Vous connaissez à n’en pas douter Frédéric Piquionne, ancien buteur de l’AS Saint-Etienne, de l’Olympique Lyonnais ou encore de l’AS Monaco et ex-international français (1 sélection). Mais avez-vous déjà entendu parler de son petit-cousin, Loïck Piquionne ? Âgé de 17 ans, Loïck est également un buteur. Plus précisément, c’est « un attaquant d’appui. On me trouve souvent dos au jeu. Je suis plutôt un remiseur. Je possède un bon jeu de tête et je suis plutôt un joueur qui joue sur sa puissance », nous indique-t-il.

Au centre de formation du FC Nantes depuis l’été dernier, le natif de Rennes nous a raconté son parcours : « J’ai commencé le foot à 4 ans à Livré dans ma ville jusqu’en U11. Après je suis allé à Val-d’Izé avant de rejoindre l’AS Vitré et c’est ensuite là-bas que je me suis fait repérer pour aller au FC Nantes  », déclare-t-il avant de faire le bilan de cette première saison sous la tunique des Canaris : « Ma première saison s’est très bien passée, j’ai été très bien accueilli. Je m’étais fixé un objectif de 10 buts en début de saison, j’ai marqué à 11 reprises donc c’est une saison réussie personnellement. »

« Une fierté de s’appeler Piquionne »

De bonnes prestations qui ont amené le jeune homme né en 2001 à disputer sa première sélection avec l’équipe de France U16 en mars dernier lors de deux rencontres amicales face à la Pologne (2-2, le 21 mars et 2-1, le 23 mars). Une première sous la tunique frappée du coq qui a forcément marqué le jeune attaquant. « C’était une fierté d’être appelé en équipe de France. C’était sympa d’intégrer le groupe. Tout le monde se parlait, il y avait une bonne ambiance, pas d’embrouille. J’étais titulaire pour le premier match, j’ai pu jouer 70 minutes. Forcément au début il y avait un peu de pression, mais tout s’est bien passé au fil du match. C’est un bon souvenir  », se rappelle-t-il.

Se nommer Piquionne ne passe pas inaperçu dans l’Hexagone et pourrait être une pression supplémentaire pour certains. Mais pas pour Loïck, qui voit son cousin comme une véritable source d’inspiration. « Quand il est devenu professionnel, j’ai directement eu envie de faire la même chose. Il me donne beaucoup de conseils, il me parle beaucoup. C’est un modèle pour moi. S’appeler Piquionne n’est pas une pression supplémentaire, mais plutôt une fierté. Je suis fier d’avoir quelqu’un dans ma famille qui ait fait une belle carrière de footballeur professionnel  », déclare le Nantais.

Grand fan de Pierre-Emerick Aubameyang et de Ronaldo, «  le Brésilien », et admirateur de la Premier League, Loïck Piquionne a des rêves plein la tête et notamment celui de « porter un jour le maillot du Real Madrid, mon club de cœur, et être appelé en équipe de France A. » Mais avant peut-être de devenir l’idole des jeunes au sein de la capitale espagnole, "Piquionne Junior" souhaite continuer à gravir les échelons à Nantes, au près de sa famille : « Je veux progresser, et essayer de m’entraîner avec l’équipe professionnelle à Nantes avant peut-être de me faire une place au sein du groupe. Continuer à travailler pour être à nouveau appelé avec l’équipe de France. » Et c’est tout le mal qu’on lui souhaite !