Nîmes-OM : les notes du match

Au terme d'un match relativement maîtrisé, le club olympien l'emporte (2-0) face à une équipe nîmoise limitée. Les hommes d'André Villas-Boas reviennent à une longueur du PSG au classement.

Dario Benedetto buteur face à Nîmes
Dario Benedetto buteur face à Nîmes ©Maxppp
La suite après cette publicité

Dans le cadre de la treizième journée de Ligue 1, le Nîmes Olympique recevait l'Olympique de Marseille au stade des Costières. Battus 3-0 par l'AS Monaco le week-end dernier, les hommes de Jérôme Arpinon voulaient se relancer pour prendre leurs distances avec la zone rouge. Côté marseillais, on souhaitait achever cette semaine en beauté après le succès obtenu face à l'Olympiakos en Ligue des champions (2-1) mardi soir. Pour cette affiche de 21 heures, les Crocos s'appuyaient sur un 4-3-3 avec le trio Ferhat, Duljević, Ripart en pointe. André Villas-Boas optait également pour un 4-3-3 avec un trio d'attaque composé de Cuisance, Benedetto et Payet.

Il fallait attendre la 12ème minute pour entrevoir la première occasion marseillaise du match. Sanson décalait sur la gauche Payet qui effectuait une feinte de frappe avant de voir sa tentative déviée en corner par Reynet. Les Crocos répliquaient sur un coup-franc frappé par Eliasson qui heurtait la transversale (16e). L'OM tentait de trouver l'ouverture avec Payet à la baguette qui servait Cuisance don la volée filait à côté (27e). Juste avant la pause, l'OM manquait d'un rien l'ouverture du score.

L'OM colle aux basques du PSG

Payet sur coup-franc trouvait la tête d'Alvaro Gonzalez qui passait juste à côté (45e). Au retour des vestiaires, les Olympiens se montraient à nouveau dangereux avec Sanson qui distillait un bon centre pour Benedetto dont la tête était bien captée par Reynet (49e). Fort logiquement, l'Olympique de Marseille ouvrait le score. Sur une transversale lumineuse d'Alvaro Gonzalez, Benedetto filait seul devant le but et trompait Reynet d'un joli piqué (0-1, 57e).

Les choses devenaient encore un peu plus complexes pour Nîmes qui terminait la rencontre à dix avec l'expulsion de Cubas (77e). L'OM réalisait le break en fin de match. Amavi décalait Sanson sur la droite qui distillait un bon centre pour Germain qui concluait de près (0-2, 84e). Grâce à ce septième succès de la saison, l'OM se hissait à la deuxième place et revenait à une longueur du PSG au classement.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L'homme du match : Payet (7) : positionné couloir gauche de l'attaque marseillaise, l'international français s'est procuré la première occasion du match. Sa feinte de frappe lui permet d'éliminer deux joueurs avant de voir sa tentative bien détournée par Reynet (12e). Souvent sollicité par ses partenaires, le numéro dix olympien s'est distingué par sa qualité dans les transmissions comme sur l'occasion de Cuisance (27e). Très affuté, son implication sur les offensives olympiennes ne s'est pas démentie. L'ailier olympien aurait pu être encore passeur décisif sur la tête d'Alvaro Gonzalez (45e). Même s'il fut moins en vue au retour des vestiaires, le principal protagoniste a livré une prestation probante ce soir. Remplacé à la 70e par Thauvin très actif qui a semé la zizanie dans la défense nîmoise

Nîmes

  • Reynet (4,5) : l'ancien portier toulousain a parfaitement entamé sa rencontre en repoussant à bout portant une puissante frappe de Payet (14e). Devant faire face à de nombreux ballons aux abords de sa surface, il n'a cependant pas eu grand chose à faire jusqu'à la 57e minute, où il ne pouvait que constater les dégâts devant Benedetto. Seul, et bien servi par Sanson, Germain le trompait à son tour à cinq minutes du terme (85e).

  • Burner (2,5) : le latéral droit formé à l'OGC Nice s'est trop souvent retrouvé en difficulté face à Payet notamment (14e, 37e). Son intervention pleine de panique devant Amavi rassurait encore moins ses partenaires (26e). Globalement dépassé tout au long de la rencontre, il a très certainement vécu l'une de ses pires soirées sous le maillot des Crocos.

