Real Madrid Castilla : Rodrygo et Reinier font polémique

Les deux Brésiliens jouent avec le Real Madrid Castilla, en troisième division espagnole. Et ça ne plaît pas à tout le monde.

Rodrygo et Reinier avec le Real Madrid Castilla cette saison
Rodrygo et Reinier avec le Real Madrid Castilla cette saison ©Maxppp
La suite après cette publicité

Reinier commence peu à peu à s'adapter au football ibérique. Ce week-end, la toute nouvelle recrue du Real Madrid signait un doublé avec l'équipe B du club de la capitale espagnole, avec laquelle il évolue dans l'attente de pouvoir passer à l'échelon supérieur. Il est accompagné par Rodrygo Goes, qui, après un début de saison assez intéressant, a peu à peu disparu des groupes de Zinedine Zidane et se retrouve donc sous les ordres de Raúl en Segunda B. Face à Coruxo ce week-end, les jeunes pousses merengues se sont facilement imposées 4-0, avec des belles prestations des deux Brésiliens donc.

Et en Espagne, ça fait parler, puisqu'on voit souvent d'un mauvais œil que les Blancos fassent jouer leurs pépites à ce niveau. L'adversaire du Real Madrid Castilla s'est même exprimé sur son compte Twitter officiel : « amusez-vous avec vos 30 millions d'euros, il y a même des clubs de Liga qui n'investissent pas autant. Si on fait le total des 80 clubs de D3, on n'arrive pas à cette somme. Rappelez-vous qu'il y a deux semaines, Rodrygo, 54 millions, les a sauvé en toute fin de match contre le dernier ». Et ce n'est pas la première voix qui s'élève de l'autre côté des Pyrénées pour dénoncer le fait que le Real Madrid Castilla fasse jouer des joueurs recrutés à coups de millions dans une division semi-professionnelle, où les budgets sont souvent rachitiques.

Vers un championnat d'équipes B ?

Une situation qui crée des tensions entre les joueurs, puisqu'on se rappelle du moment tendu entre Rodrygo et le gardien de San Sebastián de los Reyes le 23 février dernier, quand le Brésilien s'en était allé provoquer son rival en célébrant son but, après avoir été invectivé par ce dernier plus tôt dans la rencontre. Elle peut même être parfois dangereuse pour les jeunes en question, souvent cherchés et marqués à la culotte par leur adversaire. On se rappelle que Martin Ødegaard avait par exemple eu énormément de mal à se montrer dans cette division où les tacles à la gorge et les contacts sont très fréquents. Ce n'est qu'une fois parti en Eredivisie, championnat pourtant de meilleur calibre, qu'il avait pu commencer à montrer ses qualités.

Du côté de Madrid, comme c'est aussi le cas à Barcelone, on estime qu'un passage en Segunda B avec l'équipe filiale est bénéfique pour les jeunes pousses, qu'elles sortent du centre de formation ou qu'elles viennent de l'étranger. Elles peuvent ainsi s'y aguerrir et le passage des U19 au monde pro est moins brutal. En Espagne, de nombreux clubs réclament un championnat à part pour les équipes B des clubs professionnels, comme c'est le cas en Angleterre ou en Italie par exemple, qui serait donc plus équilibré. Pourtant, les faits prouvent que les filiales des grosses écuries espagnoles ont de plus en plus de mal à briller, puisque s'il était habituel d'en voir en deuxième division ces dernières années, aucune équipe B n'évolue dans le second échelon du foot espagnol aujourd'hui. La preuve, le Real Madrid Castilla n'est que septième de son groupe et avait particulièrement mal démarré sa saison.

Plus d'infos

Commentaires