Une véritable leçon. Sur la pelouse de l’Estadio Ramón Sánchez Pizjuán mercredi soir, le Real Madrid avait pris l’eau contre le FC Séville, s’inclinant lourdement 3-0. Et quoi de mieux que le derby madrilène face à l’Atlético pour tenter de se racheter ? Opposés à la formation de Diego Simeone ce samedi pour ce choc de la 7e journée de Liga, les Merengues jouaient déjà gros. Pour tenter de prendre les trois points, Julen Lopetegui conservait son traditionnel 4-3-3 avec le retour de Carvajal côté droit, Nacho passant à gauche pour palier l’absence de Marcelo, blessé il y a trois jours. En face, Diego Simeone alignait son 4-4-2 avec Saul et Rodri titulaires dans l’entrejeu et Filipe Luis préféré à Lucas Hernandez à gauche.

Face à son public, le Real Madrid se faisait malmener en début de rencontre par des Colchoneros entreprenants. Au bout de trois minutes de jeu, Saul Niguez tentait sa chance de loin et obligeait Courtois à sortir sa tentative puissante des deux poings. Les visiteurs continuaient leur travail et Griezmann ne trouvait pas le cadre sur un ciseau compliqué (5e). Les Merengues réalisaient finalement une première offensive juste après mais le centre en bout de course de Bale était capté par Oblak (8e). Mais les joueurs de Diego Simeone montraient vraiment de meilleures choses. Lancé dans la profondeur, Griezmann se présentait face à Courtois et l’international belge remportait son duel en repoussant le ballon piqué du Français de la tête (18e).

Courtois et Oblak dans un grand soir

Les locaux se procuraient derrière une énorme occasion. Sur un coup franc excentré, Bale ouvrait bien son pied et sa reprise frôlait le montant opposé (21e). Saul Niguez essayait encore une fois de tromper la vigilance de Courtois, en vain (24e). Après un long moment sans occasions, Courtois sauvait une nouvelle fois les Merengues sur une offensive adverse. Griezmann lançait Diego Costa qui tentait une frappe en bout de course mais l’ancien portier de Chelsea gagnait son duel d’une main ferme (37e). Et après un nouvel arrêt face à Bale (41e), Oblak se faisait une petite frayeur en voyant sa passe être déviée par Asensio qui pressait. Mais heureusement pour lui, le ballon revenait directement dans ses mains (42e). À la pause, les deux formations madrilènes regagnaient donc les vestiaires dos à dos.

Pour tenter de trouver la solution, Julen Lopetegui remplaçait Bale par Ceballos à la pause. Après quelques minutes en deuxième période, Casemiro armait une frappe puissante qui passait au-dessus des cages d’Oblak (47e). Dès lors, les Merengues cherchaient à casser le verrou adverse, mais les occasions étaient de plus en plus rares. Servi sur un plateau par Kroos, Asensio avait une balle de match après l’heure de jeu mais Oblak remportait encore son face à face (66e). Et lorsque le gardien slovène ne brillait pas, c’était Gimenez qui s’employait, comme sur une mauvaise passe de Godin interprétée par Asensio. L’ailier espagnol était ensuite repris par l’Urugayen en contre (73e). Auteur d’une belle prestation, Carvajalm essayait lui aussi de trouver la faille mais sa frappe en première intention était sortie par Oblak, toujours vigilant (77e). Les changements s’enchaînaient et Vinicius Jr connaissait sa grande première avec l’équipe A, lui qui prenait la place de Benzema (88e). Mais rien ne bougeait. Le Real et l’Atlético faisaient donc match nul (0-0). Un résultat qui n’arrange personne.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.