OGC Nice-OM : les notes du match

Au terme d'un match très bien géré, les Aiglons tirent leur épingle du jeu et l'emportent (3-0) grâce à Thuram, Gouiri et Claude-Maurice. Première défaite pour Jorge Sampaoli depuis son intronisation sur le banc marseillais.

Amine Gouiri et l'OGC Nice l'emportent face à l'OM
Amine Gouiri et l'OGC Nice l'emportent face à l'OM ©Maxppp
La suite après cette publicité

A l'occasion de la 30ème journée de Ligue 1, l'OGC Nice accueillait l'Olympique de Marseille à l'Allianz Riviera. Les Aiglons qui restaient sur un nul face à Lorient (1-1) le week-end dernier, voulaient se payer le scalp de l'OM pour entrevoir la première partie de tableau. Côté olympien, on espérait que l'effet Sampaoli se poursuive après deux victoires consécutives pour les débuts du technicien argentin sur le banc. Sécuriser la cinquième place demeurait l'objectif prioritaire des Marseillais en cette fin de saison. Pour cette affiche de 17 heures, Adrian Ursea alignait un 4-3-3 avec le trio Gouiri, Maolida et Dolberg en pointe. Jorge Sampaoli optait pour un 5-3-2 avec le duo Milik, Payet en attaque.

Il fallait attendre la 9ème minute pour entrevoir la première frappe cadrée du match par Gouri, mais Mandanda veillait au grain. L'ancien attaquant de l'OL profitait d'une belle ouverture de Thuram pour solliciter une nouvelle fois Mandanda (17e). L'OM se procurait sa première occasion du match sur une frappe de Thauvin bien captée par Benitez (28e). Récompensés de leur belle première demi-heure, les Aiglons ouvraient le score. Thuram décalait Gouiri sur la gauche dont le centre trouvait à nouveau Thuram qui trompait Mandanda de la tête (1-0, 34e).

Fin de l'embellie pour l'OM

Juste avant la pause, l'OM manquait de peu l'égalisation mais la frappe de Milik était bien repoussée par Benitez (43e). Au retour des vestiaires, le Gym ratait le break sur un contre attaque éclair mené par Maolida. L'attaquant niçois servait Gouiri qui remisait pour Lotomba. Le latéral niçois décalait Maolida dont la frappe s'envolait dans les tribunes (49e). Séduisants, les hommes d'Ursea se montraient à nouveau dangereux avant l'heure de jeu.

Sur la gauche, Gouiri distillait un bon centre de l'extérieur du pied pour Dolberg, dont la déviation astucieuse filait juste à côté (58e). Les Aiglons réalisaient le break dans le dernier quart d'heure. Balerdi pressé par Dolberg perdait le ballon aux abords de sa surface. Gouiri en profitait et ajustait Mandanda de près (2-0, 74e). Dans les derniers instants du match l'OM pensait réduire le score par Benedetto mais l'attaquant argentin revenait d'une position de hors jeu (86e). Dans le temps additionnel, l'OGC Nice assénait le coup de grâce. Dolberg voyait sa frappe heurter le poteau, Claude-Maurice s'y prenait à deux fois pour pousser le ballon au fond des filets (3-0, 90+1). Grâce à son onzième succès de la saison, l'OGC Nice intégrait provisoirement le top 10 du championnat. L'OM restait de son côté scotché à la cinquième place.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L'homme du match : Gouiri (8) : l'attaquant niçois reste un danger constant pour les défenses adverses. L'ancien Lyonnais se procure la première occasion du match sur une belle frappe tendue bien captée par Mandanda (9e). Le numéro onze niçois dans tous les coups offensifs de son équipe, profite d'une belle ouverture de Thuram pour solliciter à nouveau le portier olympien (17e). L'intéressé n'a pas rechigné aux tâches défensives, surtout pour compenser les montées de Kamara. Très dangereux par la qualité de ses appels, son centre pour la tête de Thuram est décisif (1-0, 34e). Aurait pu être passeur décisif sur la déviation de Dolberg (58e). Il profite du bon pressing de Dolberg pour récupérer le ballon et ajuster de près Mandanda (2-0, 74e). Encore un gros match réalisé par le buteur niçois.

OGC Nice

  • Benitez (5,5) : le portier argentin n'a pas eu grand chose à se mettre sous la dent dans le premier acte. Hormis une frappe de Thauvin qu'il a bien négociée (28e) et une tentative de Milik bien repoussée (43e). Averti à la 89e pour avoir essayé de gagner du temps.

  • Lotomba (6,5) : le latéral droit niçois s'est distingué par son sérieux sur le plan défensif. L'intéressé n'a pas perdu beaucoup de duels dans le premier acte et a rassuré sa défense. Même s'il n'a pas beaucoup participé au jeu offensif, sa rigueur défensive reste à souligner ce soir.

  • Todibo (7,5) : le défenseur central prêté par le FC Barcelone a réalisé une grosse première demi-heure. Impeccable défensivement dans la lecture du jeu notamment, il s'est évertué à relancer proprement. Son petit numéro sur sa montée aurait pu aboutir sur un penalty (31e). Très sérieux dans son positionnement, l'ancien Toulousain a rayonné défensivement ce soir. Une prestation clairement aboutie.

  • Daniliuc (6) : l'ancien joueur du Bayern Munich s'est distingué par son sérieux et son sens du placement dans le premier acte. En témoigne sa belle intervention pour couper l'offensive marseillaise (23e). Le jeune défenseur s'évertue à relancer proprement et se montre généreux dans l'effort. Il a bien compensé couloir gauche quand le besoin s'en faisait ressentir.

  • Kamara (5,5) : le latéral gauche des Aiglons est généreux dans l'effort et n'hésite pas à prendre l'initiative sur le plan offensif. Problème, sa volonté d'apporter le danger le rend moins efficace défensivement et ses partenaires doivent souvent compenser quand il ne peut effectuer l'essuie-glace. Beaucoup mieux dans le second acte, où la physionomie du match lui a rendu la vie plus facile dans son couloir.

  • Schneiderlin (6) : l'ancien joueur d'Everton a profité de la grosse activité de Thuram dans l'entrejeu pour se focaliser sur les tâches défensives. Proche de sa défense, l'international français s'est mué en premier relanceur de son équipe et a semblé parfois souffrir quand l'OM accélérait. Malgré tout, il apporte de la sérénité à son équipe et stabilise l'entrejeu niçois.

  • Thuram (8) : le jeune milieu de terrain niçois impressionne par sa générosité et son volume de jeu. Capable de casser les lignes grâce à ses projections, il joue souvent en première intention comme sur son ouverture pour Gouiri (17e). Le principal protagoniste est récompensé de sa belle première demi-heure par un but. Sa tête sur un centre de Gouiri ne laisse aucune chance à Mandanda (1-0, 34e). Techniquement à l'aise, il a désarçonné la défense olympienne à chacune de ses projections. Il a gratté quelques ballons précieux au milieu. Une prestation XXL ce soir pour un joueur qui possède un bel avenir devant lui.

  • Claude-Maurice (6) : l'ancien Lorientais a peut-être été l'un des joueurs le moins en vue dans le premier acte côté niçois. Même s'il s'est évertué à jouer juste et que sa qualité technique notamment dans la conservation ne se dément pas, ses partenaires ont eu beaucoup de mal à le trouver. Discipliné tactiquement, son travail de l'ombre reste appréciable. Récompensé de son sérieux par un but en fin de match suite à la frappe sur le montant de Dolberg (90+1).

  • Maolida (5,5) : positionné dans le couloir droit de l'attaque niçoise, l'intéressé s'est montré très actif dans le premier quart d'heure avec sa faculté à provoquer et à déborder. Malheureusement pour l'ancien Lyonnais, il a un peu disparu de la circulation au fil du match. L'attaquant niçois gâche sa chevauchée fantastique par une frappe qui s'envole dans les nuages (49e). Remplacé à la 66e par Atal

  • Gouiri (8) : voir ci-dessus.

  • Dolberg (6) : l'attaquant danois a traversé le premier acte comme un mirage. L'intéressé n'a touché que très peu de ballons comme à son habitude, même si son jeu dos au but reste très utile à son équipe. L'ancien joueur de l'Ajax se procure sa première occasion avant l'heure de jeu sur un bon service de Gouiri, mais son astucieuse déviation file à côté (58e). Véritable point de fixation, il a gêné sensiblement la défense marseillaise dans le second acte. Son pressing provoque le deuxième but marqué par Gouiri (2-0, 74e). Impliqué également sur le troisième but niçois avec sa frappe tendue sur le poteau (3-0, 90+1).

OM

  • Mandanda (2) : l’international français, appelé par Didier Deschamps cette semaine, a eu du travail aujourd’hui. En première période les Niçois cadrent trois fois et inscrivent un but sur lequel le portier marseillais peut difficilement intervenir tant il est abandonné par sa défense (Thuram, 34e). En seconde période il encaisse un nouveau but face à Gouiri (73e) où il est encore une fois seul, et un dernier où il se loupe complètement et offre la possibilité à Claude Maurice d’inscrire le troisième but (92e).

  • Lirola (3) : toujours positionné très haut sur le terrain, quasiment au même niveau que Thauvin, l’Espagnol avait un client ce soir dans le couloir avec Amine Gouiri. Le latéral a souffert face à l’Algérien, tranchant comme à son habitude. Malgré ses lacunes défensives, le joueur prêté par la Fiorentina se montre très à l’aise offensivement avec des centres impeccables et des dribbles efficaces.

  • Alvaro (3) : le patron de la défense marseillaise n’a pas été aussi solide qu’à son habitude face aux Aiglons. Positionné à droite de la défense à trois, il n’est pas aidé par Lirola face à un très remuant Gouiri qui a donné le tournis aux deux espagnols. Il ne remporte que deux duels sur 6 et ne parvient pas à empêcher Thuram d’ouvrir le score (34e). Remplacé par Khaoui à la 68e.

  • Balerdi (3) : l’Argentin retrouve des couleurs depuis l’arrivée de Sampaoli sur le banc de l’OM, et cet après-midi il avait encore montré qu’il était le défenseur le plus serein de cette défense à trois, jusqu’à son erreur à la 73e minute où il loupe sa relance et offre un but à Amine Gouiri.

  • Caleta-Car (2,5) : nouveau match compliqué pour le Croate, décidément moins en jambe depuis cet hiver et son transfert avorté à Liverpool. Trop tendre dans les duels (3 remportés sur 10 disputés) il est rapidement sorti de son match et a même été averti à la 78e minute.

  • Nagatomo (non noté) : le latéral japonais se montre tôt dans le match avec une grosse occasion devant la cage de Benitez. Bien servi par Thauvin, il se retrouve seul face au gardien argentin mais ne parvient pas à reprendre ce service (8e). Il sort à la 16e minute sur blessure, touché derrière la cuisse. Remplacé par son compère Sakai (3), qui est resté dans le même registre sans réaliser un bon match pour autant.

  • Ntcham (2) : titularisé pour la première fois sous l’ère Samaoli, on ne peut pas dire que le milieu prêté par le Celtic se soit montré à son avantage. Le Français est mangé dans l’intensité par des Niçois plus à l’aise physiquement. Il est même remplacé à la 46e par Luis Henrique (3,5). Le Brésilien est entré avec de bonnes intentions sans parvenir à trouver la faille.

  • Gueye (4) : en l’absence de Kamara, suspendu, c’est lui qui occupait la place de milieu récupérateur dans cette ligne de trois. Lui aussi était titularisé pour la première fois par Sampaoli dans ce milieu inédit. Plus à l’aise et plus serein que Ntcham son partenaire, il a même tenté d’apporter offensivement par des passes vers l’avant.

  • Thauvin (4) : le joueur offensif le plus dangereux en première période. Positionné au milieu, il se place sur le côté droit, aux côtés de Lirola et ses centres sont intéressants à l’image de cette offrande pour Nagatomo (8e). Moins en vue en seconde période, il ne parvient pas à se montrer décisif non plus malgré de bonnes intentions.

  • Payet (3) : pas un grand match pour le meneur de jeu olympien. Le Réunionnais a eu du mal à se positionner sur le terrain et n’a pas réussi à être dangereux face à Benitez. Un seul tir en un peu plus de soixante-dix minutes, même pas cadré et trop peu de tentatives. Remplacé par Benedetto (72e).

  • Milik (4) : le buteur polonais est assez esseulé en première période. Il ne touche que 18 fois le cuir mais se montre dangereux tout de même, comme face à Brest la semaine dernière. Même constat en seconde période. Le Polonais n’a été que très peu alimenté, pas assez pour se montrer vraiment. Un seul tir cadré en 90 minutes, à la 42e, après un mouvement intéressant mais trop sur Benitez pour l'inquiéter.

Plus d'infos

Commentaires