OM - Rennes : les notes du match

L'OM et Rennes se sont quittés sur un score de parité (1-1) cet après-midi au Vélodrome. Avec une belle prestation de l'arrière-garde rennaise notamment.

Joe Rodon cette saison
Joe Rodon cette saison ©Maxppp
La suite après cette publicité

Dans le multiplex de 15 heures, l'Olympique de Marseille accueillait le Stade Rennais au Vélodrome lors de la 8eme journée de Ligue 1. L'occasion de se rattraper après la défaite décevante face à Francfort en Ligue des champions. Pour cette rencontre, Igor Tudor décidait de renvoyer Dimitri Payet sur le banc et faisait confiance à un trio offensif Sanchez, Harit et Guendouzi alors que Rennes se présentait avec un 4-4-2 assez classique. Amine Gouiri et le jeune Désiré Doué débutaient en pointe. Très tôt dans le match, les Rennais se montraient intéressants dans l'utilisation du ballon et gênaient complètement une équipe marseillaise un peu brouillonne même si dangereuse en contre grâce à un Nuno Tavares très actif sur le couloir gauche. Les deux équipes se rendaient coup pour coup. Mandanda et Pau Lopez restaient toujours vigilants. Mais Rennes, logiquement, finissait par être récompensé de sa bonne entame. Sur une action bien construite, Hamari Traoré centrait et voyait le cuir, contré par Guendouzi, finir sa course au fond des filets (0-1, 25e).

Après cette ouverture du score assez logique, l'OM se remettait à l'endroit et reprenait le contrôle du ballon jusqu'à la mi-temps. Au retour des vestiaires, les hommes d'Igor Tudor remettaient la pression pour égaliser. Étouffé, Rennes reculait de plus en plus jusqu'à concéder l'inévitable. Sur un corner bien frappé par Veretout, c'est Matteo Guendouzi - auteur d'un malheureux CSC - qui se rattrapait et qui égalisait d'une belle tête (1-1, 52e). Et comme c'était le cas en première période pour Marseille, Rennes se réveillait aussi après ce but concédé. Les entrées de Lovro Majer ou encore Sulemana aidaient aussi les Rennais à se montrer plus dangereux. Mais le score ne bougera plus dans une fin de match ou les deux équipes ont plutot assuré le coup. C'est donc logiquement que les deux équipes se partagent les points dans cette rencontre. Marseille reste invaincu en Championnat cette saison et prend provisoirement la tête du classement en attendant le match du PSG. Rennes pointe à la 8eme place.

Revivez le film du match sur notre live commenté.

L'homme du match : Rodon (7) : le défenseur gallois a aussi été au niveau à Marseille, après quelques doutes lors de ses premières apparitions. Beaucoup de duels remportés à mettre à son actif, tout comme il a repoussé chaque ballon marseillais mis dans la boîte. Du début à la fin du match, il a régné en patron devant Mandanda et a été la principale raison pour laquelle les Marseillais ne sont pas passés devant au tableau d'affichage en deuxième période. Il a même terminé la rencontre en étant un peu blessé.

Olympique de Marseille

  • Lopez (5,5) : mis en danger dès la première minute de la rencontre, il a dû s'employer sur une tête à bout portant de Joe Rodon (11e) avant d'être trompé par la déviation de la balle de Matteo Guendouzi dans ses propres filets (25e). Finalement assez peu mis en danger par les joueurs offensifs rennais, l'Espagnol a réalisé une partie plutôt tranquille.

  • Mbemba (5,5) : pas aidé par la méforme de Jonathan Clauss, Chancel Mbemba a tout de même réalisé une rencontre intéressante, notamment en fin de première période, multipliant les montées offensives, notamment lors de la bonne période marseillaise. Serein dans ses interventions défensives, l'international congolais ne s'est que très rarement livré et n'a quasiment jamais été débordé par ses adversaires.

  • Balerdi (5,5) : auteur d'un bon début de match, tant dans ses duels que dans ses interventions, l'Argentin a cependant manqué de tranchant lors d'une intervention sur Amine Gouiri, sans conséquence. S'il n'a pas toujours été irréprochable dans ses couvertures défensives, le jeune défenseur central a tout de même réalisé une meilleure performance que celles dont il avait été l'auteur récemment.

