Le transfert scandaleux qui sème la discorde en Espagne

Par Max Franco Sanchez
2 min.
Igor Oyono avec les U17 de l'Espagne @Maxppp

Le transfert du jeune Igor Oyono (16 ans) de Villarreal à l’Athletic Club crée la polémique de l’autre côté des Pyrénées.

C’est une tendance que l’on observe chez les plus gros clubs européens depuis des années déjà. De plus en plus, les meilleures écuries du Vieux Continent vont chercher des joueurs qui sont encore adolescents aux quatre coins de la planète. Le tout, dans le but d’anticiper et de les avoir dans leurs rangs, plutôt que de les voir exploser ailleurs et donc devenir inaccessibles ou bien trop chers. Le Real Madrid est par exemple devenu un spécialiste en la matière, avec les exemples de joueurs comme Martin Odegaard, Fede Valverde ou Vinicius Junior, entre autres. Forcément, les clubs secondaires ou un peu moins puissants ont suivi la mode…

La suite après cette publicité

En Espagne, un transfert fait énormément parler en ce moment. En toute fin de mercato, l’Athletic Club a ainsi enrôlé Igor Oyono, jeune pépite de Villarreal, alors âgée de 15 ans. Un attaquant particulièrement prometteur, déjà international U17 avec l’Espagne, et qui peut jouer avec le club de Bilbao car il est né à Barakaldo au Pays-Basque, et s’inscrit donc pleinement dans la philosophie du club. Un transfert polémique, d’abord car il s’agit d’un transfert de joueur particulièrement jeune, ce qui est assez peu courant en Espagne.

À lire Villarreal - Real Madrid : les compositions officielles

Une opération assez trouble

Mais surtout, les modalités et les contours de l’opération sont assez flous. Et c’est ce qui fait enrager la direction de Villarreal. La Cadena COPE vient par exemple de dévoiler que l’Athletic a déboursé, au total, 11,5 millions d’euros pour se l’offrir. Une bonne opération pour le Sous-Marin Jaune ? Pas vraiment, puisque le club basque aurait donné 5 millions d’euros aux parents du joueur, et 5 autres millions d’euros aux agents de l’adolescent. Villarreal n’a donc récupéré que 1,5 millions d’euros - des indemnités de formation - pour son joueur qui n’avait pas encore signé son contrat pro. Les relations entre les deux clubs sont désormais brisées, et la direction de Villarreal ne s’est pas présentée lors du repas entre les dirigeants des deux clubs avant le match du 14 avril dernier.

La suite après cette publicité

« L’Athletic a agi d’une façon que je ne veux même pas évoquer », a expliqué Fernando Roig, président de Villarreal, qui comptait beaucoup sur Oyono pour l’avenir. De son côté, l’Athletic a tenu à démentir ces sommes et explique « avoir respecté le contrat que le joueur avait avec Villarreal ». Le transfert fait aussi parler en dehors des fans ou des médias suivant l’actualité des deux clubs, puisque beaucoup estiment qu’il représente à merveille les dérives du football actuel. Et des cas comme Oyono, il devrait y en avoir beaucoup d’autres à l’avenir…

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité