Les années passent et la Serbie manque toujours à l’appel. En 2008, 2012 et 2016, la sélection nationale n’a pas été qualifiée pour les championnats d’Europe. Concernant la Coupe du Monde, elle n’était pas du voyage au Brésil en 2014. Mais l’équipe entraînée par Slavoljub Muslin compte bien composter son billet pour la Russie en 2018. La 50ème nation au classement FIFA est bien partie lors de cette phase qualificative. En effet, la Serbie est actuellement en tête du groupe D à égalité de points avec la République d’Irlande (7 points). Mais elle est devant à la différence de buts (+4 pour la Serbie, +3 pour la République d’Irlande). Sur les trois rencontres, les Serbes ont d’abord concédé un match nul contre l’Irlande (2-2, 5 septembre) puis ils ont enchaîné avec un succès 3-0 en Moldavie (6 octobre) puis une victoire 3-2 contre l’Autriche (9 octobre).

Un nouveau succès que la Serbie doit notamment à son homme fort, le dénommé Dušan Tadić. Le sélectionneur autrichien Marcel Koller abondait dans le même sens hier après la rencontre : « Tadic a fait un match exceptionnel et sans aucun doute il a fait la décision ». Le milieu de terrain a en effet marqué le but de la victoire à la 74e alors que les deux formations se partageaient les points. Pourtant l’Autriche était prévenue puisque Tadić enchaîne les bons matches en sélection. Sur ses trois dernières sélections, il a claqué trois buts (un but à chaque match). Si on va plus loin, l’international serbe reste sur une belle série de 5 buts lors des 6 derniers matches (3 étaient des amicaux, 3 comptent pour la qualification au Mondial 2018, ndlr). Mais Dušan Tadić n’est pas qu’un buteur. Il est aussi un redoutable passeur. Sur les 6 derniers matches, il totalise 7 assists. On peut ajouter qu’il est impliqué sur les dix derniers buts de la Serbie.

Tadic, l’homme fort de la Serbie

Inutile donc de préciser qu’il est une pièce maîtresse de l’équipe serbe au sein d’un système de jeu où il a beaucoup de liberté. Dans une forme exceptionnelle, le joueur de Southampton, techniquement doué et très intelligent, lui garde les pieds sur terre comme il l’a confié après la rencontre hier : « J’ai presque éclaté en sanglots quand le stade a commencé à scander mon nom à la fin du match (...) Peu importe qui fait les passes ou marque les buts, la chose la plus importante est de gagner. Muslin a mis en place la bonne stratégie et nous allons être meilleurs. C’est un groupe difficile où tout le monde peut battre tout le monde. Il nous reste encore 7 matches très durs ». La Serbie aura donc besoin d’un grand Dušan Tadić pour continuer à empocher des points dans la course à la qualification au Mondial en Russie.

Celui qui fait office de nouvelle star en Serbie a mis du temps à s’adapter à la Premier League et à Southampton lui qui avait pourtant brillé aux Pays-Bas (Groningen et Twente).Arrivé en 2014, il a connu des débuts poussifs sous les ordres de Ronald Koeman. Le coach comme les supporters attendaient plus de cet élément talentueux. Mais le joueur né en 88 (1 but en 10 matches toutes compétitions confondues cette saison) est devenu l’un des atouts des Saints qui sont entraînés par Claude Puel. Journaliste à SFR Sport et spécialiste du foot anglais, Salim Baungally nous confie : « Il fait une bonne saison. Il est le joueur le plus important de l’équipe. Sa relation avec Redmond et Austin est brillante. Si ces joueurs, notamment Austin, sont décisifs, c’est grâce à Tadić ». En club comme en sélection, Dušan Tadić a mis tout le monde d’accord !