Mauro Icardi fait le point sur sa situation au PSG

Moins en vue ces derniers mois, l'attaquant argentin s'est expliqué. Morceaux choisis.

Mauro Icardi contre le Stade de Reims
Mauro Icardi contre le Stade de Reims ©Maxppp
La suite après cette publicité

Très en vue l’an dernier lorsqu’il a débarqué au Paris Saint-Germain, Mauro Icardi (27 ans) vit une année 2020 plus compliquée. Entre une deuxième partie de saison passée dans la peau de la doublure d’Edinson Cavani et un début de saison 2020/2021 tronqué par des pépins physiques, l’Argentin n’a trouvé le chemin des filets qu’à cinq reprises, toutes compétitions confondues, en vingt matches. Actuellement sur le chemin du retour après une blessure au genou, Icardi a fait le point sur sa situation dans un entretien accordé à DAZN.

« Je me suis rapidement adapté au groupe et aux compagnons. L'année dernière a été un peu une transition car ma femme a continué à vivre en Italie avec les enfants qui allaient à l'école. Nous ne savions pas si nous allions rester à Paris parce que j'étais seulement prêté. Cela a pris un an, mais cette année nous avons décidé de tout déménager à Paris et de commencer une nouvelle vie ici. Je suis très content, je me suis bien intégré. Il y a un groupe uni dans le vestiaire », a-t-il indiqué, avant d’évoquer un style de jeu peu spectaculaire, souvent à l’origine des critiques à son égard.

Icardi défend son style de jeu

« En Italie, j’ai été beaucoup critiqué parce qu’on me reprochait de toucher très peu de fois le ballon. Mais pour être honnête, mon jeu a toujours été comme ça : rester dans l’ombre pour ensuite jaillir au bon moment. Aujourd’hui, avec la qualité de mes coéquipiers (au PSG), qui ont souvent la possession du ballon, je pense que je me dois d’être toujours prêt dans la surface pour être à l’affût au moment venu. En Italie, le jeu est très tactique et c’est à peu près la même chose en Ligue 1. Les équipes jouent souvent derrière et c’est difficile de marquer. Il faut donc trouver le bon moment pour marquer », a-t-il déclaré, avant de poursuivre.

« Ce sont deux championnats très différents. En France, c’est quand même un peu moins tactique. Evidemment, nous sommes le PSG et les adversaires nous attendent, mais de manière générale, il n'y a pas beaucoup d’espaces pour jouer. C’est quelque chose que j'ai vécu en Italie. À l'Inter, nous étions dans la même situation, donc j'étais déjà habitué. » Il n’y a donc pas le feu au lac chez Icardi. Néanmoins, l’ancien Intériste aura sans doute un œil attentif sur Moise Kean, auteur de bons débuts sous le maillot du PSG.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires