C’est la soupe à la grimace au FC Porto. Pour la deuxième saison de rang, les Dragões terminent l’exercice bredouilles, sans le moindre titre dans la besace. Une disette qui fait tache surtout au regard des investissements consentis ces derniers mois sur le marché des transferts. Et alors que le fair-play financier menace, la formation portugaise se voit dans l’obligation de rentrer dans le rang. A Bola explique ainsi que, pour ne pas être repris par l’instance de contrôle des clubs de l’UEFA, elle doit vendre au mieux cet été.

Le quotidien sportif portugais indique même le montant pour lequel les Portistas doivent transférer des joueurs sur ce mercato : 115 M€. Seulement, le Correio da Manhã explique que les pensionnaires du Estadio do Dragão auront bien du mal à atteindre leur objectif sur le marché. La publication indique en effet qu’hormis André Silva (21 ans), jeune attaquant international portugais (6 sélections, 5 réalisations) prometteur dont la clause est fixée à 60 M€, peu d’éléments peuvent rapporter gros au club du président Jorge Nuno Pinto da Costa.

Vendre pour 115 M€ ne sera pas aisé...

Danilo (25 ans), milieu de terrain champion d’Europe avec le Portugal en 2016, jouit d’une jolie cote à l’étranger, mais l’écurie lusitanienne n’entend pas forcément s’en séparer. Yacine Brahimi (27 ans), lui aussi, est suivi par plusieurs équipes huppées, mais le FCP ne possède pas la totalité des droits de l’international algérien (34 capes, 7 buts). Restent alors quelques actifs potentiellement sources de revenus, tels que Miguel Layun (28 ans), Felipe (28 ans) ou Ruben Neves (20 ans), mais leurs cote a baissé ces derniers temps.

Dernier espoir, croiser les doigts pour que les joueurs prêtés aient attiré des clubs prêts à casser leur tirelire pour eux. On parle notamment là de Ricardo Pereira (OGC Nice), Bruno Martins Indi (Stoke City), Vincent Aboubakar (Besiktas), Juan Quintero (Deportivo Independiente Medellin), José Reyes (Espanyol), Sergio Oliveira (FC Nantes) et Moussa Marega (Vitoria Guimarães). La tâche s’annonce donc ardue pour le FC Porto. Mais les Dragões ont déjà prouvé plusieurs fois par le passé qu’ils savaient dégager d’importantes plus-values grâce au mercato. Défi à relever.