Ce samedi soir, le FC Barcelone s’est incliné sur la pelouse du promu Granada (2-0). Les Blaugranas ont déjà rencontré un autre promu cette saison et ils n’avaient fait qu’un peu mieux (2-2 conte Osasuna). A l’heure actuelle, les Catalans sont huitièmes à quatre points des deux leaders : le Real Madrid de Zinedine Zidane et l’Athletic Bilbao, qui les a déjà vaincus lors de la première journée. Les hommes d’Ernesto Valverde réalisant au passage le pire début de saison du club depuis vingt-cinq années.

Mais les raisons de ces déroutes sont faciles à comprendre. En effet, depuis la défaite à Anfield l’année passée, les Barcelonais ont du mal loin de leurs bases. Cette saison, ils se sont inclinés à deux reprises et n’ont pu rapporter que deux nuls de Pampelune et de Dortmund en Ligue des Champions. Sur les sept derniers déplacements, le Barça ne s’est pas imposé, perdant à quatre reprises (Celta Vigo, Liverpool, Bilbao et Granada) et obtenant trois nuls (Dortmund, Osasuna, Eibar).

Le casse-tête Griezmann

Défensivement, ça ne va pas vraiment. Sur les six dernières rencontres, quatre fois les adversaires du Barça ont ouvert le score. Forcément, avec ce type d’handicap il est souvent bien compliqué de revenir puis de gagner une rencontre. Offensivement, la maladresse existe aussi. Lors des rencontres à l’extérieur, le FC Barcelone ne cadre pas. Seulement deux tirs cadrés en moyenne, c’est trop peu pour espérer trouver le chemin des filets.

Enfin, Ernesto Valverde fait face au problème Antoine Griezmann. Le Français a débarqué cet été dans la ville de la Sagrada Familia et son entraîneur a bien du mal à l’intégrer à son schéma de jeu. Pour sa défense, Valverde ne disposait pas de Lionel Messi, blessé, depuis le début de la saison. Mais le jeu de son effectif est bien poussif depuis qu’il est là et cette excuse pourrait ne pas être considérée. En outre, il ne participe que très peu au jeu, il touche moins de cinquante ballons en moyenne par match, ce qui le place à la 18e position de l’effectif blaugrana. Justement, la possession de balle. C’est bien de l’avoir, c’est mieux quand elle est utile. Et le Barça de Valverde a souvent la possession dans des zones qui ne servent pas, celle-ci est donc souvent stérile. Il va falloir trouver les clés, sinon le Barça va vivre une année bien galère.