OM : Jorge Sampaoli est-il vraiment un Marcelo Bielsa bis ?

Jorge Sampaoli est régulièrement présenté comme un Marcelo Bielsa 2.0. Mais le nouvel entraîneur de l'OM et El Loco sont-ils vraiment comparables ?

Marcelo Bielsa et Jorge Sampaoli
Marcelo Bielsa et Jorge Sampaoli ©Maxppp
La suite après cette publicité

L'idée de voir Jorge Sampaoli sur le banc de l'Olympique de Marseille déchaîne logiquement les passions dans le sud de la France. Inévitablement, le parallèle avec Marcelo Bielsa est fait dès que le nom de celui qui était jusqu'à peu l'entraîneur de l'Atlético Mineiro est évoqué. Il faut dire que les similitudes sont nombreuses entre les deux hommes, à commencer par leur nationalité ou leur parcours à la tête de la sélection chilienne. Sampaoli a confié à maintes reprises être un disciple du Loco, et ce dernier a à son tour encensé à plusieurs reprises le nouveau coach phocéen, allant jusqu'à dire que « Sampaoli est meilleur » que lui. Sur le papier, c'est très flatteur. Pourtant, les Marseillais doivent-ils s'attendre à voir leur club adoré se retransformer ou prendre des allures de Leeds ?

Oui et non, puisque comme souvent, il y a des nuances. Dans l'absolu, on a souvent tendance à penser que certains entraîneurs n'en ont pas grand chose à faire du résultat à partir du moment où leur équipe joue bien. C'est une étiquette souvent attribuée à Bielsa, ou même à Pep Guardiola. La vérité, c'est que tous les entraîneurs, quels qu'ils soient, jouent pour gagner. Certains, comme les deux cités plus haut, sont en revanche dogmatiques à 100% quant à leur idée de jeu, à laquelle ils appliquent tout de même certaines modifications quand ils estiment que c'est nécessaire. Jorge Sampaoli lui est aussi un entraîneur dogmatique, dans la mesure où, s'il estimait pouvoir toujours gagner de cette façon, son équipe jouerait un style offensif en permanence. Le natif de Casilda n'hésite cependant pas à, parfois au cours d'un match comme d'entrée de jeu, adopter une posture bien plus défensive ou visant à maintenir un certain équilibre.

Sampaoli est plus flexible

Du côté de Séville, on a ainsi vu de tout. Des formations avec seulement trois joueurs au profil défensif dans l'équipe, avec une avalanche d'attaquants devant, comme des compositions bien plus prudentes et conservatrices, allant parfois jusqu'à aligner trois milieux défensifs en même temps. Plus qu'au niveau du système ou des hommes alignés, c'est surtout dans les intentions qu'on a vu une certaine schizophrénie, comme ce fut aussi le cas avec l'Argentine d'ailleurs. Un jour, c'était l'action, avec une équipe qui prenait des initiatives et dicte le tempo de la rencontre. Le lendemain, c'était de la réaction, avec une approche bien plus attentiste, cherchant d'abord à assurer une certaine assise défensive avant d'exploiter de potentielles failles de l'adversaire. C'est là que réside le principal point de divergence entre les deux hommes.

Pour Bielsa, l'attitude et la façon de jouer sont innégociables, alors que Sampaoli est clairement prêt à faire des concessions de ce côté-là. C'est dans cette flexibilité que réside la principale différence entre les deux tacticiens si on parle de foot, mais il y en a bien d'autres. Au quotidien, il y a aussi quelques écarts. Les deux sont d'énormes passionnés et de très gros travailleurs, et exigent à leurs hommes d'être tout aussi impliqués dans leur vie professionnelle qu'eux. Cela se traduit par des séances d'entraînement particulièrement exigeantes, de la vidéo, et le besoin de conserver une hygiène de vie impeccable en dehors des terrains. En revanche, Jorge Sampaoli est bien plus proche de ses joueurs. Au jour le jour, El Loco a l'habitude de déléguer tout ce qui est lié aux relations avec l'effectif à ses adjoints, alors que le nouveau coach phocéen est bien plus proche. Claudio Bravo, le grand gardien chilien, l'a notamment confié à plusieurs reprises. C'est Luis Bonini, membre du staff du Loco, qui parlait beaucoup aux membres de l'effectif en sélection. Sampaoli a lui l'habitude de discuter avec ses troupes, dans le cadre professionnel mais également dans un cadre extra-sportif.

Deux humains différents

Pour revenir sur le côté terrain, Marcelo Bielsa a plutôt tendance à formater ses joueurs à son idée, quitte à les faire jouer à des postes qui ne sont pas le leur par exemple, plutôt qu'à adapter son jeu à son effectif, ce qui est plus le cas de Jorge Sampaoli. Le premier cité est plus dans une optique de formation, allant parfois jusqu'à réinventer complètement certains joueurs. Le deuxième est plus un accompagnateur, qui va surtout chercher à mettre les joueurs de son effectif dans les meilleures conditions possibles pour qu'ils développent leur talent et exploitent au mieux leurs capacités. Très tatillon sur le côté tactique, Bielsa ne tolère que très peu d'écarts de ses joueurs, et mise avant tout sur un mélange de capacités collectives et individuelles pour venir à bout de ses adversaires. Jorge Sampaoli a lui davantage tendance à jouer sur les émotions, sur l'intensité, la grinta, et d'autres facteurs mentaux pour permettre à ses équipes de gagner. Dans un Vélodrome bouillant quand les supporters seront de retour, cela promet beaucoup !

Enfin, le côté humain est aussi important, surtout dans un club comme l'OM où l'entraîneur devient immédiatement une figure très médiatique et sollicitée. Dans ce contexte, Sampaoli devrait a priori être plus à l'aise que ne l'était Bielsa. L'ancien de Séville et de Santos, entre autres, est un personnage qui n'a aucun souci avec la notoriété, qui se laisse voir en public régulièrement et qui n'a pas de problème particulier avec la presse. Son aîné, a contrario, est pratiquement uniquement concentré sur le foot et exclusivement le foot. En revanche, même si ça peut paraître paradoxal vu ce qu'on a raconté un peu plus haut, Sampaoli semble avoir plus de mal dans les relations humaines. La situation peut très vite s'envenimer avec lui, qui semble bien moins stable de ce côté-là que le coach de Leeds. Bielsa est ainsi décrit comme quelqu'un de très humble, patient et modéré, même si parfois capable de coups de folie épisodiques. Tout le contraire d'un Sampaoli, plutôt présenté comme sanguin, impulsif, et doté d'un certain égo. « Bielsa est quelqu'un d'intègre dans la vie, tout le contraire de Jorge Sampaoli », a résumé l'entraîneur argentin Pablo Vico il y a peu. Il a d'ailleurs eu divers soucis avec la justice, quand Bielsa n'a jamais fait la une pour des raisons négatives en Amérique du Sud. Il ne s'agit pas de dire que Sampaoli est méchant et Bielsa gentil, encore une fois c'est bien plus nuancé que ça, mais c'est une composante à prendre en compte. Quoi qu'il en soit, l'ensemble des fans de foot en France a hâte de voir Sampaoli à l'œuvre au Vélodrome !

Plus d'infos

Commentaires