  • Kolasinac (5,5) : aligné sur l'axe gauche de la défense centrale marseillaise, le Bosnien a délivré une performance relativement convaincante. Compensant bien les nombreuses montées de Nuno Tavares, le numéro 23 de l'OM s'est notamment montré intéressant à travers la précision de son jeu de passes. En fin de match, alors que Rennes poussait, il a également fait preuve de présence pour fermer la porte aux différentes tentatives de percées sur l'aile droite.

  • Clauss (3) : plus en difficulté depuis plusieurs rencontres, l'ancien Lensois a confirmé cette tendance. Auteur d'une passe en retrait hasardeuse (28e), il a ensuite multiplié les erreurs techniques, offensives comme défensives. Souvent à contretemps de ses coéquipiers, Jonathan Clauss a montré de nombreux signes d'agacements, lui qui parait quelque peu à court de forme.

  • Rongier (6) : le capitaine olympien n'a, une fois encore, pas lésiné ses efforts. Précieux par son jeu long (6 passes réussies sur 6 tentées), l'ancien Nantais a également réalisé un important travail de ratissage dans le coeur du jeu, remportant notamment 80% de ses duels. Relai privilégié par ses défenseurs, il a affiché un taux de 92% de réussite dans ses passes, réussissant parfois à se sortir de situations qui auraient pu être délicates à gérer.

  • Veretout (4) : malgré une couverte quasiment intégrale de l'aire de jeu en première période, Jordan Veretout a fait preuve de beaucoup d'imprécisions et de manque de réussite dans ses duels. Passeur décisif sur l'égalisation de l'Olympique de Marseille (52e), le joueur prêté par la Roma a perdu énormément de ballons (19), ne facilitant pas toujours la projection offensive de son équipe. Remplacé par Pape Gueye (85e).

  • Tavares (7) : plus actif que son pendant du côté droit, le Portugais s'est d'abord essayé à la frappe (16e), avant de mettre Mandanda à contribution (23e). Laxiste sur son marquage sur Traoré sur l'ouverture du score rennaise (25e), le latéral gauche a pourtant certainement été le meilleur marseillais lors du premier acte. Observation insolite : il aura d'ailleurs pratiquement été le principal danger offensif de l'Olympique de Marseille.

  • Guendouzi (5,5) : auteur d'une première frappe trop enlevée (8e), il a eu le malheur de tromper son gardien à la suite d'un centre en retrait de Traoré (25e). En seconde période, l'international français s'est offert un doublé, offrant l'égalisation aux siens, à la retombée d'un corner venu de la gauche (52e). Ne lésinant pas, comme à son habitude, sur l'intensité mise dans ses courses, Guendouzi aura cependant été trop neutre dans son jeu balle au pied, peu trouvé par ses coéquipiers. Remplacé par Dimitri Payet (73e).

  • Harit (4) : sortie compliquée pour le Marocain. Auteur d'une première période durant laquelle il aura quasiment tout raté (six pertes de balle sur 29 touchés), il a mieux débuté son deuxième acte, tentant notamment d'aller chercher le ballon un petit peu plus bas. Trop peu influent sur le front offensif, l'ex joueur de Genselkirchen n'aura pas assez apporté de danger dans le dernier tiers adverses. Remplacé par Cengiz Under (73e).

  • Sanchez (4) : le Chilien a couru, beaucoup et souvent en vain, durant le premier acte. Avec seulement 21 ballons touchés durant les 45 premières minutes, l'ancien d'Arsenal n'a pas vraiment eu l'occasion de se mettre en évidence. Trop peu touché dans la surface, il aura tout de même tenté de se libérer des espaces. Dominé dans les airs (un duel sur six remporté), Sanchez n'a pourtant jamais cessé de donner de sa personne, s'agaçant également du manque de précision de ses coéquipiers. Remplacé par Luis Suarez (85e).

Stade Rennais

  • Mandanda (6) : pour son retour au Vélodrome, le vétéran des cages a été plutôt serein. Il n'a pas forcément grand chose à se reprocher sur le but de Guendouzi puisque c'est sa défense qui l'abandonne, et son ancien coéquipier reprend de la tête à bout portant pratiquement. En première période, il avait notamment sorti une belle parade sur une frappe de Nuno Tavares (23e), tout comme il a été impeccable sur plusieurs interventions un peu moins compliquées tout au long de la partie.

