OM - Feyenoord : les notes du match

Par La Rédaction FM
11 min.
Gerson en action sous le maillot de l'OM. @Maxppp

À l'occasion des demi-finales retour de la Ligue Europa Conférence, l'Olympique de Marseille n'a pu faire mieux qu'un match nul (0-0) face au Feyenoord. Malgré une domination globale, les hommes de Jorge Sampaoli, peu inspirés offensivement, n'ont jamais trouvé la faille dans la défense néerlandaise. Un résultat synonyme d'élimination pour les Marseillais, battus à l'aller (2-3). Le 25 mai prochain, les Bataves retrouveront l'AS Roma en finale de cette C4.

Ce jeudi soir, l'Olympique de Marseille avait rendez-vous avec son histoire lors de la demi-finale retour de Ligue Europa Conférence (C4) face à Feyenoord. Après la défaite du match aller (3-2), les Marseillais devaient impérativement s'imposer au Vélodrome pour se qualifier pour la finale de la toute nouvelle Coupe d'Europe. Pour ce match à enjeu, Jorge Sampaoli décidait de faire confiance à Payet, Dieng et Harit sur le front de l'attaque laissant ainsi Milik sur le banc tout comme Caleta-Car qui était passé à côté de son match à l'aller. De son côté, Feyenoord se présentait avec exactement la même composition du match aller. En première période, l'OM dominait largement les débats et se procurait les premières occasions grâce à Dimitri Payet (10e, 20e) sans jamais se montrer précis dans le dernier geste. Mais le match basculait à la demi-heure de jeu avec la sortie sur blessure de Payet. Remplacé par Milik qui manquait de peu l'ouverture du score (34e), le Réunionnais manquait terriblement à son équipe par la suite notamment dans la conservation du ballon. Et Feyenoord en profitait immédiatement pour reprendre le contrôle du jeu et aussi mettre le danger sur le but de Mandanda.

La suite après cette publicité

L'OM a manqué d'idées !

Au retour des vestiaires, les coéquipiers d'Amine Harit revenaient avec de meilleures intentions et avec surtout l'envie de vite emballer le match pour revenir au score, car il fallait absolument marquer pour croire à la qualification en finale. Mais à chaque fois que l'occasion de se montrer dangereux se présentait, un mauvais contrôle ou une mauvaise passe venait gâcher l'action et permettait aux défenseurs néerlandais de se dégager. Malgré une ambiance de folie au Vélodrome, les Marseillais ne réussissaient pas à trouver la faille dans ce match et Feyenoord verrouillait le match nul. Mandanda (90e+1) et Kamara (90e+2) donnaient de l'espoir à l'OM jusqu'au bout avec des interventions décisives. Mais ce match nul (0-0) élimine l'OM aux portes de la finale de C4, ce qui est une grosse désillusion. Les Néerlandais, eux, affronteront l'AS Roma en finale.

À lire C3 : l’arbitre d’OM-Benfica est connu

Revivez l'intégralité de la rencontre sur notre live commenté

La suite après cette publicité

- L'homme du match : Senesi (6,5) : le capitaine du Feyenoord a une nouvelle fois été auteur d'une prestation aboutie face aux Olympiens. Présent dans les duels, comme dans la surface avec Dieng (6e) ou Milik (67e), ou lors de son tacle sur Guendouzi pour lequel il recevait un carton jaune (45+1e). Egalement auteur de nombreux dégagements défensifs, ou de longs ballons pour déclencher des offensives, il permettait à son équipe de ressortir de sa moitié de terrain.

OM

- Mandanda (6) : titularisé dans les buts marseillais, le capitaine phocéen a vécu un premier acte très tranquille. Excepté la frappe de Til contrée par Gerson (39e), le dernier rempart des Phocéens n'a jamais tremblé. Profitant de la domination collective des siens, il s'est alors contenté d'assurer ses relances. Vigilant sur la tête de Sinisterra au retour des vestiaires (46e), il est également attentif sur la prise de profondeur de Dessers (57e) et se rend auteur d'une superbe parade dans les derniers instants (90+2e). Insuffisant pour s'ouvrir les portes de la finale...

La suite après cette publicité

- Rongier (6,5) : dans un rôle de milieu de terrain, parfois excentré côté droit, l'ancien Nantais a profité du système à trois défenseurs de Jorge Sampaoli pour beaucoup plus participé au jeu offensif des Olympiens. Bien plus présent qu'au match aller, Rongier a également profité de l'emprise marseillaise pour signer quelques percées intéressantes dans l'axe du jeu. Positionné comme sentinelle après l'entrée de Lirola au retour des vestiaires, il n'a pas hésité non plus à apporter offensivement à l'image de cette nouvelle percée terminée par une frappe trop molle (55e). Généreux, tranchant et déterminé dans chacune de ses prises de balle, le milieu marseillais a rendu une très belle partition.

