Serie A : l'Inter remporte le derby d'Italie face à la Juventus

Dans un choc au sommet entre le champion en titre et son dauphin de la saison dernière, c'est l'Inter qui a eu raison de la Juventus et qui s'impose 2 buts à 0 grâce à un excellent match de Nicolo Barella.

Arturo Vidal avec ses coéquipiers après l'ouverture du score contre la Juve
Arturo Vidal avec ses coéquipiers après l'ouverture du score contre la Juve ©Maxppp

C’était le gros choc de cette 18ème journée de Série A, le fameux derby d’Italie opposant deux clubs légendaires du Calcio. L’Inter d’Antonio Conte recevait la Juventus d'Andrea Pirlo. Le champion en titre était cinquièmes avant le coup d’envoi de la rencontre, 7 points derrière l’AC Milan, leader, mais avec un match en retard. Les Nerazzurri, eux, étaient deuxièmes avant le début du match, 3 points derrière leur voisin milanais. Les deux clubs étaient sur deux dynamiques différentes : la Juve restait sur 3 victoires consécutives en Série A, alors que l’Inter n’avait remporté qu’une seule rencontre de championnat en 2021 sur 3 disputées. Les partenaires de Romelu Lukaku se présentaient avec un seul changement par rapport au match face à la Roma, la titularisation d’Ashley Young côté gauche à la place de Matteo Darmian. Les Turinois, eux, enregistraient le retour en défense de Giorgio Chiellini à la place de Demiral, le Français Adrien Rabiot remplaçait McKennie au milieu et Alvaro Morata était aligné aux côtés de Cristiano Ronaldo, à la place de Paulo Dybala, blessé.

La suite après cette publicité

C’est l’Inter qui va démarrer fort avec un bloc équipe placé très haut sur le terrain et un pressing intense sur la ligne défensive turinoise. Dès la sixième minute, Marcelo Brozovic se montre dangereux sur coup franc, à l’entrée de la surface. Premier avertissement pour les hommes de Pirlo. Les Bianconeri penseront répondre de la meilleure des manières en ouvrant le score par un but de Cristiano Ronaldo à la dixième minute de jeu, rapidement refusé pour une position de hors-jeu d’Alvaro Morata, le passeur. Quelques instants plus tard, c’est l’ancien turinois Arturo Vidal qui va ouvrir le score de la tête sur un centre côté droit de Barella. La recrue estivale débloquant ce derby après avoir essuyée de nombreuses critique pour ses dernières prestations. Les Milanais vont ensuite continuer de pousser et chercher à aggraver le score. Chose qu'ils auraient pu faire, dès la vingt-troisième minute de jeu, si Lautaro n’avait pas manqué une occasion toute faite. Sur un contre encore mené par Barella, le milieu de terrain italien envoie en profondeur l’international belge qui tente sa chance à l’entrée de la surface. Son tir est dévié par Szczesny et remet le ballon dans les pieds du buteur argentin qui l’envoi dans les airs. Juste avant la mi-temps, les Bianconeri cherchent à revenir au score par l’intermédiaire du Ballon d’Or portugais qui est cherché dans les airs, sa tête est manquée et la suite de l’action ne donnera rien.

Une Inter retrouvée grâce un Barella XXL

À la mi-temps, l’Inter mène logiquement au score après avoir dominé la rencontre pendant les quarante-cinq premières minutes. Pas de changement pour Pirlo à la reprise malgré la prestation décevante de ses joueurs. Conte ne change pas ses plans non plus. Au retour des vestiaires, les pensionnaires de Giuseppe Meazza repartent vers l’avant et vont à plusieurs reprises faire chauffer les gants du portier polonais de la Juve. À la 51ème, Bastoni voit l’appel en profondeur de Nicolo Barella et lance l’ancien de Cagliari, qui se retrouve tout seul face à Szczesny. Le milieu de terrain de poche ne tremble pas et vient inscrire le but du break d’une puissante frappe en lucarne. 2-0 pour l’Inter. Juste après le second but interiste, Andrea Pirlo décide (enfin) de procéder à des changements et de fait entrer Kulusevski, McKennie et Bernardeschi qui viennent remplacer Ramsey, Rabiot et Frabotta (blessé sur l’action du deuxième but). On pense alors à ce moment-là voir une équipe de la Vieille Dame plus à l’aise offensivement, mais rien ne change. L’Inter continue à être la plus dangereuse. En contre-attaque, Lautaro Martinez se joue de Chiellini et manque de plier le match (71e), sa frappe passe près du poteau. Dans les dernières minutes du match, Samir Handanovic protégera sa cage d’une réduction du score sur une frappe de Federico Chiesa (86e). La Juve s’active et cherche à enflammer ce match. Finalement aucun autre but ne sera inscrit et l'Inter s'impose dans cette rencontre face au champion en titre, et revient à la hauteur de son autre ennemie de toujours, le Milan AC. Les Bianconeri sont stoppés dans leur bonne série de victoires et restent à la cinquième place de la Série A.

En difficulté cette saison, après une campagne de Ligue des Champions catastrophique, les Interistes auront retrouvé leur jeu qui avait été tellement efficace la saison dernière. Le plan d’Antonio Conte était clair et a été bien respecté tout au long de la rencontre. Pressing haut, jeu latéral, débauche d’énergie folle. Le symbole de ce match c’est évidemment Nicolo Barella qui aura été partout ce soir. Milieu de terrain à l’aise défensivement, on l’aura beaucoup plus vue à l’œuvre en attaque dans cette rencontre. À l’initiative de nombreuses contre-attaques, ça ne lui a pas empêché de continuer son pressing en fin de match. Même sans un duo Lautaro Martinez - Romelu Lukaku décisif, l'Inter marque 2 buts à la meilleure défense du championnat (16 buts concédés avant le match). Antonio Conte remporte pour la première fois une rencontre face à la Juventus, son ancienne équipe.

Le classement de la Serie A

Plus d'infos

Commentaires