Allemagne-Brésil : un très mauvais souvenir pour tous les fans auriverde, un grand moment de football pour les amoureux du ballon rond. Mais c’était en 2014 et beaucoup de choses ont changé, dans les deux camps. Dès lors, l’amical Allemagne-Brésil proposé ce soir à Berlin permettait de constater les évolutions entre deux formations annoncées parmi les favoris à la victoire finale en Russie lors de la prochaine Coupe du Monde. Au 4-3-3 classique de Tite avec son équipe quasi-type (Neymar est bien sûr indisponible), Joachim Löw opposait un 4-2-3-1 avec Draxler en numéro 10.

Après 10 premières minutes équilibrées, le Brésil sonnait la charge, à l’image d’un Coutinho en forme. Positionné sur l’aile gauche, le joueur du Barça offrait une première situation aux siens en pénétrant dans la surface mais son centre ne trouvait personne (10e). Avec un jeu très vertical, les Brésiliens arrivaient vite dans le camp adverse, alors que l’Allemagne proposait un jeu de possession moins rapide, basé sur l’utilisation des latéraux (Kimmich à droite, Plattenhardt à gauche). Malgré une occupation du camp brésilien, les hommes de Löw ne parvenaient pas à s’offrir de réelle occasion de but. Tout le contraire du Brésil, qui se montrait de plus en plus menaçant. Parti à la limite du hors-jeu, Gabriel Jesus loupait une énorme occasion, après avoir résisté à Boateng et tirait au-dessus (36e). Mais il se rattrapait dans la foulée, en catapultant de la tête, à bout portant, un bon centre de Willian au fond des filets (1-0, 37e). Une juste récompense pour des Brésiliens particulièrement disciplinés défensivement, comme pour exorciser les démons du 1-7 de 2014.

Un Brésil séduisant, et surtout solide !

Au retour des vestiaires, le scénario ne changeait pas. Face à la domination stérile des Allemands, le Brésil piquait par des contres rondement menés, avec souvent à la baguette Coutinho et Paulinho. Après un joli numéro du second nommé, le premier laissait filer la passe entre ses jambes pour Willian, dont la frappe était contrée par la défense. Paulinho récupérait le cuir et obligeait Trapp à une parade angle fermé (55e). Puis Coutinho plaçait une nouvelle frappe, au-dessus (58e). Devant l’apathie de ses hommes, à l’heure de jeu, Löw sortait Sané et Gomez, décevants, et lançait Stindl et Wagner. Brandt rentrait lui aussi, à la place de Goretzka.

La frustration gagnait les supporters locaux, qui n’hésitaient pas à siffler leurs propres joueurs. Si la Nationalmannschaft se montrait un peu plus tranchante, elle ne parvenait pas à inquiéter une arrière-garde brésilienne remarquable de sérénité jusque dans les derniers instants. A noter le travail défensif remarquable des ailiers, Coutinho et Willian, et du trio de l’entrejeu Paulinho-Casemiro-Fernandinho. Le score en restait là (1-0). Le Brésil a réussi à allier créativité offensive et solidité défensive sur cette rencontre, même s’il lui aura manqué le but du break. Quant à l’Allemagne, après son match nul (1-1) face à l’Espagne, elle doit retrouver plus d’allant offensif et de cohérence collective pour espérer faire un long bout de chemin en Russie. Ce soir, elle a mis un terme à une série de 22 matches sans défaite, et certains joueurs ont perdu des points en vue de la liste définitivement de Joachim Löw.

Revivez le film de la rencontre sur notre live.