« Il a senti un crac. » Ces mots sont ceux du médecin du Celta Vigo, Juan José García Cota, prononcés juste après la fin de la rencontre de Liga opposant le Celta Vigo et Eibar (0-2). Des mots qui n’annoncent rien de bon pour l’Italien Giuseppe Rossi. Arrivé l’été dernier en Galice en provenance de la Fiorentina, l’international transalpin (30 capes/7 buts) a dû céder sa place dès la 34e minute de jeu. Et encore une fois, c’est le genou, le gauche, qui a été touché.

Le médecin du club n’a pas caché son pessimisme. « Nous n’avons pas encore le diagnostic, mais ce qui nous fait le plus peur, ce sont ses sensations. Ça peut être quelque chose de grave. Nous sommes en train de l’examiner et il a très peur. » Et malheureusement pour Pepito, le médecin ne s’est pas trompé, puisque le club a confirmé la rupture des ligaments croisés, sa cinquième grosse blessure à un genou.

Sa cinquième blessure au genou

Pour rappel, l’Italien avait été fauché en plein vol pour la première le 26 octobre 2011 au Bernabeu face au Real Madrid alors qu’il évoluait à Villarreal. Touché au genou, Rossi avait rechuté en 2012 alors qu’il était sur le chemin du retour. Des pépins physiques qui n’avaient pas pour autant dissuadé la Fiorentina de le recruter en 2013. Un pari qui s’annonçait gagnant (15 buts toutes compétitions confondues) jusqu’au 5 janvier 2014 face à Livourne. Sa troisième blessure qui l’a éloigné des terrains jusqu’au mois de mai et privé de toute chance de disputer le Mondial au Brésil.

De retour sur les terrains, Rossi a ensuite dû se faire à nouveau opéré du genou en septembre 2014. Le quatrième coup dur. Résultat : la saison 2014/2015 a été vierge de tout match pour lui. Un calvaire qu’il pensait enfin terminé l’année suivante avec son retour en Espagne (à Levante). Mais décidément, le sort continue de s’acharner sur l’un des attaquants longtemps considérés comme l’un des plus doués de sa génération.