L’AJ Auxerre entame son sprint final vers la Ligue 1

Par Josué Cassé
6 min.
Jubal et Paul Joly sous le maillot de l'AJ Auxerre. @Maxppp

Leader de Ligue 2 avant de se déplacer sur la pelouse de l’AC Ajaccio, ce lundi soir (20h45), l’AJ Auxerre se prépare à la dernière ligne droite de la saison. Portés par une attaque de feu et une défense compacte, les hommes de Christophe Pélissier vont désormais devoir faire preuve de caractère pour valider leur retour dans l’élite du football français.

Les montagnes russes. Promu en Ligue 1 à l’issue de l’exercice 2021-2022, l’AJ Auxerre n’a finalement tenu qu’une saison dans l’élite du football français. Dix-septième de Ligue 1 la saison dernière, le club bourguignon avait finalement fait les frais d’une saison particulière, marquée par quatre descentes. Pourtant, à huit journées de la fin, les pensionnaires de l’Abbé-Deschamps s’apprêtent, à nouveau, à vivre les émotions du plus haut niveau. En tête du championnat avec 55 unités, l’AJA compte aujourd’hui deux longueurs d’avance sur Angers et quatre points de plus que Saint-Étienne. Une avance que les hommes de Christophe Pélissier pourraient d’ailleurs conforter, ce lundi soir, lors du déplacement à Ajaccio en clôture de la 29e journée.

La suite après cette publicité

À Auxerre, le danger vient de partout !

Meilleure attaque de l’antichambre de l’élite du football français avec 53 buts inscrits, la formation auxerroise se distingue également par une très belle solidité défensive (28 réalisations concédées). Une réussite notamment expliquée par les récents mouvements effectués sur le marché des transferts. L’été dernier, l’AJA s’est ainsi offert les services de Colin Dagba, prêté par le PSG, Ado Onaiwu, ancien buteur du TFC, ou encore Florian Ayé, précieux depuis son arrivée en provenance de Brescia. Et ce n’est pas tout. Capitaine de ce collectif, le Brésilien, Jubal, apporte de son côté toute sa sérénité dans la défense bourguignonne et son efficacité aux abords de la surface adverse (6 buts). Aux côtés de Théo Pellenard, passé par Bordeaux, Angers ou encore Valenciennes, le joueur de 30 ans fait désormais figure de cadre dans un groupe relativement inexpérimenté (l’âge moyen étant de 25,1).

À lire Harrison Manzala : « Je suis un gros geek comme 90 % des footeux »

Dans l’entrejeu, Auxerre a, là aussi, trouvé la bonne formule avec un double pivot très performant, formé par la paire Rayan Raveloson - Elisha Owusu. Et que dire du secteur offensif… Meilleur buteur et passeur du club cette saison (9 buts et 10 passes décisives), Gauthier Hein sublime, en effet, le 4-2-3-1 dessiné par Christophe Pélissier. Dans un rôle de meneur de jeu, le Français de 27 ans se régale et peut ainsi faire briller ses partenaires. Sur le côté droit de l’attaque, Gaëtan Perrin totalise, à ce titre, 7 buts et 8 offrandes en 32 matches toutes compétitions confondues alors qu’Ado Onaiwu peut lui se targuer de 8 buts depuis le début de la saison. De retour au sein de son club formateur en juillet dernier, Florian Ayé a quant à lui pleinement explosé lors de cet exercice (10 buts et 5 caviars en 32 matches). Autant de qualités individuelles permettant donc à l’AJA de croire légitimement en la montée.

La suite après cette publicité

Le vestiaire refuse de s’enflammer…

Présent en conférence de presse avant de se déplacer en Corse, le technicien auxerrois a cependant refusé de s’enflammer, conscient que le plus dur restait très certainement à faire. «On a un groupe, c’est avec un groupe qu’on fait une performance sur une saison. C’est la force d’un groupe d’être à 100% sur ce sprint final. On sent le groupe prêt, mobilisé et même impatient en jouant le lundi… Tout le monde sait que ça se joue maintenant. On est très bien placé, mais rien n’est acquis non plus. Les joueurs savent ce qu’ils ont fait pour être là, mais aussi tout ce qu’il faut encore faire pour rester à cette place. On a envie de rester à cette place de leader de Ligue 2. Les pièges à éviter : c’est de ne pas s’occuper de ce que font les autres. Ce sont nos performances qui sont importantes. On n’a pas d’action sur les résultats des autres… Il faut se concentrer sur nous, notre contenu de match, nos performances», rappelait, à ce titre, l’ancien coach du FC Lorient.

Moins souverain depuis le début de l’année 2024 (4 victoires, 5 nuls et 1 défaite en championnat), l’AJA reste, en effet, sous la pression du SCO d’Angers et de l’ASSE, très en forme ces dernières semaines. Face à Ajaccio, le rendez-vous sera donc primordial, d’autant plus que les Auxerrois devront se passer de leur maître à jouer, Gauthier Hein, suspendu pour cette rencontre. «On sait ce que Gauthier Hein apporte au collectif et à l’équipe. Mais j’ai d’autres joueurs, avec d’autres qualités donc on doit pouvoir se réorganiser, adapter notre jeu pour jouer sans Gauthier. Ce n’est pas qu’on se réinvente, mais il faut prendre en compte la spécificité et les qualités des joueurs qu’on a à disposition», relativisait toutefois Pélissier. Un discours similaire à celui tenu par Gaëtan Perrin. «Gotcho (Hein) est un élément important de l’équipe. On va devoir jouer sans lui, mais on a des joueurs pour pallier cette absence. C’est la force du collectif». Conscient de l’enjeu, l’ancien buteur de l’Olympique Lyonnais refusait, à son tour, de s’enflammer sur un possible retour en Ligue 1.

La suite après cette publicité

Le diable se cache dans les détails…

«Il faut rester concentré sur nous. On est conscient de nos qualités, il faut rester focus et si on continue sur cette dynamique, on sait que de belles choses nous attendent. On a insisté sur le fait que c’était très bien d’être là où on est, mais il reste 9 matches, c’est long. On reste très calme avec beaucoup de sérénité et en étant très concentré sur nos objectifs. On analyse bien les équipes adverses, elles aussi… Il faut garder cette force qui est la nôtre depuis le début de saison tout en ayant en tête deux ou trois idées si le match ne se passe pas comme on le souhaite. Il faut rester focus sur ce qu’on fait de bien, et élever la qualité sur ce qu’on fait». Si l’AJ Auxerre appelle donc à la prudence, le club fondé en 1905 se retrouve, aujourd’hui, dans une position plus que favorable et peut logiquement se mettre à rêver plus grand. Pour cela, Aurélien Denotti, préparateur physique à l’AJA et responsable de la performance, rappelait de son côté l’importance du facteur physique dans ce sprint final.

Le classement de la Ligue 2

# Équipe Pts J DIF G N D BP BC
1 Auxerre Auxerre 61 32 27 17 10 5 59 32
2 Angers Angers 55 32 12 16 7 9 47 35
3 ASSE ASSE 54 32 14 16 6 10 39 25
4 Paris FC Paris FC 49 32 6 13 10 9 41 35
Voir le classement complet

«Aujourd’hui, la priorité, c’est vraiment de se concentrer sur l’état de fraîcheur des joueurs, l’aspect mental et psychologique, de manière à aborder ces neuf dernières rencontres de la meilleure des façons. D’un point de vue purement athlétique, il n’y aura pas de rappel, ou alors très léger. Parce que tout a déjà été fait en première partie de saison. Que ce soit d’un point de vue musculaire, athlétique et physique. Il y a eu effectivement un petit rappel athlétique en janvier, qui a été assez court étant donné qu’il y avait le match de Coupe de France. Et puis sur les dernières semaines, régulièrement, on continue de travailler avec les joueurs le côté technique, tactique et physique. Ensuite, c’est en accompagnant l’entraineur que l’on constituera les meilleures équipes pour prendre soin de l’ensemble des joueurs, et garder le groupe dans sa totalité jusqu’à la fin. C’est aussi ce qui fera la différence». Première finale, ce lundi, face aux hommes d’Olivier Pantaloni…

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité