Les recrues de l'OM demandent du temps pour imprimer la patte Jorge Sampaoli

Les dernières sorties de l'OM de Jorge Sampaoli ont amené quelques questions sur le plan tactique. Avec des éléments parfois perdus. Cengiz Ünder et Luan Peres sont montés au créneau.

Jorge Sampaoli dans sa zone technique
Jorge Sampaoli dans sa zone technique ©Maxppp
La suite après cette publicité

Jour de présentations à l'Olympique de Marseille. Cengiz Ünder et Luan Peres étaient officiellement introduits à la presse par le président phocéen Pablo Longoria. Si les deux hommes ont évidemment été interrogés sur leur choix de rejoindre le club phocéen cet été et leurs ambitions pour la saison à venir, ils ont également dû répondre aux premières interrogations au sujet du déséquilibre tactique parfois aperçu lors des dernières sorties du onze de Jorge Sampaoli en matches de préparation et aux difficultés de certains à se positionner, comme Gerson par exemple.

Le Brésilien, qui connaît el Pelado sur le bout des doits pour avoir joué sous ses ordres à Santos, a demandé du temps pour que l'équipe et les nombreuses recrues s'imprègnent de son système et de sa philosophie de jeu. «C’est son style depuis longtemps, cela demande un peu de temps, de l’entraînement aussi, ça ne vient pas du jour au lendemain. À Santos, ça a pris du temps. Ici, on est dans le processus. Je connais Sampaoli, je sais ce qu’il veut, j’essaie de le mettre en pratique», a-t-il lâché.

Du temps et de l'optimisme

Le Turc, lui aussi, a demandé du temps pour être pleinement habitué aux routines de jeu du technicien argentin. «Les préconisations de l'entraîneur me conviennent, je suis un joueur qui joue certes à droite, mais j'aime revenir en arrière pour récupérer et partir le long de la ligne. Je suis un attaquant, mais j'aime bien participer au jeu qui se construit au milieu. Je me sens à l'aise dans cette organisation et j'espère que dans une dizaine de jours je vais trouver ma place au sein de l'équipe», a-t-il indiqué.

Le chantier olympien est donc encore loin d'être terminé. Mais, à deux semaines du coup d'envoi de la Ligue 1, l'ancien sélectionneur de l'Albiceleste a largement le temps de trouver les bons réglages et les ajustements pour faire cohabiter au mieux les très nombreux renforts que lui a offert son président Pablo Longoria. «On a tout pour lutter pour le titre. Hier (dimanche), on a fait jeu égal avec Benfica, une grande équipe européenne, chez lui», a lancé Luan Peres, déjà sûr de la force de sa nouvelle écurie. Nouveaux éléments de réponse mercredi, contre Saint-Étienne à Gueugnon, puis samedi, face à Villarreal, dans un Orange Vélodrome sans doute plein à craquer.

Plus d'infos

Commentaires