31 août 2017. Dans les derniers instants du mercato estival, l’Olympique de Marseille annonce la signature de l’attaquant grec Kostas Mitroglou, qui arrive alors en provenance du Benfica Lisbonne. Mais voilà, dans le sud de la France, le natif de Kavala peine à séduire. Durant la saison 2017-2018, ce dernier marque treize buts et délivre une passe décisive en 30 matches toutes compétitions confondues. L’exercice suivant, le Grec joue de moins en moins sous le maillot phocéen. Après 20 apparitions jusqu’en janvier, le joueur ne termine pas la saison à l’OM et file en prêt en Turquie, plus précisément à Galatasaray.

Prêté un an et demi par les Phocéens, Kostas Mitroglou a donc pour objectif de se relancer pour revenir en pleine forme. Mais voilà, pour ses premières minutes avec sa nouvelle formation, l’international grec (65 sélections, 17 buts) n’y arrive pas et est rapidement pointé du doigt dans la presse locale. « Nous voulions l’emporter, mais malheureusement, nous n’avons pu ramener qu’un nul. Je suis très déçu. Ma performance n’était pas des meilleures. Je pense que cela ira mieux à partir de maintenant. Ce qui est important, c’est d’être champion avec l’équipe. Je vais essayer de trouver le chemin des filets pour ce faire », avait-il alors expliqué pour se défendre.

Une demi-saison et puis s’en va

Malheureusement pour lui, son aventure ne dure pas bien longtemps aux abords de la mer Noire. En sept matches de Süper Lig et deux de coupe nationale, Kostas Mitroglou ne fait trembler les filets qu’à deux reprises (avec également un caviar) avant de se blesser. La situation s’étant compliquée, le joueur appartenant à l’Olympique de Marseille change encore de club, un peu plus de six mois après sa signature à Galatasaray. Le 21 août 2019, le PSV Eindhoven publie un communiqué pour annoncer le prêt d’une saison du Grec. Une nouvelle aventure donc pour l’attaquant grec qui démarre bien.

Auteur de deux buts lors de ses trois premières apparitions, Kostas Mitroglou fait bonne impression et jubile. « Le plan était d’être sur le banc, mais j’ai joué donc je suis heureux. J’étais un peu surpris. C’était bien. Une bonne ambiance. L’équipe a bien marché, elle m’a bien aidé. Je me sentais bien avec elle. C’est une des plus grandes équipes des Pays-Bas », déclarait le principal concerné par la suite. Mais cette joie était de courte durée. Depuis ses premières secondes le 22 août, ce dernier a fait 18 apparitions toutes compétitions confondues pour zéro titularisation... Avec un Donyell Malen titulaire indiscutable, Kostas Mitroglou n’a jamais eu sa chance.

Un prêt au PSV très décevant

Pourtant, début janvier, le PSV Eindhoven avait annoncé que son meilleur élément offensif, opéré du genou, ne pourrait plus rejouer cette saison. Mais derrière, le coach de l’équipe hollandaise Ernest Faber a préféré miser sur Sam Lammers, avant-centre néerlandais de 22 ans, pour occuper la pointe de l’attaque. Aux Pays-Bas, quelques semaines en arrière, on parlait même de dissonance concernant Kostas Mitroglou, comme l’expliquait par exemple le média Voetbalprimeur. Sauf surprise, Kostas Mitroglou ne devrait pas être conservé par le PSV. Mais alors que va-t-il se passer ensuite ?

À la fin de son prêt, pour le moment prévue le 30 juin 2020, l’avant-centre grec devrait donc revenir en France et à l’Olympique de Marseille. Un club où il lui restera alors un an de contrat. Mais avec le recrutement de Dario Benedetto l’été dernier, et toujours la présence de Valère Germain, Kostas Mitroglou ne sera pas le numéro 1 en attaque. Reste également à savoir si la formation phocéenne a envie de la garder ou si celle-ci préfère s’en séparer pour ramener quelques liquidités ? Il faudra alors se pencher sur les offres qui arriveront sur la table pour un joueur qui n’aura pas réussi à rebondir en Turquie et aux Pays-Bas.