- Kamara (5,5) : préféré à Duje Caleta-Car, l'international Espoirs français de l'OM n'a pas tremblé. Parfait face à la seule percée de Dessers dans le premier acte (39e), le milieu défensif formé au club s'est surtout montré rassurant pour ses coéquipiers. Imprenable dans les airs et très attentif dans son placement, il contre également une frappe dangereuse juste avant la pause (44e). Peu inquiété au retour des vestiaires, il est malgré tout averti pour un excès d'engagement (71e). Auteur d'un tacle magnifique face à Dessers dans le temps additionnel, il a maintenu l'espoir des siens en vie. En vain.

La suite après cette publicité

- Saliba (6): aux côtés de Boubacar Kamara, le défenseur, prêté par Arsenal, a encore fait preuve d'un calme de tous les instants et d'une sérénité déconcertante. Sûr dans les airs à l'image de cette tête défensive au retour des vestiaires (54e), intelligent dans son placement, présent pour compenser les quelques brèches laissées au sein de la défense olympienne, Saliba a également profité d'un milieu olympien très performant et rigoureux défensivement.

- Peres (6) : positionné dans l'axe gauche de la défense à trois olympienne, l'ancien de Santos s'est montré bien plus rassurant qu'au match aller. Un meilleur rendement qui s'explique surtout par la grosse domination phocéenne dans le premier acte mais qui a eu le mérite d'aider les siens à lancer proprement leurs offensives. Très peu inquiété défensivement, le Brésilien n'a pas particulièrement brillé aux abords de la surface hollandaise. Débordé par Til au retour des vestiaires, il se reprend bien (49e). Tout comme en fin de rencontre et ce superbe tacle glissé, symbole d'une prestation plutôt aboutie.

- Gueye (5) : dans un rôle de sentinelle, l'ancien Havrais a réalisé un premier acte intéressant dans l'intensité défensive. Artisan de la domination olympienne dans l'entrejeu, le numéro 22 de l'OM s'est par ailleurs montré très propre dans l'orientation du jeu. Solide dans le duel, il a fait parler toute sa puissance pour étouffer le milieu de terrain néerlandais, sans pour autant se montrer décisif offensivement. Remplacé par Lirola (5) à la pause. Sérieux dans son couloir, le latéral espagnol n'a pas non plus créé de réelles différences offensivement, excepté cette frappe contrée dangereuse après un corner d'Harit (76e).

- Guendouzi (6) : à l'instar de son compère du milieu de terrain, l'ancien Merlu, prêté par Arsenal, s'est rendu auteur d'un premier acte de haut niveau. Parfait dans le duel, proche de son adversaire direct, attentif sur les orientations adversaires, Guendouzi s'est également illustré offensivement, à l'image de ce décalage intéressant pour Payet en début de rencontre (21e). Encore présent dans le duel au retour des vestiaires, il a très souvent remporté la bataille du milieu. Une prestation individuelle sans fausse note qui n'effacera cependant pas la déception de l'élimination.

- Gerson (4,5) : excentré à gauche de l'entrejeu marseillais, le milieu de terrain de la Seleção (4 sélections) a effectué un très bon travail en début de rencontre que ce soit aux abords de la surface adverse ou dans l'implication défensive. Juste techniquement, son impact a malgré tout diminué au fil des minutes. Frustré à l'image de ce tête à tête avec Geertruida (69e), il n'a jamais réussi à apporter sa grinta pour faire la différence dans les derniers instants.

- Payet (non noté) : maître à jouer de l'OM, le numéro 10 marseillais a vécu une soirée terrible. Disponible et très actif dans les premiers instants, le Réunionnais n'a pas tardé à s'illustrer d'une première frappe très dangereuse (21e). Et puis c'est tout... Blessé sur une transversale anodine (33e), le meneur de jeu olympien, ému, a finalement cédé sa place à Arek Milik (5,5) peu après la demi-heure de jeu. Auteur d'une belle tête dès son entrée en jeu, l'attaquant polonais s'est parfaitement incorporé au collectif. Inspiré dans ses appels, présent dans la surface, l'ex-Napolitain a cependant trop tergiversé au moment de conclure un joli mouvement collectif des siens (63e). Frustrant.

- Dieng (5) : présent à la pointe de l'attaque marseillaise, le Sénégalais, préféré à Arek Milik, s'est montré très volontaire. Dans ses prises de profondeur ou dans son rôle de premier pressing, le dernier vainqueur de la CAN n'a pas géré ses efforts et son activité a notamment permis aux siens de rester haut sur la pelouse du Vélodrome. Moins précis et plus discret au retour des vestiaires, il est finalement remplacé par Bakambu (62e), très discret sur le front de l'attaque olympienne.

