ASSE : les dessous du brûlant dossier Lucas Gourna

À 17 ans, Lucas Gourna-Douath est considéré comme l'un des plus grands espoirs de l'AS Saint-Etienne. Cependant, la crise financière qui touche sévèrement les Verts pourrait les forcer à se séparer de cette pépite dont la cote grimpe en flèche. Comme avec William Saliba et Wesley Fofana les années précédentes.

Face au PSG, début janvier, Lucas Gourna-Douath avait sorti une performance de haut vol.
Face au PSG, début janvier, Lucas Gourna-Douath avait sorti une performance de haut vol. ©Maxppp

Il est presque 23 heures à Geoffroy-Guichard quand Jessy Moulin surgit hilare dans le dos de Lucas Gourna : « j’ai l’impression que ça fait cinq ans que tu joues en Ligue 1 ! » Le jeune homme de 17 ans, sourire en coin, sait qu’il vient d’éclipser la première de Mauricio Pochettino sur le banc du Paris Saint-Germain en illuminant le milieu de terrain stéphanois (1-1 face au PSG, le 6 janvier). Dans le double-pivot qu’il forme avec Zaydou Youssouf ce soir-là, Gourna s’est même permis d’enrhumer Marco Verratti. Histoire de monter qu’il est de la trempe de ce qui se fait de mieux à son poste en France. Une prestation qui confirme, aussi, une montée en puissance attendue mais fulgurante.

La suite après cette publicité

Considéré comme l’un des plus grands potentiels du centre cet été, le jeune tricolore possède, six mois plus tard, le 12e temps de jeu de l’effectif de Claude Puel. Lancé en Ligue 1 le 12 septembre dernier face à Strasbourg (4 minutes jouées), le polyvalent joueur a eu de plus en plus de temps de jeu. Au total, il est apparu à 22 reprises cette saison, dont 9 fois en tant que titulaire. D’abord légèrement hésitant, le milieu prend peu à peu de l'épaisseur, notamment dans les périodes plus délicates collectivement. Claude Puel est conquis : «il a beaucoup travaillé. Il montre beaucoup de maturité, d’impact. Il a de la qualité physique et technique», avait-il confié après le derby face à l'OL le 8 novembre dernier.

Une post formation d'excellence

Et suite au nul acquis face au PSG, Puel se hasardait même à un «ça sera le futur de l’ASSE». Sur le principe, c’est ou c’était l’idée. D’une part parce que la situation délicate du club favorisait l’émergence de certains, mais aussi parce que le technicien français aime endosser le costume de formateur. Une philosophie qu'il défend becs et ongles depuis de nombreuses années, et jusqu’à récemment : « il faut faire évoluer les jeunes et, sur certains aspects, parfois presque les changer. Ils ont des points forts mais à côté, si on arrive à bonifier leurs points faibles, ça peut devenir des joueurs très intéressants pour la suite », s'épanchait-il. Un travail que l'ancien coach du LOSC et de l'OL mène d'ailleurs ardemment cette année, où 16 joueurs made in Saint-Etienne ont disputé au moins une minute d'un match officiel. L'Observatoire du CIES désignant notamment l'ASSE comme étant le club de l'élite française qui donne le plus de temps de jeu aux jeunes issus de la formation.

Le clan Gourna allait aussi dans ce sens, selon nos informations. Le joueur se stabilise et s'épanouit à Saint-Etienne. Son entourage le verrait bien y passer encore un cap, avant d'aller se frotter au stade supérieur. D'autant qu'il doit passer son BAC en fin d'année (son obtention étant une condition à son départ). Comme depuis la signature de son contrat professionnelle en juin (qui le lie au club jusqu'en 2023), l'idée première est donc de rester dans le Forez. Seulement, la crise financière que vit l'ASSE a rendu les choses bien incertaines. Au club on évoque des baisses de salaires, une réduction drastique de l'effectif (une dizaine de départs), on pense aussi à faire venir des joueurs avec plus d'expérience l'année prochaine comme en atteste les derniers recrutements.

Un départ à l'étude

Et Lucas Gourna est l'une des valeur marchande a avoir le plus grimpée ces derniers mois. C'est dans ce contexte, que son prix aurait été fixé entre 15 et potentiellement 25M€ d'ici à la fin de saison. Forcément, les représentants du joueur s'organisent et prévoient tous les scénarios. Surtout après les ventes de William Saliba (été 2019, 30M€) et Wesley Fofana (octobre 2020, 35M) alors qu'ils étaient annoncés intransférables et qu'ils avaient respectivement disputés seulement 36 et 30 rencontres toutes compétitions confondues avec l'ASSE. Alors que sans Covid la prolongation aurait été privilégiée, on réfléchit aujourd'hui à d'autres alternatives.

Les noms cités ici ou là (Chelsea, RB Leipzig, Milan), on nous l'affirme, sont encore très spéculatoires. Cependant, depuis de longs mois, des prises de renseignements sont réalisées auprès du club par des écuries prestigieuses. La liste est d'ailleurs bien plus élargie que les trois courtisans susmentionnés. Une troisième piste est également creusée : trouver une formation «tremplin» de Ligue 1 qui joue l'Europe. L'ASSE écoute, le clan Gourna réfléchit et tout porte à croire que la belle histoire pourrait se terminer un peu plus prématurément que prévu du fait de la crise.

Plus d'infos

Commentaires