  • Truffert (6) : solide sur son côté gauche. Il n'a presque jamais été mis en danger par ses vis à vis sur son flanc, remportant plusieurs duels et se montrant infranchissable. Quand son équipe a attaqué, il est aussi venu prêter main forte régulièrement. Son apport offensif a cependant été un peu plus maigre en deuxième période, mais on ne lui en tiendra pas rigueur.

  • Theate (6,5) : le Belge a rendu une copie plus que correcte cet après-midi, montrant que Rennes a eu raison de parier sur lui lors du mercato. Il a fait ce qu'on demande à tout défenseur central de talent : il a été bien positionné, a dégagé des ballons dangereux, n'a pas été en danger dans le jeu aérien et n'a commis aucune erreur majeure.

  • Rodon (7) : voir ci-dessus.

  • Traoré (6) : toujours fiable. Une fois encore, le capitaine rennais a été au niveau escompté. Que ce soit défensivement, malgré quelques frayeurs face à un bon Nuno Tavares en face, comme offensivement. C'est d'ailleurs lui qui centre sur ce but dévié par Guendouzi au fond de ses filets. Remplacé par Assignon à quelques minutes de la fin.

  • Tait (5) : prestation plutôt intéressante du milieu de terrain rennais, du moins en première période. Il a été assez actif dans l'entrejeu face à des vis à vis phocéens qui ont souvent eu du mal à le neutraliser. Au retour des vestiaires, les Marseillais ont affiché un peu plus d'intensité et il a eu un peu plus de mal à tirer son épingle du jeu. Il a même raté quelques passes plutôt faciles a priori. Mi-figue mi-raisin en somme.

  • Ugochukwu (5) : le jeune milieu de terrain a été un peu dépassé par le niveau et par l'enjeu cet après-midi au Vélodrome. Un peu trop transparent, que ce soit sur les séquences offensives, où il s'est souvent contenté de jouer simple, comme les séquences où son équipe a dû défendre. C'est surtout en deuxième période qu'il a été un peu plus en difficulté.

  • Terrier (4) : pas son meilleur match sous les couleurs du Stade Rennais, clairement... Certes, ses partenaires ne lui ont pas forcément fourni de bons ballons, mais son influence sur le jeu offensif de son équipe a été nulle. L'ancien de l'OL a été pratiquement fantomatique, on peut le dire, traversant la rencontre sans peine ni gloire. Genesio l'a sorti pour faire entrer Kalimuendo à la 84e.

  • Bourigeaud (4) : en-dessous. Quelques bonnes actions, mais globalement, trop peu de poids dans la construction du jeu et trop peu d'occasions créées. En plus de ça, il est un peu trop passif au marquage de Guendouzi sur ce corner qui a permis à l'ancien d'Arsenal d'égaliser de la tête (52e). Doku a pris sa place à la 75e minute et a été très actif dans la moitié marseillaise, avec cette frappe notamment (79e), sans pour autant réussir à être décisif.

  • Doué (6) : décidémment, du côté de Rennes, on sait former de sacrées pépites. Cet après-midi, on a encore eu la preuve avec Désiré Doué. L'attaquant de 17 ans a été très dangereux avec le ballon, tentant de faire des différences à chaque prise de balle. Avec plus ou moins de réussite, mais Kolasinac par exemple se souviendra de lui et de son insouciance. On peut le dire, il porte plutôt bien son nom. Majer a pris sa place à la 61e mais n'a pas vraiment pesé.

  • Gouiri (4) : on pouvait attendre un peu plus de l'ancien joueur de l'OGC Nice. Il a été assez discret dans les derniers mètres, ne parvenant pas vraiment à se mettre en valeur. Un peu lent dans le jeu en plus de ça. Et quand il a eu le ballon en zone de danger, il n'a pas été forcément adroit, comme son occasion à la demi-heure de jeu, où il tire sur Lopez. Sorti à la 61e, laissant sa place à Sulemana, auteur d'une entrée en jeu assez discrète.

Plus d'infos

Commentaires