Ligue des Champions : Alvaro Morata sauve la Juventus du faux pas à Kiev, Bruges crucifie le Zenit

La Juventus s'est imposée 2-0 sur la pelouse du Dynamo Kiev grâce à un doublé de son attaquant espagnol. Dans l'autre match de la soirée, le Zenit Saint-Pétersbourg s'est incliné sur le score de 2-1 face à Bruges suite à un but belge dans le temps additionnel.

Les Turinois célèbrent le premier but de Morata
Les Turinois célèbrent le premier but de Morata ©Maxppp

Coup d'envoi de la phase de la Ligue des Champions cet après-midi ! Et pour lancer cette nouvelle édition de notre compétition préférée, on avait droit à deux rencontres un peu avant 19h. Avec l'entrée en matière d'un candidat au titre final : la Juventus. Les Turinois se déplaçaient ainsi du côté de Kiev, sans Cristiano Ronaldo, et avec un onze un peu particulier. Andrea Pirlo sortait un onze un peu surprenant, avec Betancur et Rabiot dans l'entrejeu, alors que les recrues Kulusevski, Alvaro Morata ou Enrico Chiesa étaient alignées d'entrée. Paulo Dybala démarrait toujours sur le banc, comme Arthur Melo. En face, le leader de la ligue ukrainienne sortait son onze de gala, et Mircea Lucescu misait notamment sur Viktor Tsygankov, bourreau de l'Espagne avec sa sélection pendant la trêve. Les débuts étaient assez équilibrés, avec deux équipes plutôt prudentes et bien en place, mais les Italiens prenaient vite les commandes. C'est Chiesa qui s'offrait la première situation chaude de la partie. Ramsey décalait pour l'Italien qui frappait, mais Bushchan se couchait vite pour sortir une main providentielle (12e). Derrière, Chiellini manquait sa tête alors que le portier rival s'était troué sur sa sortie aérienne (13e).

La suite après cette publicité

Chiesa se montrait de plus en plus dangereux, et enchaînait sur un enroulé qui passait près du montant gauche des cages rivales (15e). Pirlo allait cependant devoir faire des changements assez rapidement, puisque Chiellini, blessé, devait laisser sa place à Demiral (18e). Même si on sentait encore un certain manque de rodage et d'automatisme côté turinois, les champions d'Italie dominaient les débats et Kulusevski était tout proche d'inscrire un sacré but, avec une talonnade devant Bushchan, auteur d'un arrêt réflexe sublime (34e). En face, c'était assez pauvre balle au pied, et il fallait attendre ce coup franc de Tsyganko pour justifier la présence d'un gardien dans les cages turinoises ce soir (45e+1). Le duo Rabiot-Bentancur n'était pourtant pas dans un grand jour, et il y avait clairement des coups à jouer dans le dos des deux milieux. Ce résultat nul à la pause était donc plutôt logique même si la Juventus avait profité des meilleures occasions de la partie.

La Juventus n'a pas vraiment été inquiétée

Cependant, sur le coup d'envoi de la deuxième période pratiquement, la Vieille Dame brisait le verrou et prenait l'avantage. Chiesa débordait côté gauche. Son centre était renvoyé, mais Kulusevski était là pour reprendre. Bushchan repoussait tant bien que mal, et Alvaro Morata rodait pour expédier le cuir au fond des filets (0-1, 46e). Le revenant Dybala entrait ensuite en jeu (55e) remplaçant un bon Kulusevski. Le chrono défilait, et la Juventus était toujours supérieure, un peu plus tranchante qu'en première période et toujours aussi peu inquiétée par son rival du soir. Wojciech Szczęsny vivait donc une soirée plutôt paisible. Alvaro Morata lui n'était pas rassasié, et sur un centre de Cuadrado, il devançait son vis à vis et plaçait une tête parfaite pour faire le break et plier la rencontre (2-0, 84e). La Juventus démarre donc sa campagne européenne sur une note positive.

L'autre rencontre de cette fin d'après-midi opposait le Zenit à Bruges, dans le groupe F cette fois. Les débats étaient assez équilibrés et su les Belges semblaient parfois un peu au-dessus, il n'y avait que très peu d'occasions franches à se mettre sous la dent des deux côtés, si ce n'est cette tête de Vanaken à quelques minutes de la pause. Au retour des vestiaires, et alors que les Russes commençaient à créer du danger, c'est Bruges qui allait faire trembler les filets. Dennis poussait le ballon dans les cages après un cafouillage dans la surface (1-0, 63e). Le Zenit avait des opportunités pour égaliser, via Driussi notamment, mais c'est finalement Dejan Lovren qui allait remettre les deux formations à égalité. Le Croate dégoupillait un missile lointain qui trompait le portier rival (1-1, 74e). Et alors qu'on se dirigeait vers un 1-1, le jeune Charles de Ketelaere (19 ans) a offert les trois points à son équipe. Un joli plat du pied devant les cages suite à un centre bien senti de Vormer depuis le flan droit. Coup dur pour les Russes !

Plus d'infos

Commentaires