aller là-bas et gagner. Ce qui m’inquiète, c’est de savoir quels joueurs j’aurai pour les prochains matches. Le prochain est dans deux jours. On peut voir que Lucas était totalement mort, Bergwijn totalement mort, Lo Celso mort. (…) Nous sommes en danger. »

Et il a évoqué la suite du calendrier, avec un match très important en Premier League sur la pelouse de son ancien club, Chelsea, à 13h30 samedi (et donc 12h30 heure anglaise). Un horaire qui fait clairement tiquer l’entraîneur portugais, qui n’a pas manqué de le souligner. « C’est comme ça. Pendant ce temps-là, les joueurs de Chelsea buvaient de l’eau pétillante avec du citron en regardant le match à la télé. Samedi matin, merci pour le choix du samedi matin, nous serons encore là. » Et José Mourinho peut déjà préparer son discours en cas de contre-performance.