Dušan Vlahović, première victime d'une Juventus en souffrance !

Arrivé en provenance de la Fiorentina à l'hiver 2021, Dušan Vlahović traverse une période plus que contrastée du côté de la Juventus Turin. Esseulé à la pointe de l'attaque, le Serbe de 22 ans s'agace. De quoi réveiller la concurrence...

Dusan Vlahovic sous les couleurs de la Juventus Turin
Dusan Vlahovic sous les couleurs de la Juventus Turin ©Maxppp
La suite après cette publicité

Quelle serait la chose la plus horrible à vivre en permanence pour un être humain ? À cette question, Victor Hugo répondait : «L'enfer est tout entier dans ce mot : solitude». À cette réponse, Dušan Vlahović acquiesce ! Recrue la plus chère du dernier mercato hivernal, Dušan Vlahović (22 ans) s'est envolé quatre cents kilomètres plus au nord de la Botte. Adieu Florence, bonjour Turin ! Arrivé à la Vecchia Signora en provenance de la Fiorentina, dans les dernières heures du mois de janvier, contre un chèque estimé à 81,6 millions d'euros, le natif de Belgrade n'a pas tardé avant de faire chavirer le cœur des supporters turinois.

Auteur, en 21 matches toutes compétitions confondues et six mois seulement, de 9 buts et 2 passes décisives sous le maillot de la Juve la saison passée, l'attaquant international serbe (15 sélections, 7 réalisations) semblait être la pièce manquante du collectif de Massimiliano Allegri. «Marquer, c'est important bien sûr, mais je veux aussi m'améliorer dans tous les aspects du jeu, dans le jeu, dans le marquage. Je dois encore travailler davantage. L'entraîneur m'avait simplement dit de rester calme et qui tout irait bien. Mais le plus important, c'était de gagner ce match. La Juve vise toujours les objectifs les plus hauts, je suis là pour aider et apporter ma contribution, on verra match par match», affirmait d'ailleurs l'intéressé au micro de DAZN après son premier but contre l'Hellas Vérone.

Principale victime d'un collectif amorphe

Oui, mais voilà. Plus de sept mois après cette première déclaration, l'ancien finisseur du Partizan Belgrade ne prend clairement plus autant son pied dans le théâtre de ses rêves les plus primaires. Que ce soit dans un 4-4-2, un 4-3-3 ou un 3-5-2, Dušan Vlahović est laissé seul. Victime d'une Juventus Turin malade, affichant un jeu proche du néant. Qu'importe les arrivées couplées d'Angel Di Maria et d'Arkadiusz Milik pour renforcer le secteur offensif de la Vieille Dame, le mal est plus grand et le numéro 9 des Bianconeri souffre particulièrement. Abandonné par ses coéquipiers, l'attaquant serbe est finalement passé, en quelques mois, du statut de nouvelle star à simple joueur subissant le marasme.

Symbole des difficultés, actuellement vécues par le Serbe, il faut remonter au 31 août 2022 et à un match contre la Spezia pour apprécier le dernier but de l'ancien joueur de la Viola. Des chiffres inquiétants, mais malheureusement logiques au regard des prestations réalisées par les hommes de Massimiliano Allegri. Peu inspirés, souvent débordés défensivement et incapables de trouver leurs joueurs offensifs, les Turinois s'enfoncent, week-end après week-end, dans une situation de crise. Pour illustrer le mal-être traversé par le buteur de Belgrade, il suffit alors de se pencher sur sa ligne statistique. Depuis le début de la saison, Dusan Vlahovic c'est 4 buts inscrits, soit en moyenne un but toutes les 178 minutes. Bien trop peu.

Des statistiques inquiétantes...

«Le problème n'est pas que la Juventus soit battue, on peut perdre. Mais si vous perdez à Monza sans avoir jamais botté un but, il y a un gros problème entre l'équipe, l'entraîneur et les propriétaires, vous pouvez le voir dans les déclarations. Avec autant de joueurs importants, même à 10 tu peux jouer, mais cette Juve n'est pas capable de jouer et c'est quelque chose qui inquiète. Après cela, il y a les problèmes de Vlahovic, Di Maria... Vlahovic n'a pas grandi depuis qu'il est à Turin», déclarait, en ce sens, Claudio Marchisio, l'ancien milieu de terrain de la Juventus surnommé "Principino", au micro de la Rai Sport.

Première victime du jeu proposé par la Vieille Dame (3,8 tirs cadrés par match en moyenne et une équipe qui n'a cadré que 25 tirs en 7 matchs de championnat), Vlahović n'a ainsi touché que 78 ballons touchés en Serie A, dont 5 face à la Sampdoria en 90 minutes ! Programmé pour terrasser les défenses européennes, l'avant-centre de la formation piémontaise erre finalement comme une âme en peine sur la pelouse de l'Allianz Stadium. Huitième de Serie A avec 10 petites unités (2 victoires, 4 nuls et 1 défaite) et plus que jamais en danger en Ligue des Champions (deux revers en autant de journées dans le groupe H), la Juventus Turin ne semble pas être en mesure de le relancer. L'inquiétude grandit, l'intéressé s'agace et la concurrence se réveille.

Arsenal et le Bayern pour sauver le soldat Vlahović ?

En quête d'un renfort offensif malgré l'arrivée récente de Gabriel Jesus, Arsenal, leader de Premier League, aimerait en effet recruter Dušan Vlahović. D'après la presse italienne, les Gunners, déjà sur le coup en janvier dernier, seraient toujours sous le charme de DV9 et pourraient ainsi revenir à la charge lors du prochain mercato. Volonté de Mikel Arteta, l'attaquant serbe de 22 ans a, par ailleurs, été annoncé comme une cible prioritaire du Bayern Munich. Une information à prendre avec des pincettes puisque d'après les dernières révélations de BILD, la formation bavaroise n'aurait, jusqu'à présent, pas montré un intérêt réel. Isolé à la pointe de l'attaque turinoise et frustré de cette situation, Vlahović n'en reste pas moins un buteur de classe mondiale et sa situation pourrait rapidement évoluer.

En attendant, faisons confiance au joueur pour tenter de remettre sur les rails le club du Piémont. «Il a toujours eu une pensée : devenir numéro un, s'améliorer et gagner. Il n'a pas peur du travail, il n'est pas distrait par la pression. Il ne pense toujours et qu'au travail. À un moment je lui ai dit : ça va être une période difficile, tu vas devoir travailler dur et ça risque même d'être difficile pour toi. Pour n'importe quel joueur, cette situation pourrait être très stressante. Savez-vous ce qu'il m'a dit ? "À quelle heure dois-je venir demain?". Je lui ai dit : "8 heures". Et il est arrivé à l'heure», racontait, en ce sens, Andreja Milutinovic, préparateur physique, proche de Dušan Vlahović.

Plus d'infos

Commentaires