- Harit (5,5) : préféré à Bakambu et titulaire pour cette demi-finale retour, l'ailier marocain de l'OM s'est rapidement montré à son aise. Très actif et disponible pour ses coéquipiers, il a ainsi fait parler toute sa vivacité sur le côté gauche. Tout aussi impliqué défensivement, le numéro 7 de l'OM s'est parfois sacrifié pour les siens, à l'image de cet avertissement reçu pour un tirage de maillot sur Dessers, parti en contre (44e). Plus effacé après la pause, sa générosité s'est trop souvent transformée en manque de justesse technique. Remplacé par Under (80e), averti pour contestations après une belle percée sur le côté gauche (84e).

Feyenoord

  • Marciano (6) : le portier israélien de la formation hollandaise a réalisé un match correct. Pas souvent mis en danger en première période, il était concentrée sur les deux têtes de Milik et vigilant sur coup de pied arrêté. En seconde période il captait bien la frappe de Rongier (54e)

  • Geertruida (6) : le jeune latéral droit hollandais, qui inscrivait un doublé le week-end dernier en championnat, a réalisé un match plutôt sérieux. Il était concentré dans son couloir et n'hésitait pas à aller au contact comme lors de son bon tacle sur Gerson (47e). Auteur d'une passe clé, il n'était en revanche pas très bon dans le jeu long.

  • Traumer (6,5) : le défenseur central autrichien a réalisé une prestation aboutie au Vélodrome. Bon dans l'anticipation comme quand il a bien suivi sur la longue passe de Kamara pour Milik (45e), il était également précieux dans les duels. Efficace dans le jeu long, il tentait même une frappe en une touche à l'entrée de la surface (66e).

  • Senesi (6,5) : voir ci-dessus.

  • Malacia (6) : pisté par l'Olympique Lyonnais, le jeune latéral gauche néerlandais a une nouvelle fois réalisé un plutôt bon match face à l'OM. Réalisant quelques belles interceptions, comme avec son très beau tacle devant Dieng dans la surface (44e), il n'hésitait également pas à se projeter vers l'avant. Averti pour avoir gagné du temps (73e).

  • Til (5) : le milieu offensif hollandais n'a pas réalisé un match des plus transcendants. Touchant peu de ballon, il n'influait que très peu sur les phases offensives de son équipe, même s'il se retrouvait à la finition lorsque servi par Dessers dans la surface il voyait sa frappe être déviée en corner par Gueye (39e). En revanche, à l'image de tout ses coéquipiers, il était très impliqué défensivement. Averti (35e) et remplacé par Hendrix (81e).

  • Aursnes (5) : le milieu défensif n'était pas le plus en vue des joueurs du Feyenoord ce soir, mais il a réalisé un match correct, étant important dans les tâches ingrates, parfois invisibles, pour venir gêner la progression olympienne. Cependant il était souvent battu dans les duels et peu en réussite balle au pied (64% de passes réussies).

  • Kokcu (6,5) : auteur d'un gros match, le numéro 10 turc de cette formation du Feyenoord était impliqué dans la plupart des occasions de son équipe (2 passes clés) comme lors de sa combinaison bien tentée avec Dessers sur coup franc (41e). Egalement impliqué défensivement, il remportait de nombreux duels et réalisait de nombreux tacles (5). En fin de match il tentait un lob (90+4e).

  • Nelson (4) : l'ailier droit prêté par Arsenal n'a pas réalisé un match incroyable. Touchant peu de ballon, il était également battu dans presque tout ses duels. Habituellement explosif, il ne l'était que rarement, mais il gagnait un bon coup franc excentrée aux abords de la surface sur l'une de ses seules tentatives d'accélération (40e). Remplacé par Jahanbakhsh (87e).

  • Dessers (5,5) : le meilleur buteur de cette première édition de Ligue Europa Conférence n'a pas été aussi bon qu'à l'aller. La défense marseillaise le cadrait bien mais il arrivait à se procurer quelques situations comme lorsqu'il fixait bien Kamara dans la surface pour servir Til qui tentait sa chance (39e), ou qu'il voyait sa reprise, après le coup franc joué au sol par Kokcu, être contrée par la défense marseillaise (41e). En fin de match, il était repris à deux reprises par la défense marseillaise.

  • Sinisterra (3) : l'ailier colombien n'a pas été aussi tranchant qu'à l'aller lors de cette manche retour. Ne réussissant que peu de dribble, il était également à la peine dans les duels. Cependant il n'hésitait pas à faire des efforts défensifs. Remplacé par Linssen (72e).

Les compositions officielles au coup d'envoi

Le XI de l'Olympique de Marseille

Le XI du Feyenoord

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité