Mercato : l'ASSE version 2022-23 prend forme

Relégués en Ligue 2 au terme d'une saison infernale, les Verts comptent bien retrouver au plus vite l'élite du football français. Pour y parvenir, les Stéphanois se sont déjà activés sur le mercato.

Batllès et le dirigeants de l'ASSE
Batllès et le dirigeants de l'ASSE ©Maxppp

L'ASSE est en rédemption. Cette saison, les Verts veulent se racheter, eux qui ont vécu l'enfer lors de l'exercice 2021-22. Après une première moitié de saison compliquée ponctuée par le limogeage de Claude Puel, les Stéphanois espéraient repartir de l'avant avec Pascal Dupraz. Mais le technicien français n'a pas fait de miracle et Saint-Étienne a terminé l'année à la dix-huitième place du classement. Dans ce marasme, il restait donc un infime espoir que le club de la Loire réussisse à se maintenir en Ligue 1. Mais Saint-Étienne a échoué lors des barrages face à Auxerre, promu donc en élite.

La suite après cette publicité

Un terrible coup de massue pour le club stéphanois, présent pourtant en L1 depuis dix-huit saisons consécutives. Cette relégation a d'ailleurs provoqué la colère d'une partie des supporters, qui avaient envahi la pelouse de Geoffroy-Guichard lors du barrage retour face à l'AJA. Ce qui a eu des conséquences désastreuses pour l'ASSE puisque la Commission de discipline de la LFP a sanctionné le club de «six points de pénalité, dont trois avec sursis, applicables sur la saison 2022-2023, et six matchs à huis clos du stade Geoffroy-Guichard, dont deux avec sursis».

Batllès veut un mix entre des joueurs expérimentés et des jeunes formés à la maison

Dans ce climat tendu, les actionnaires, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer, n'ont pas choisi le meilleur timing pour communiquer sur le projet de rachat du club. En effet, ils l'ont annoncé dans un communiqué publié le jour même de l'officialisation de la descente en L2. Mais comme sur le terrain sportif, l'écurie française a échoué pour le moment puisque David Blitzer, candidat au rachat, n'a pas fait d'offre. L'ASSE a d'ailleurs indiqué via un communiqué de presse publié le 2 juillet dernier qu'aucune proposition n'avait été faite jusqu'à présent. C'est donc dans ce contexte que Saint-Étienne va tenter de se reconstruire.

En chantier, le club stéphanois a malgré tout lancé sa mission rachat, puisque l'objectif est de retrouver la L1 au plus vite et reconquérir le coeur des supporters sous les ordres de Laurent Batllès. Le nouveau coach des Verts a confié lors de sa présentation : «il y a un projet sur deux ans. Bien sûr, l’ambition est d’être compétiteurs, d’être le plus haut possible mais j’ai fonctionné par paliers lorsque j'étais à Troyes. Je procèderai de la même façon en faisant un point toutes les dix journées. Quoi qu'il en soit, il faut être positif et dans le combat. Il va falloir construire une équipe cohérente. On va essayer de mettre un projet de jeu ambitieux». L'idée serait de faire un mix entre des éléments expérimentés et des jeunes issus de la formation.

Cinq recrues sont déjà arrivées

«On veut des joueurs qui connaissent le championnat mais aussi le haut de tableau. On veut construire une équipe compétitive avec des éléments qui ont envie d’aller de l’avant. Il faut se laisser le temps de faire les choses avec humilité. Il ne faut pas croire que notre statut de club historique nous donnera des résultats. C’est le travail qui fera qu’on pourra atteindre nos objectifs (...) Aujourd'hui, on ne peut pas avoir un centre de formation performant et ne pas s'en servir. On aimerait avoir 14 à 15 joueurs de L1/L2 et les compléter par de jeunes joueurs pour arriver à 21 éléments. On doit se servir de nos meilleurs jeunes. On a volontairement laissé des casiers vides dans le vestiaire des professionnels. À eux d’aller les chercher».

Batllès veut ouvrir le groupe. Plusieurs jeunes ont donc signé leur premier contrat professionnel cet été à l'image de Louis Mouton, Ayman Aiki ou Lucas Calodat. Côté arrivées, les dirigeants stéphanois n'ont pas chômé non plus puisque cinq recrues ont débarqué cet été. Dylan Chambost, Anthony Briançon et Jimmy Giraudon ont été rejoints mercredi par Mathieu Cafaro, prêté avec option d'achat par le Standard de Liège, et Victor Lobry, qui a signé jusqu'en 2024. En parallèle, l'ASSE continue son dégraissage intensif.

Un dégraissage à gérer en parallèle

En effet, le club voulait se débarrasser de quatorze joueurs en fin de saison dernière, sans compter Joris Gnagnon qui avait résilié son bail. Outre les quatre éléments prêtés, à savoir Bernardoni, Crivelli, Falaye Sacko et Thioub, dix joueurs en fin de contrat sont partis à l'image de Eliaquim Mangala, Ryad Boudebouz, Romain Hamouma, qui a filé à Ajaccio, ou encore Wahbi Khazri et Arnaud Nordin. Les deux derniers cités ont d'ailleurs rejoint Montpellier.

Grand espoir des Verts, Lucas Bourna-Douath a, lui, filé au RB Salzbourg pour 13 millions d'euros. Denis Bouanga, lui, a la porte grande ouverte. Le Gabonais est notamment pisté par le Borussia Mönchengladbach selon nos informations. Yvan Neyou, associé au Clermont Foot, ou encore Adil Aouchiche, qui ne sera pas retenu selon Le Progrès, sont aussi concernés par le marché des transferts. Lancé dans sa mission rachat, l'AS Saint-Étienne a déjà bien avancé sur l'immense chantier que représente le mercato.

Plus d'infos

Commentaires