Embarqué dans une crise de résultats depuis le début de la saison, Manchester United ne va pas bien. Arrivé comme le sauveur la saison passée, Ole Gunnar Solskjaer avait redonné espoir aux Red Devils en enchaînant les victoires avant d’obtenir une qualification miraculeuse face au PSG en huitième de finale de Ligue des Champions. Mais depuis, l’effet Solskjaer est bien retombé. MU ne produit plus de beau jeu, est distancé en championnat (12e de Premier League) et son meilleur élément, le Français Paul Pogba, désire plus que jamais plier bagage.

Pour se sortir de la crise, le géant anglais va sans doute relancer la machine à cash et se montrer très actif lors des prochains mercatos. Pas sûr toutefois que cela suffise à rassurer les fans mancuniens. Car si Manchester United a l’argent nécessaire pour se faire plaisir sur le marché, les dernières campagnes de recrutement millionnaires ont démontré qu’un lourd investissement n’est pas synonyme de succès s’il est mal pensé. Entre un entraîneur critiqué et une direction plus que jamais contestée, le soleil peine à percer les nuages gris planant sur Old Trafford. Mais pour le vice-président du club, Ed Woodward, ce procès d’intention n’est pas justifié.

Solskjaer reste l’homme de la situation

« Dire que des personnes qui ne viennent pas du monde du football prennent des décisions, c’est un mythe. C’est insulter les gens brillants qui travaillent sur la partie football de ce club. Nous avons développé notre cellule de recrutement ces dernières années et nous pensons être sur la bonne voie. Les avis sur les joueurs (pistés) et les décisions sont réalisés par cette cellule, l’entraîneur et son staff, pas par la direction. Les changements opérés depuis cet été ont débouché sur une équipe plus jeune. Cette équipe nous fournit une base sur laquelle nous pouvons bâtir et grandir », a-t-il déclaré dans des propos relayés par la BBC.

Défenseur de la politique de recrutement mancunienne, Woodward a également réitéré son soutien total à Solskjaer. « La deuxième partie de saison du dernier exercice (lorsque Solskjaer est arrivé, ndlr) illustre le plus ce à quoi nous voulons tendre. Nous avons vu une équipe jouer un football fluide, rapide et imprégné de la philosophie voulue par l’entraîneur. Ole a également réintégré la discipline qui nous manquait peut-être ces dernières années. Il construit une équipe qui respecte l’histoire du club et dans laquelle les joueurs travaillent et respectent leurs coéquipiers. Personne n’est plus grand que le club. » Peut-être, mais si les résultats ne suivent pas, pas sûr que le coach norvégien résiste encore longtemps aux vagues de critiques.