Éliminatoires Mondial 2022 : la Belgique s'inquiète sérieusement pour Michy Batshuayi

Titulaire avec la Belgique en Biélorussie, Michy Batshuayi est passé à côté. Au Plat pays, on ne laisse pas passer sa prestation.

Michy Batshuayi avec les Red Devils
Michy Batshuayi avec les Red Devils ©Maxppp
La suite après cette publicité

Romelu Lukaku absent, Michy Batshuayi avait une superbe opportunité de montrer qu'il pouvait mener l'attaque de la Belgique en cas de coup dur. Seulement, la visite en Biélorussie (0-1, éliminatoires Mondial 2022) ne s'est pas passée comme prévu pour le buteur des Diables. Avec un but refusé pour un hors jeu logique et deux occasions franches ratées, le nouveau pensionnaire de Besiktas a globalement déçu.

La presse n'est pas tendre. «Tout simplement pas assez tranchant. Il était parfois trop nonchalant. Il a confirmé ce que tout le monde savait déjà : qu'il n'arrive rien à Romelu», lâche Het Laastse Nieuws. La Dernière Heure est plutôt du même avis. «Autre enseignement que tout le monde connaissait déjà : Batshuayi n’est pas Lukaku. Il l’est même de moins en moins», peut-on lire dans les colonnes du quotidien local, parti encore plus loin ensuite.

Il déçoit... et irrite

«Le nouvel attaquant du Besiktas est de bonne volonté mais il irrite souvent ses équipiers en ne comprenant pas les autres, ce qui les fait tous moins bien jouer (Leandro Trossard en tête). Et son obsession d’augmenter ses stats folles (22 réalisations en 37 sélections) en équipe nationale fait mal à la fluidité du jeu belge. Il faut espérer que sa saison en Turquie lui fera du bien parce qu’on risque d’avoir un vrai problème». Le ton est donné. Philippe Albert, ancien Diable Rouge aujourd'hui consultant pour Eleven, a résumé le sentiment général au Plat pays.

«Compte tenu de ses stats personnelles époustouflantes en équipe nationale, Batshuayi est toujours un attaquant très attendu lorsqu’il monte au jeu. Face à la Biélorussie, ce fut plus difficile que prévu, malgré un but annulé et deux occasions franches. Il doit se reconstruire un capital confiance en Turquie, où le Besiktas lui offre une occasion en or de se remettre dans le coup après cinq ans à voyager sur le banc de clubs où il n’a jamais réussi à s’imposer. Une fois qu’il aura empilé quelques buts sur les rives du Bosphore, tout ira mieux pour lui, vous verrez. En attendant, il est indéniable que l’on a vu l’ombre de Lukaku planer sur Kazan. Il faut espérer qu’il ne lui arrive rien de fâcheux en termes de blessures d’ici le Final Four de la Ligue des nations ou la Coupe du monde au Qatar», a-t-il analysé. Michy Batshuayi appréciera.

Plus d'infos

Commentaires