L'Allemagne tire la sonnette d'alarme

Par Maxime Barbaud
3 min.
L'Allemagne tire la sonnette d'alarme @Maxppp

Hansi Flick et toute l'équipe d'Allemagne n'ont pas hésité à critiquer leur prestation hier lors de leur défaite face à la Hongrie (1-0) en Ligue des Nations.

La suite après cette publicité

Il s'agit d'un avertissement mais il est à prendre très au sérieux. L'Allemagne a perdu en Hongrie hier 1-0 à Leipzig et laisse son adversaire disputer une "finale" de ce groupe 3 de la Ligue des Nations face à l'Italie. Le vainqueur ira forcément au Final Four en juin 2023 mais un match nul suffira aux coéquipiers de Dominik Szoboszlai pour se hisser parmi les 4 meilleures sélections européennes du moment. L'Allemagne, elle, jouera contre l'Angleterre dans un duel d'équipes qui doutent. Les mots employés par Hansi Flick après la rencontre ont d'ailleurs rarement été aussi forts.

«La première mi-temps doit être certainement la pire mi-temps des 14 rencontres que j’ai pour le moment dirigées. Peu de courage, de confiance, de dynamique et d’intensité. Il y a eu beaucoup d’erreurs mais je crois que nous méritons cette défaite. On n’a pas mis ce qu'il fallait pour gagner et pour le dernier match en Angleterre, on va tout pour faire l'emporter. Mais pour le moment, la finale c’est Italie-Hongrie. Nous avons laissé trop d’espace à la Hongrie. Nous devons éviter cela pour le dernier match», prévient le sélectionneur allemand, qui a donc connu sa première défaite.

À lire Barça : la raison hallucinante du transfert avorté de Julián Araujo

Flick : «Je suis très déçu»

Le constat est le même du côté de la presse. «Effrayant et mauvais» titre Sport1, résumant la rencontre ainsi : «Dans ces conditions, le champion du monde 2014 ne jouera pas le titre au Qatar.» Les joueurs, les principaux concernés, ne disent d'ailleurs pas le contraire non plus. «Bien sûr, le titre mondial est l'objectif mais je vois d'autres nations devant nous», reconnaît un Antonio Rüdiger qui n'était pas non plus dans un grand soir. «Je ne rentre pas chez moi avec un sentiment positif. En fin de compte, c'est comme si nous n'avions pas joué. Ils en voulaient plus et on ne peut pas accepter ça.»

La suite après cette publicité

«Nous étions lents, très lents. Nous savons que nous pouvons faire mieux et que nous devons faire mieux», rebondit Ilkay Gündogan. A 60 jours de son premier match au Qatar face au Japon, la Nationalmannschaft est pour la première fois en proie aux doutes depuis la nomination d'Hansi Flick l'été dernier. «Le temps des expérimentations est terminé» prévient le sélectionneur que l'on a rarement vu aussi désappointé après une rencontre. «De temps en temps, vous ne devriez pas laisser sortir toutes vos émotions mais je suis très déçu.» L'Allemagne a peut-être perdu plus qu'un match hier.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité