PSG : les 5 pièges à éviter pour venir à bout de la Real Sociedad

Par Max Franco Sanchez
4 min.
Les joueurs de la Real Sociedad célèbrent un but @Maxppp

Le PSG est, sans trop de surprise, favori pour s’imposer face à la Real Sociedad. Voici les 5 éléments clés de cette rencontre auxquels vont devoir être très attentifs les Parisiens.

On y est presque. Mercredi soir, le PSG jouera une grosse partie de sa saison face à la Real Sociedad. Un match aller au Parc des Princes où les hommes de Luis Enrique font logiquement office de grand favori. Mais les Parisiens vont aussi devoir se méfier de l’équipe basque. Voici les 5 clés de la rencontre pour espérer vivre une soirée sans mauvaise surprise.

La suite après cette publicité

Protéger la surface

C’est la grosse faiblesse de la Real Sociedad. La formation basque est une équipe plutôt joueuse, qui parvient à se frayer des chemins vers la surface rivale sans trop de complications. Seulement, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est aussi une équipe qui peine à marquer. Surtout dans les gros matchs. La faute à un secteur offensif dans lequel on ne retrouve aucun numéro 9 de garanties. Le départ d’Alexander Sorloth l’été dernier n’a pas été couvert ; Umar Sadiq ayant du mal à revenir de sa longue blessure alors qu’André Silva est un échec total. Il ne serait d’ailleurs même pas surprenant qu’Imanol Alguacil fasse le choix de jouer sans véritable numéro 9, avec un duo Oyarzabal-Kubo aux avant-postes. L’Espagnol et le Japonais sont d’ailleurs les meilleurs buteurs de l’équipe cette saison avec 8 et 6 réalisations en championnat. Si le PSG parvient à bien verrouiller sa surface, comme arrivent à le faire de plus en plus les équipes de Liga chaque week-end, il ne devrait donc pas trop souffrir.

À lire PSG : l’ancien directeur général s’inquiète du changement de stade

La bataille du milieu

S’il y a un secteur du terrain où la Real Sociedad peut regarder le PSG dans les yeux, et même avec un peu de supériorité, c’est bien l’entrejeu. Les Txuri-Urdines comptent ainsi dans leurs rangs des joueurs comme Martin Zubimendi, déjà considéré comme un des meilleurs milieux défensifs d’Europe et convoité par plein de cadors du Vieux Continent, mais aussi le box-to-box Mikel Merino et le créateur Brais Mendez. Trois internationaux espagnols qui sont des références en Liga, et qui ont tous des arguments pour faire mal aux Parisiens. Si on expliquait plus haut que la Real Sociedad a du mal devant, ces trois là sont assez coutumiers du fait de se projeter et de crucifier le rival avec une frappe de l’extérieur de la surface par exemple. Le milieu de la Real est en plus assez à l’aise dans différents contextes : lorsqu’il faut priver l’adversaire du ballon, quand il faut au contraire laisser le cuir au rival et ressortir vite, ou même dans un style de jeu un peu hybride et toujours difficile à appréhender pour les adversaires.

La suite après cette publicité

Neutraliser Kubo

Mais s’il y a un joueur qui sort du lot dans cette Real Sociedad, ce ne sont pas les trois joueurs cités plus haut, ni Mikel Oyarzabal ou Ander Barrenetxea, qui restent tout de même des joueurs à surveiller. Takefusa Kubo est le leader offensif de cette équipe et clairement son joueur le plus différentiel. On a bien vu ces dernières semaines, avec le départ du Japonais à la Coupe d’Asie, que la Real est un peu en difficulté quand il n’est pas là. Sans aller jusqu’à dire qu’il y a une Kubo-dépendance, on peut tout de même dire que si Luis Enrique parvient à élaborer un plan visant à neutraliser le prodige nippon, la Real Sociedad sera bien moins dangereuse tant le joueur formé à La Masia est un poison entre les lignes.

Jouer en transition rapide

Sur le papier, la Real Sociedad semble être une véritable muraille. En 2024, les troupes d’Imanol Alguacil n’ont encaissé que 5 buts en 10 rencontres, dont une réalisation sur pénalty. Sur le papier, on peut donc penser que les Basques sont une défense à toute épreuve… Ce qui n’est pas le cas. La Real Sociedad a une défense tout à fait respectable, c’est évident, et cette charnière composée du franco-espagnol Robin Le Normand et d’Igor Zubeldia est assez solide… Mais pas imprenable. Il faut d’ailleurs souligner que si la Real Sociedad est une équipe assez équilibrée, elle a par exemple du mal à défendre sur les transitions rapides, et la vitesse des joueurs du PSG peut faire la différence. Si les Parisiens parviennent à récupérer le cuir avec une équipe basque assez haut sur le terrain, il y a clairement moyen de faire mal en se projetant vite.

La suite après cette publicité

L’engagement physique

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la Real Sociedad va imposer un défi physique conséquent aux Parisiens. Les Basques sont une équipe qui pratique un jeu assez fluide et offensif avec le ballon… Mais elle ne se laisse pas faire en attaque, et sait aussi casser le rythme, et casser les adversaires. C’est la deuxième équipe qui fait le plus de fautes en Liga, avec seulement quatre fautes de moins que le premier, Getafe. Fin novembre, la Real Sociedad était l’équipe dont les matchs avaient le moins de temps de jeu effectif (51:57 en moyenne). Sous leurs airs de gentils garçons, les ouailles d’Imanol Alguacil savent donc comment hacher le rythme et en quelque sorte pourrir un match si c’est nécessaire. Au delà de ça, c’est une équipe qui presse assez bien, qui est intense et qui est depuis des années toujours dans le top 5 minimum des équipes qui courent le plus en championnat. Luis Enrique est prévenu…

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité