Autriche-France : les notes du match

L'équipe de France a une nouvelle fois été tenue en échec par l'Autriche lors de la 3eme journée de la Ligue des nations (1-1). Voici les notes du match.

Karim Benzema et Antoine Griezmann avec la France.
Karim Benzema et Antoine Griezmann avec la France. ©Maxppp
La suite après cette publicité

Victorieuse de la dernière édition, l'équipe de France est méconnaissable depuis le début de cette Ligue des Nations 2022. Sur une mauvaise série de deux matches sans victoire, les Bleus, composés de la colonne vertébrale championne du monde en 2018 et de nouveaux éléments avec moins d'expérience, peine à trouver la bonne solution. Didier Deschamps a d'ailleurs opté pour une troisième composition différente en Autriche, avec une charnière Konaté-Saliba, la présence de Diaby et Kamara et Mbappé laissé sur le banc. Dos au mur, la France devait remporter son premier match dans cette compétition, mais peinait encore à montrer des signes positifs. Dès l'entame du match, les Tricolores étaient bousculés par les hommes de Ralf Rangnick. La meilleure - et seule - occasion française restera cette tête de Benzema déviée in extremis par Pentz (18e). Beaucoup trop brouillons dans la construction, les Bleus ne portaient pas vraiment de danger devant la cage autrichienne en cette première période et se faisaient donc punir après une belle construction de la Wunderteam. Bien servi par Arnautović, Laimer prenait le dessus sur Saliba et pouvait tranquillement conclure à bout portant pour permettre à son pays de prendre l'avantage (1-0, 37e).

Incapable de trouver des automatismes devant, ne s'en remettant qu'aux fulgurances de Karim Benzema, encore trop juste devant Pentz (43e), la France avait de quoi inquiéter ce vendredi. Même menés au score, les Français n'y arrivaient pas et les tentatives de Coman manquaient de justesse (62e et 66e). Heureusement, grâce à un tir parfaitement placé de Mbappé, déjà bien lancé par Nkunku, les Tricolores évitaient le pire en Autriche (1-1, 83e). Encore sur une action avec Benzema, Mbappé aurait pu tout bouleverser... mais trouvait la barre transversale (88e). La France se retrouve donc dernière de son groupe, avant de recevoir la Croatie au Stade de France, lundi. Si la Ligue des Nations est loin d'être la compétition la plus prestigieuse, une relégation en Ligue B ferait beaucoup cogiter Didier Deschamps et ses hommes, à cinq mois du Mondial 2022, au Qatar.

  • l'homme du match : Pentz (8) : Le portier autrichien aura cédé une fois : fusillé par Kylian Mbappé. Mais sinon le gardien de l'Austria Vienne a tout repoussé et s'est montré sûr du début à la fin. Pressé par les attaquants français lorsque son équipe décidait de repartir au sol, depuis sa surface, il n'a pas tremblé. Il réalise une double-parade sur un coup franc de Griezmann qui rebondit devant lui, suivi par Benzema de la tête (18e). Il est facile face à Benzema (32e), et s'envole, toujours face au Madrilène avant la pause (43e). Dans le deuxième acte, il détourne brillamment la frappe lourde de Pavard (56e), dégoûte littéralement Mbappé à trois minutes du terme, en déviant sur sa barre un tir promis à ses filets. Sa dernière intervention, sur une tête soudaine de Guendouzi, est encore une fois décisive (90e+1).

Autriche

  • Pentz (8) : voir ci-dessus.

  • Trauner (6,5) : le défenseur central du Feyenoord Rotterdam, titulaire lors des demi-finales de Ligue Europa Conférence avec l'OM, a réalisé une bonne prestation face à l'Equipe de France. Maitre dans les duels aériens, il était également bon dans le jeu long et réalisait quelques interceptions importantes. Une belle prestation.

  • Alaba (6) : élu meilleur joueur autrichien de l'année à huit reprises, le champion d'Europe avec le Real Madrid et capitaine de cette sélection autrichienne, a offert une copie correcte, avec l'expérience. Auteur de plusieurs longues relances pour soulager son équipe, il était rarement pris à défaut pas les attaquants Bleus. Remplacé par Danso (68e) après une légère blessure. Le Lensois a réalisé une intervention décisive devant Benzema.

  • Wober (6) : bon dans les airs et correct dans les duels au sol, le latéral gauche autrichien a plusieurs fois tenté d'apporter aux avant-postes, notamment en première période. Il effectuait également quelques dégagements défensifs importants lorsque sa défense était sous pression.

  • Lainer (6,5) : averti pour un tacle sur Coman en début de match (8e), le latéral droit du Borussia Monchengladbach était auteur d'une récupération décisive sur l'ouverture du score (37e). Egalement bon défensivement (2 interceptions), il était cependant moins en réussite dans le jeu aérien. Remplacé par Lazaro (54e).

  • Laimer (6) : auteur de trois passes clés, dont le centre décisif pour Weimann sur l'ouverture du score (37e), le milieu du RB Leipzig était l'un des autrichiens à créer du jeu offensivement. Sinon, il était souvent battu dans les duels et il a perdu de nombreux ballons.

  • Schlager (5) : précis dans les transmissions courtes, le milieu de Wolfsburg avait plus de mal dans le jeu long. A l'image de son équipe il était bien en place tactiquement et défensivement, remportant quelques ballons importants.

  • Seiwald (5,5) : le jeune milieu de Salzbourg, averti pour un tacle sur Diaby à l'entrée de la surface en début de match (17e), réalisait un match en demi teinte. Très souvent battu dans les duels dans l'entrejeu, il réalisait cependant plusieurs interceptions et n'était pas mauvais dans le jeu long.

  • Sabitzer (6) : le milieu du Bayern Munich a était auteur d'un match certes plutôt timide mais assez complet. Il était impliqué défensivement, effectuant plusieurs tacles et dégagements, et offensivement, en tentant d'offrir des centres et en délivrant une passe clé, notamment en première période.

  • Weimann (6) : après un bon centre de Laimer, l'attaquant de Bristol n'avait qu'à pousser le ballon au fond des filets pour ouvrir le score (37e). Outre ce but il n'a pas énormément été présent. Remplacé par Gregoritsch (62e).

  • Arnautovic (6) : l'attaquant de Bologne réalisait une bonne prestation. Important sur l'ouverture du score, il fixait bien son défenseur pour décaler Laimer avant le centre de ce dernier pour Weimann (37e). Bon dans le jeu dos au but, il réalisait une frappe en pivot captée par Lloris (42e) Remplacé par Onisiwo (62e)

France

  • Lloris (5) : le gardien de Tottenham n'a quasiment rien eu à faire dans cette rencontre. Il est resté vigilant sur l'une des premières tentatives adverses et ne peut strictement rien sur l'ouverture du score de l'Autriche puisque Weimann est seul à quelques mètres du but lorsqu'il pousse le ballon au fond des filets.

  • Pavard (4,5) : de retour au poste de latéral droit dans une défense à quatre, le défenseur du Bayern Munich n'a pas fait un grand match, comme son équipe d'ailleurs. S'il a été plutôt propre défensivement, son apport offensif a été inexistant, ses centres imprécis et son utilisation du ballon très limitée. En bref, rien d'extraordinaire.

  • Konate (4,5) : pour sa toute première sélection, Konaté était aligné dans une défense inédite et dans l'axe gauche de la défense. Pas forcément l'idéal pour se mettre en confiance. Il a géré quelques duels aériens face à Arnautovic notamment, mais on a senti qu'il manquait d'automatisme avec ses coéquipiers en défense. Sur le but de l'Autriche, il fait peut-être preuve d'un peu d'attentisme. Mais dans l'ensemble, c'est une première intéressante.

  • Saliba (4) : le défenseur de l'OM a connu une soirée difficile ce vendredi soir. Assez discret, il a été souvent bougé par Arnautovic et il est totalement dépassé sur l'ouverture du score autrichienne oubliant d'aller au marquage de Weimann qui n'avait qu'à pousser le ballon dans le but vide. Pas un grand match de sa part ce soir.

  • T. Hernandez (3,5) : pour sa première dans une défense à quatre, le Champion d'Italie avec l'AC Milan a beaucoup souffert. Si offensivement, il a tenté d'apporter, c'est surtout défensivement qu'il a été sollicité et il n'a pas toujours répondu présent loin de là. Les plus grosses occasions sont arrivées de son côté et sa défense laisse à désirer sur le premier but autrichien.

  • Coman (6) : positionné en tant qu'ailier gauche dans le 4-4-2 (ou 4-3-3) de Didier Deschamps, Kingsley Coman a semblé nettement plus en jambes que dans son rôle de piston droit. Dribbleur, percutant et mobile, il a fait un bien fou à son équipe notamment lorsque le jeu manquait de rythme. Après un léger passage à vide, il a montré de belles choses en seconde période mais son déchet dans le dernier geste (60e). Mais le meilleur offensif des Bleus ce soir. Remplacé par Nkunku à la 78e. L'ancien parisien a été décisif puisque c'est lui qui délivre la passe décisive à Mbappé (83e).

  • Kamara (6) : la nouvelle recrue d'Aston Villa connaissait sa première titularisation avec les Bleus ce vendredi soir. Contrairement à sa première sélection qui avait été plutôt mitigée, Kamara a été intéressant dans l'entrejeu. S'il a pas mal de fois compensé les espaces sur le plan défensif, il a aussi montré de belles choses à la relance et plus globalement dans l'utilisation du ballon. À revoir dans ce rôle.

  • Tchouameni (4,5) : le milieu qui appartient toujours à Monaco commençait son troisième match en 7 jours (le seul dans ce cas-là). Et on a senti qu'il avait perdu physiquement puisqu'il n'a pas rayonné comme à son habitude. Après une bonne entame de match, il a doucement, mais sûrement sombré et c'est logiquement qu'il a été remplacé par Guendouzi à l'heure de jeu. Le Marseillais assez quelconque aurait pu offrir la victoire à son équipe mais sa tête était bien repoussée par le gardien autrichien.

  • Diaby (5,5) : l'attaquant du Bayer Leverkusen s'est souvent illustré dans cette rencontre notamment en première période ou il a eu quelques fulgurances sur son côté droit, mais il a fait preuve d'énormément de déchets dans son dernier geste. Il a souvent manqué de précision dans la dernière passe ou au moment de tirer au but. Mais sa prestation reste correcte surtout, car il ne s'est pas caché et qu'il a eu une grosse activité sur son couloir. Même sur le plan défensif.

  • Griezmann (3) : ce rassemblement du mois de juin ne réussit décidément pas à Antoine Griezmann. De retour dans la peau d'un titulaire et dans son rôle de second attaquant qu'il affectionne normalement, le joueur de l'Atletico de Madrid a traversé la rencontre comme un fantôme enchaînant les mauvais choix et les pertes de balle. Il a su se mettre en évidence en début de rencontre avec un coup franc bien frappé (17e). Mais pour le reste... Une soirée très compliquée. Remplacé par Mbappé à la 63e. Le Bondynois a fait du bien et sa vitesse lui a permis de partir en profondeur pour égaliser en fin de match (83e). Il a fallu être le héros du match mais sa frappe venait fracasser la barre après avoir été touchée par le gardien adverse (87e).

  • Benzema (4,5) : l'attaquant du Real Madrid était de retour dans le onze titulaire ce vendredi soir et il a failli s'illustrer rapidement. Sur un joli coup franc de Griezmann, KB9 voyait sa tête être repoussé miraculeusement à bout portant par Pentz (17e). Après une période creuse pendant une bonne vingtaine de minutes, il s'illustrait une seconde fois d'une belle frappe enroulée (42e). Dans l'ensemble, il a bonifié beaucoup de ballons même s'il a par moment un peu trop disparu.

Plus d'infos

Commentaires