Agression sur un youtubeur algérien : Samuel Eto'o lâche ses vérités

Par Léo Scalco
3 min.
Agression sur un youtubeur algérien : Samuel Eto'o lâche ses vérités @Maxppp

Après son coup de sang contre Sadouni FM, un youtubeur algérien, Samuel Eto'o a tenu à réagir pour s'excuser publiquement et lâcher ses vérités sur cette altercation via un communiqué.

La suite après cette publicité

Ce mardi, une vidéo montrant Samuel Eto'o, l'ancienne gloire du football camerounais, assénant un coup de genou au visage d'un youtubeur algérien est devenue virale sur les réseaux sociaux. La scène a d'ailleurs eu lieu au stade 974, connu pour ses containeurs et qui sera démonté prochainement, en marge du huitième de finale entre le Brésil et la Corée du Sud (4-1). Les images montrent l'actuel président de la Fédération camerounaise de football poursuivre un caméraman, identifié depuis comme Sadouni SM, un Algérien aux 66 000 abonnés sur Youtube, et le frapper sèchement au visage.

Tombé à la renverse après ce coup, malgré les efforts de plusieurs personnes entourant et calmant Samuel Eto'o, le youtubeur algérien ne compte pas en rester là. «Je suis au poste de police pour l'enquête. Il faut partager cette vidéo, comme Eto'o est une personnalité j'ai peur qu'ils camouflent le dossier, mais j'ai confiance en la police qatarie», a tout d'abord commenté Sadouni SM avant de poursuivre sur l'homme fort de la Fédération camerounaise. «Il m'a détruit ma caméra et mon microphone, il m'a frappé là (en montrant son menton, ndrl). J'ai fait tout ça pour l'Algérie» a notamment insisté le youtubeur algérien.

À lire Chelsea : Mykhaylo Mudryk critiqué pour des propos racistes

Samuel Eto'o s'excuse publiquement

Après ces premières révélations, le natif de Yaoundé à souhaiter s'exprimer et s'excuser publiquement, via un communiqué publié sur ses réseaux sociaux, tout en donnant son point de vue sur cette altercation. «Le 5 décembre dernier, à la sortie du match Brésil-Corée du Sud, une altercation violente m’a opposé à une personne apparemment supportrice de l'Algérie. Je regrette profondément d’avoir perdu mon sang froid et d’avoir réagi d’une manière qui ne correspond pas à ma personnalité. Je présente mes excuses au public pour cet incident regrettable. Je m'engage à continuer de résister aux provocations incessantes et au harcèlement quotidien de certains supporters algériens» a confié Samuel Eto'o dans un premier temps.

La suite après cette publicité

Visiblement remonté, l'ancien attaquant passé par les plus grands clubs de la planète football a souhaité expliquer les raisons de ce coup de sang en arguant que certains supporters algériens la harcelaient, lui, mais aussi ses compatriotes camerounais. «En effet, depuis le match Cameroun-Algérie du 29 mars dernier à Blida, je suis la cible d’insultes et d’allégations de tricherie sans aucun fondement. Pendant cette Coupe du Monde, des supporters camerounais ont été harcelés et importunés par des Algériens sur le même sujet. Je tiens à rappeler que le scénario de l'élimination de l'Algérie fut cruel mais parfaitement conforme aux règles et à l'éthique de notre sport», a lancé le président de la Fédération camerounaise de football.

Un appel au calme

Poursuivant sur la même lancée, Samuel Eto'o a rappelé que tous les recours de la Fédération algérienne avaient été rejetés depuis ce match couperet et qu'il souhaitait que les tensions s'apaisent entre les supporters des deux pays. «Je demande aux autorités algériennes et à la fédération sœur d'Algérie de prendre leurs responsabilités pour mettre un terme à ce climat délétère avant qu’un drame plus grave ne se produise. Aux supporters des Fennecs, je formule le vœu qu'ils trouvent la paix et parviennent à surmonter la déception d’une élimination douloureuse mais désormais derrière nous» a conclu Samuel Eto'o. Même si son geste reste inacceptable, ce communiqué devrait permettre de calmer un peu le jeu.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Plus d'infos sur...

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité