Le FC Barcelone craint Jorge Mendes pour Ansu Fati

Ansu Fati est toujours en train de renégocier son contrat. Avec Jorge Mendes cette fois. Et le Barça commence un peu à craindre le super-agent portugais.

Jorge Mendes ici face à une foule de journalistes
Jorge Mendes ici face à une foule de journalistes ©Maxppp

À l'instar de Mino Raiola, Jorge Mendes fait la pluie et le beau temps dans le football européen. L'AS Monaco ou même le Valencia CF et Wolvherampton peuvent en témoigner. Depuis quelques mois maintenant, le super-agent portugais a récupéré dans son escarcelle la nouvelle pépite du FC Barcelone et de l'équipe nationale d'Espagne, Ansu Fati (18 ans). Son avenir semble bien s'écrire en Catalogne, mais rien n'est jamais figé dans le football.

La suite après cette publicité

Sport nous apprend d'ailleurs que le FC Barcelone craint beaucoup le Portugais. Même si Mendes et la direction de Bartomeu s'entendaient bien et qu'ils ont travaillé ensemble, le Portugais n'est jamais très loin quand il s'agit de gros transfert. L'avenir d'Ansu Fati est un enjeu majeur pour les Blaugranas et les négociations concernant sa prolongation de contrat traînent un peu trop en longueur.

On reste calme au Barça, pour l'instant

L'été dernier, alors que le football mondial était en crise suite à la pandémie de coronavirus, Jorge Mendes est arrivé avec une offre de 150 millions d'euros de la part de Manchester United pour Ansu Fati. Offre évidemment refusée. Mais aujourd'hui, on se demande à la direction des pensionnaires du Camp Nou de quoi serait capable Mendes quand les clubs auront une meilleure surface financière.

La situation est claire, Ansu Fati, qui est blessé au ménisque et absent pour quelques mois, est sous contrat jusqu'en juin 2022. Son contrat est aussi pourvu d'une option de deux années de plus et une clause libératoire de 400 millions d'euros. Mais l'opportunité d'augmenter ses revenus est bien présente et c'est à ce sujet que les relations pourraient bien se tendre. Quand on a fait entrer le loup dans la bergerie, il ne faut pas s'étonner...

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires