Foot Mercato : Comment avez-vous abordé le match face à Boulogne-sur-Mer, sachant que la montée en Domino’s Ligue 2 était potentiellement à la clé ? Y avait-il un peu de pression ?

Arthur Desmas  : On avait envie de bien faire. On voulait que la montée soit officielle devant notre public. Donc, il ne fallait pas gâcher la fête. Il y avait beaucoup de monde au stade. D’ailleurs, c’était la première fois que l’on voyait le stade comme ça. Je pense qu’on a mis tout ce qu’il fallait durant ce match pour pouvoir fêter cette montée, comme il le fallait, avec notre public. On est très contents et fiers (...) Il n’y avait pas vraiment de pression. La seule pression qu’on avait, c’était de ne pas décevoir nos supporters. On ne pouvait pas avoir de pression avec la saison qu’on réalise. Pour moi, ça ne va pas ensemble. C’était une vraie partie de plaisir où on s’est amusé ensemble. On l’a tous pris et abordé comme cela.

FM : Plus vous avez avancé dans ce match, plus vous vous êtes dit que la montée était là, acquise...

A.D : On a géré ce match. Il y avait 3 à 0 à la 75ème minute. Le stade chantait, on a profité de ce moment. On entendait des "Rodez en Ligue 2". À un moment, j’ai même vu certains joueurs regarder le public et presque se désintéresser du ballon. C’est toujours un plaisir de pouvoir profiter de ces moments-là. On joue aussi pour vivre de telles émotions. Aujourd’hui, on est sur un petit nuage.

FM : Monter en deuxième division, était-ce un objectif à la base ?

A.D : Notre objectif était de terminer parmi les sept premiers au classement. Sauf qu’au fur et à mesure, cela a évolué. Quand on est deuxième en décembre, forcément on veut continuer. Plus on enchaînait les victoires, plus on se disait que ça allait devenir possible. L’objectif du début de saison n’était pas forcément de monter. Mais on est très content aujourd’hui.

FM : Avec 20 victoires en 30 journées, Rodez réalise une très grosse saison. Comment la qualifieriez-vous ?

A.D : C’est incroyable. Des saisons comme celle-là, il n’y en a pas quinze dans une carrière. On en est à vingt victoires en trente matches. C’est fort. Dans ce championnat de National, ce n’est pas forcément facile. Tout le monde peut battre tout le monde. J’ai l’impression que c’est le fruit d’un travail collectif, d’une équipe qui joue ensemble et sait ce qu’elle doit faire. Incroyable, c’est vraiment le mot qui définit cette saison.

FM : Vous venez de parler du collectif. Est-ce que, pour vous, c’est ça la vraie force de votre équipe ?

A.D : Exactement. On sait faire les choses ensemble et les uns pour les autres. C’est ça qui nous a amené là où on est aujourd’hui. Il faudra continuer sur ce chemin-là.

FM : Il reste encore quatre journées de L2, comment voyez-vous cette fin de championnat ? N’avez-vous pas peur d’avoir déjà la tête à la saison prochaine ?

A.D : On va y penser et y travailler sur les quatre prochains matches. On va préparer ce championnat de Ligue 2 qui n’est vraiment pas simple. Je pense que c’est bien de pouvoir être assuré d’être en L2 à quatre journées de la fin car on va pouvoir travailler. Il y a aussi le titre de champion à aller chercher. On n’a pas envie de s’arrêter là. Ça serait trop bête de finir deuxième. On en veut toujours plus.

FM : Ça vous inspire quoi la Ligue 2 ?

A.D : Ça sera autre chose. Forcément, il y a plus de qualité en Ligue 2 qu’en National. Mais on a prouvé qu’on méritait de jouer en Ligue 2. On a fait une bonne saison. Il faudra hausser notre niveau et continuer à jouer ensemble, il ne devrait pas y avoir de problème.

FM : Dans le sens des arrivées comme dans celui des départs, l’effectif risque de bouger. Serez-vous à Rodez l’an prochain ?

A.D : Oui, normalement.

FM : Avant de penser à tout cela, vous allez pouvoir fêter votre montée avec le club et vos supporters.

A.D : On a un peu fêté ça hier chez le président. C’était super. À chaque match à domicile jusqu’à la fin de la saison, il y aura une fête prévue avec nos supporters. On va savourer ça de bon cœur. On a déjà hâte de jouer en Ligue 2 devant notre public. Nos matches seront délocalisés pendant un certain temps car notre stade sera en rénovation pendant trois mois. Mais on est impatient de jouer devant nos supporters pour leur montrer ce qu’est la L2.