  • Landre (3) : devant faire face à de nombreuses offensives marseillaises, l'ancien Lensois s'est trop souvent retrouvé en difficulté face à Payet qui lui a fait vivre une soirée bien compliquée (14e, 33e). Seul point positif de sa soirée : les duels aériens, domaine dans lequel il n'a pas flanché face à Benedetto (43e). L'Argentin avec qui les esprits ont chauffé peu avant la pause. Sa deuxième période n'était pas bien meilleure.

  • Miguel (3) : rapidement entré dans son match, il aurait toutefois pu voir son match virer au cauchemar sans son contrôle de la tête des plus sereins sur un centre à destination d'un Benedetto, peu loin de jaillir sur le cuir (8e). Une belle intervention qui n'était finalement qu'une illusion pour celui qui a comme ses partenaires, subi la quasi totalité de cette rencontre, finissant sans surprise par lâcher prise, pris dans son dos par Benedetto sur l'ouverture du score de l'attaquant argentin (57e).

  • Paquiez (4) : pas avare d'efforts dans son couloir gauche, le latéral gauche français de 24 ans a beaucoup combiné avec Eliasson et Ripart, créant quelques opportunités intéressantes. Défensivement, il n'a pas chômé non plus. Une bonne intervention devant Sanson (16e). Sa bonne entame de match ne durait cependant pas une éternité. En cause, la très grosse possession de balle marseillaise. Remplacé à la 90e par Alakouch.

  • Ahlinvi (3) : pris par la fougue du milieu de terrain marseillais, l'ancien guingampais a été inexistant dans l'entrejeu tant son équipe n'a pas vu le cuir en première période (28% de possession à la mi-temps). Son entame du second acte n'arrangeait pas les choses. Logiquement remplacé à la 61e par Fomba dont la rentrée ne changeait pas grand chose.

  • Cubas (3) : d'habitude très actif dans l'entrejeu, le milieu de terrain paraguayen n'a cette fois pas eu l'impact espéré tant les Marseillais ont privé de ballons les Crocos ce soir, tout en faisant preuve d'assurance balle au pied. Pas plus en en réussite sur ses quelques tentatives de passes en profondeur. Sa deuxième période n'était pas bien mieux, si ce n'est pire. Un enchaînement de passes ratées, avant de voir rouge à vingt minutes du terme en écopant deux cartons jaunes en l'espace de trois minutes. Un match à oublier pour lui.

  • Eliasson (4,5) : rapidement très actif dans son couloir gauche, l'ailier suédois de 24 ans a mis beaucoup d'intensité dans son jeu, voire un peu trop par moments, entraînant quelques fautes évitables (18e). Le tireur attitré des coups de pied arrêtés n'était cependant pas loin d'ouvrir le score d'une sublime frappe sèche sur coup-franc, que repoussait la barre transversale (17e). À l'origine de l'opportunité la plus dangereuse des Crocos, il a certainement été le meilleur nîmois ce soir, du moins le moins mauvais. Remplacé à la 90e par Roux.

  • Ferhat (3,5) : si son talent est indéniable, le numéro 10 algérien n'a ce soir pas eu la possibilité de faire des différences tant ses percussions balles au pied ont été inexistantes. D'autant plus que quand il a eu le ballon, il n'a rarement su quoi en faire, en attestent ses 10 ballons perdus.

  • Duljevic (3,5) : puissant dos au but, l'attaquant bosnien a tenté de faire parler ses qualités dans le jeu aérien, mais très souvent en vain (5e). Son début de match intéressant n'était finalement qu'une illusion tant les opportunités dangereuses n'ont que très peu existé ce soir côté Nîmois. Remplacé à la 61e par Kone qui du haut de son profil plus percutant a, eu la possibilité de donner quelques frayeurs à la défense olympienne en fin de match, en vain tant il se montrait maladroit face à Mandanda.

  • Ripart (3,5) : volontaire mais peu en réussite dans ses choix, le capitaine des Crocos n'a ce soir pas réussi à faire la différence, notamment dans le dernier geste ou encore dans la transmission du ballon (4e, 5e, 10e) 11e). Il a pourtant eu l'occasion de donner l'avantage aux siens à la suite d'une incompréhension dans la défense marseillaise, mais faisait une nouvelle fois preuve de maladresse. Un match frustrant tant il n'a par la suite pas eu grand chose à se mettre sous la dent.

OM

  • Mandanda (5) : le capitaine marseillais a eu chaud en début de match sur le coup-franc d'Eliasson qui heurte la transversale (16e). Pour le reste, le champion du monde n'a rien eu à faire ce soir.

