Les défenseurs du football traditionnel ont la vie dure. Et surtout l’UEFA. Car le moins que l’on puisse dire, c’est que les plus grands clubs européens lui font des misères. Récemment, ils avaient ainsi enclenché un processus visant à remplacer le format actuel de la Ligue des Champions par une mouture largement favorable aux plus grosses écuries du Vieux continent. Un projet qui avait logiquement provoqué un sacré tollé au sein de plusieurs fédérations.

Mais si cette réforme portée par l’ECA (association des clubs européens) a été repoussée, l’UEFA est loin de dormir sur ses deux oreilles. Le New York Times vient de révéler que le président du tout puissant Real Madrid, Florentino Pérez, a récemment rencontré le président de la FIFA, Gianni Infantino. L’objet de cette réunion ? Une relance faite par le dirigeant merengue visant à forcer la création d’une Super Ligue fermée, entre grands d’Europe.

Un projet qui met l’UEFA en rogne

Et contrairement à ce qui a été proposé par l’ECA (4 poules de 8), cette fois il s’agirait d’un championnat fermé comprenant deux divisions composées de 24 équipes chacune. Ces formations engagées proviendraient des cinq principaux championnats continentaux (Premier League, Liga, Serie A, Ligue 1, Bundesliga) et délaisseraient donc l’actuelle Ligue des Champions. L’objectif serait de démarrer cette compétition en 2024. Pérez se serait d’ailleurs déjà entretenus avec plusieurs dirigeants de clubs dans cette optique.

Interrogé à ce sujet par le journal nord-américain, le président de l’UEFA, Aleksander Ceferin a mis en garde Pérez et Infantino. « J’ai lu des choses sur ce plan totalement fou. L’idée vient d’un seul président de club et d’un dirigeant du football mondial. Difficile de trouver une idée plus égoïste. Cela tuerait le football. Cela profiterait seulement à quelques personnes ». Sauf que cela semble être le cadet des soucis de Florentino Pérez et de Gianni Infantino.