Certains joueurs ont besoin de s’expatrier pour tenter d’exploser au plus haut niveau. C’est le cas d’Elias Achouri. Pour sa deuxième saison au Vitoria Guimaraes, l’attaquant de 19 ans enfile les buts avec les jeunes du club portugais. En 16 rencontres de championnat U19, il a fait trembler les filets à 10 reprises pour 6 passes décisives. Point noir, sa belle saison a subi un coup d’arrêt car il va se faire opérer d’une pubalgie qu’il traîne depuis un moment. « Ma saison est terminée, nous révèle-t-il. J’ai pris la décision de me faire opérer de ma pubalgie. L’année prochaine, je reprends avec l’équipe réserve qui est en Ligue 2 portugaise. Ça va vite ici. Quelques bons matches peuvent suffire pour se faire repérer et arriver en première division avec l’équipe première. Au Portugal, les entraîneurs n’ont pas peur de prendre un jeune joueur pour le mettre en équipe première. Faire mon trou, c’est mon objectif principal. »

Un but qu’il s’est fixé depuis longtemps : devenir un joueur professionnel qui compte dans le paysage footballistique européen. Le natif de Vénissieux (Rhône) n’a pas honte d’afficher de grandes ambitions. Mais pour y parvenir, il a dû s’exiler, quitter le domicile familial pour prendre la direction du Portugal alors que sa situation devenait compliquée à Saint-Etienne, son club formateur. « Au début tout se passait bien. J’étais surclassé avec les U15, puis les U17 mais j’ai eu quelques conflits avec le coach de ma catégorie. Il n’appréciait pas mon style de jeu. Il voulait me brider et moi j’ai été têtu, je ne voulais pas forcément écouter. Je n’ai pas toujours eu la bonne attitude. J’ai fait des erreurs », concède celui qui a débuté le football à Saint-Priest club amateur réputé dans la région. « J’ai quand même fait trois saisons avec cet entraîneur-là mais on a à nouveau eu un conflit en plus d’une pubalgie. Je fonçais droit dans le mur alors j’ai eu une discussion avec le directeur du centre de formation et mes représentants pour quitter Saint-Etienne. »

Il a déjà signé un contrat professionnel

Direction le Portugal à 17 ans où ses représentants lui trouvent le Vitoria Guimaraes comme point de chute. « C’est un football qui ne bride pas forcément les joueurs, basé sur la créativité du footballeur. Ça me correspond davantage » explique l’attaquant droitier. Le joueur de couloir de gauche qui aime rentrer vers l’intérieur doté de bonnes qualités de vitesse, de percussion et de technique de dribbles font des dégâts même si sa pubalgie freine sa progression. « Dès mon arrivée, je me suis senti super bien. En partant de France, j’avais quelques appréhensions. Être seul sans sa famille, apprendre la langue… Au début, c’était un petit peu compliqué mais une fois que les choses sont rentrées dans l’ordre tout s’est bien déroulé. Je suis vraiment heureux. Le football qui est joué ici me correspond. J’ai appris à parler le Portugais. Je me suis adapté facilement. On m’a mis dans les bonnes conditions aussi. Tout s’est bien passé. Dans ma tête, j’étais prêt à partir. C’est ce que je voulais. J’avais envie de voir quelque chose d’autre. Je ne suis pas déçu. »

C’est véritablement cette saison qu’Elias Achouri explose chez les U19. Une éclosion qui n’est pas passée inaperçue dans le microcosme du football portugais. Avec un contrat qui expirait au mois de juin, les dirigeants n’ont pas hésité longtemps à le faire passer professionnel en janvier dernier. Malgré des offres de Porto, Benfica et de clubs à l’étranger, l’attaquant s’est engagé pour deux ans avec les Vitorianos afin de se faire une place en équipe première la saison prochaine. « Je ne veux pas partir tout de suite. Je préfère partir pour un plus grand club en ayant déjà un statut. L’année prochaine, en Segunda Divisão mais ça peut aller vite ici. Je veux vraiment arriver en équipe première l’année prochaine. » Les grands clubs portugais ne sont pas les seuls à s’intéresser à ce fan de Cristiano Ronaldo « pour sa mentalité plus que pour ses qualités » et surtout de Neymar, puisque la Seleção est même venue aux renseignements pour une éventuelle naturalisation.

La Tunisie et le Portugal s’intéressent à lui

Le joueur est quant à lui en pleine réflexion car son cœur balance encore entre la France et la Tunisie (il a la double la nationalité) surtout. « Les Portugais sont champions d’Europe dans ma génération. A la fin d’un match l’année dernière, le sélectionneur a pris mon nom et a demandé à mes représentants s’il était possible que je prenne la nationalité portugaise. Quand mes collègues sont partis en sélection, il a discuté de moi avec eux. Ils me suivent car je suis dans le championnat ici. La Tunisie m’a contacté aussi. Après, j’aimerais bien aussi être appelé en équipe de France. C’est un objectif pour moi. C’est aussi pour ça que je souhaite intégrer l’équipe première rapidement, pour avoir un peu de visibilité car par rapport à la fédération française, c’est compliqué depuis ce championnat. C’est pour ça que je veux arriver sur les championnats professionnels. » L’appel du pied est lancé. Reste à Achouri de performer sur les terrains la saison prochaine pour réaliser ses rêves .