  • Sakai (5,5) : le latéral japonais positionné couloir droit ce soir s'est évertué à bien bloquer son côté dans les premières minutes avant de prendre des initiatives offensives vers la demi-heure de jeu. Beaucoup plus réservé offensivement au retour des vestiaires. Toujours aussi généreux dans l'effort et courageux, il n'a pas concédé grand-chose ce soir.

  • Alvaro Gonzalez (6) : le défenseur central espagnol est toujours aussi volontaire et impliqué. Cela se traduit par une certaine solidité dans les duels. Averti à la 45e pour son implication dans des échauffourées. L'ancien joueur de Villarreal aurait pu marquer sur un excellent coup-franc de Payet (45e). Sa superbe transversale dans le dos de la défense nîmoise permet à Benedetto d'ouvrir le score (0-1, 57e). Sa qualité dans les relances reste à souligner.

  • Caleta-Car (5) : titularisé avec Alvaro Gonzalez dans l'axe de la défense, l'international croate s'est fait chahuter dans les duels par les attaquants nîmois. Averti à la 40e pour une vilaine faute. Le vice-champion du monde a été moins serein dans le domaine aérien qu'à l'accoutumée avec la présence de Ripart notamment. Quelques interventions judicieuses dans sa surface pour soulager sa défense.

  • Amavi (5,5) : l'ancien Niçois s'est rapidement projeté vers l'avant dans son couloir gauche, ce qui a semé le trouble au sein de l'arrière garde nîmoise. Rarement pris à défaut dans le premier acte sur le plan défensif. Son second acte fut plus poussif défensivement ce qui a forcément influé sur son implication offensive. Avec l'expulsion de Cubas, le latéral gauche olympien a pu à nouveau participer aux phases offensives. Son décalage pour Sanson amène le deuxième but marseillais (0-2, 84e).

  • Rongier (6) : positionné dans l'entrejeu, l'ancien Nantais s'est distingué par sa vision du jeu et sa qualité dans les transmissions. Sa volonté de toujours jouer vers l'avant reste intéressante. Toujours en mouvement, il arrive à créer des décalages dans le jeu par ses appels. Son deuxième acte fut plus compliqué notamment à cause de l'impact physique insufflé par les Nîmois au milieu. Remplacé à la 86e par Luis Henrique

  • Kamara (6) : positionné devant la défense, le jeune marseillais reste toujours aussi précieux par sa faculté à récupérer les ballons et à nettoyer l'entrejeu. Le numéro quatre olympien a essayé de lancer les offensives de son équipe dans le premier acte. Il n'a pas hésité à venir compenser pour aider Sakai par exemple. Volontaire dans l'impact, l'intéressé ne s'est pas caché ce soir. Remplacé à la 86e par Strootman

  • Sanson (6) : l'ancien Héraultais a éprouvé quelques difficultés à exister au milieu, malgré ses déplacements pour se rendre disponible. Il a souvent essayé de s'appuyer sur Payet dans le premier acte. Son bon centre pour Benedetto aurait mérité meilleur sort (49e). Le milieu olympien a essayé de jouer entre les lignes et d'offrir des solutions à droite pour désarçonner la défense nîmoise. Bien décalé par Amavi, son excellent centre permet à Germain d'inscrire le deuxième des siens (0-2, 84e). Une fin de match intéressante du numéro huit marseillais.

  • Cuisance (6) : électron libre sur le front de l'attaque marseillaise, l'ancien joueur du Bayern a essayé de combiner avec Payet et Benedetto sans trop de réussite en début de match. Averti à la 21e pour une main évitable. Bien alerté par Payet l'intéressé tente une volée compliquée (27e). Très disponible pour ses partenaires, il a pris beaucoup de coups en première mi-temps. Par la suite, le Français a disparu de la circulation. Remplacé à la 69e par Gueye qui a apporté de l'impact au milieu

  • Benedetto (5,5) : comme à son habitude, l'attaquant argentin se distingue par sa discrétion malgré une volonté évidente de combiner avec Payet et Cuisance par exemple. Le buteur phocéen manque une belle opportunité sur un bon centre de Sanson (49e). L'intéressé profite d'une superbe transversale d'Alvaro Gonzalez pour ouvrir le score d'un superbe piqué (0-1, 57e). L'Argentin confirme que le stade des Costières lui réussit particulièrement bien. Remplacé à la 71e par Germain qui a profité d'un caviar de Sanson pour inscrire le deuxième but marseillais (0-2, 84e).

  • Payet (7) : voir ci-dessus.

Plus d'infos

Commentaires