Au lendemain de la victoire du LOSC face à Montpellier en ouverture de la 18e journée de Ligue 1, l’Olympique de Marseille, actuellement dauphin du Paris Saint-Germain, se rendait en Moselle pour y défier le FC Metz au Stade Saint-Symphorien. Après six succès d’affilée, la formation phocéenne visait la passe de sept ce soir pour reprendre sept points d’avance sur son poursuivant, le LOSC justement. De son côté, le club grenat devait se ressaisir après une série de huit matches sans victoire toutes compétitions confondues. Dix-huitièmes avant le coup d’envoi, les Messins voulaient surtout se donner un peu d’air en sortant provisoirement de la zone rouge. Pour ce match, André Villas-Boas sortait un 4-3-3 avec notamment le retour de Benedetto en pointe. Vincent Hognon, lui, alignait également un 4-3-3. Son atout numéro 1 Diallo était également là devant.

Comme attendu, les Phocéens posaient le pied sur le ballon et tentaient de créer le danger en passant par les couloirs. Sur la première offensive, Sanson trouvait Sakai dont la reprise était manquée (8e). Les Messins, eux, attendaient les opportunités en contre. Côté gauche, Diallo éliminait Kamara mais butait ensuite sur Mandanda dans un angle très fermé (10e). Plutôt intéressant dans ce début de rencontre, Sanson tentait ensuite sa chance (19e). Les visiteurs semblaient bien dans leur match, mais ces derniers perdaient malheureusement Mandanda sur blessure (cheville). Le capitaine de l’OM laissait sa place à Pelé, qui faisait sa première apparition de la saison (31e). De l’autre côté, Oukidja sortait le grand jeu devant Sanson, encore lui (35e). Un arrêt important d’autant plus que les Messins ouvraient le score derrière. Décalé côté droit, Centonze déposait le ballon sur Nguette qui devançait Kamara pour marquer à bout portant (40e, 1-0). Comme contre Bordeaux, les Olympiens étaient donc menés au score...

Nemanja Radonjic le supersub !

Après une petite échauffourée sur la pelouse, les vingt-deux acteurs regagnaient enfin les vestiaires sur ce score à l’avantage du FCM. Pour faire changer les choses, André Villas-Boas remplaçait Sarr par Radonjic à la pause. Rapidement, le Serbe se montrait en trouvant Sanson, mais la tête de l’ancien Montpelliérain passait à côté (47e). Et quelques instants plus tard, dans l’autre surface, M. Delajod accordait un penalty aux Messins pour une faute de Sakai sur Nguette. Au ralenti, cette décision semblait sévère, le numéro 11 du FCM s’étant jeté avant le contact. L’arbitre allait alors voir la VAR mais confirmait sa décision. Diallo prenait alors le ballon mais le capitaine grenat voyait son tir être sorti par Pelé, décisif sur ce coup (53e). De quoi rebooster les Marseillais. Une dizaine de minutes plus tard, Payet profitait d’un tacle d’Amavi pour décocher dans un angle impossible. Le poteau sauvait le FC Metz (64e).

Les hommes d’André Villas-Boas poussaient puisque Benedetto, invisible en première période, croisait un peu trop son ballon piqué (68e). Le coach portugais lançait alors Germain à la place de Strootman (68e). Un changement payant. Lancé côté droit, l’ancien joueur de Nice ou Monaco trouvait Radonjic au point de penalty qui ajustait Oukidja du droit pour l’égalisation (70e, 1-1). Dès lors, chaque équipe tentait de faire la différence. Sur coup-franc, Gakpa manquait le cadre (80e). Côté phocéen, Sanson se montrait encore une fois mais Udol repoussait sa frappe (81e). Sur un corner, Germain pensait lui endosser le costume de héros mais Gakpa sortait son coup de tête sur la ligne (87e). Derrière, la frappe tendue de Radonjic passait de peu à côté (90e+1). Le score ne bougeait plus et le FC Metz mettait fin à la série de victoires de l’OM (1-1).

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Nguette (7) le meilleur joueur Messin du match. D’abord en première mi-temps où il a surnagé. Il n’a cessé d’être remuant sur les ailes, mettant à mal les latéraux marseillais. Il a été récompensé de sa très bonne prestation en ouvrant le score après avoir coupé le centre de Centonze (40e). Suite à un contact avec Sakai, il a permis à son équipe d’avoir un penalty qui n’a pas été transformé par Diallo (53e). Il n’aura pas eu beaucoup d’occasions d’être aussi étincelant en seconde période, voyant son équipe subir.

FC Metz

- Oukidja (5,5) : de retour dans le onze de départ après sa commotion cérébrale, le portier a répondu présent en première période. Il s’interpose à deux reprises devant Sanson, lors du premier tir du match (19e) puis avec une excellente parade (35e). Alors qu’il réalisait une seconde période très sereine en captant tous les ballons dans sa surface, il a fait preuve de défaillances dangereuses dans les relances. Il n’a rien pu faire sur le but de Radonjic (70e)

- Centonze (5,5) : le latéral droit a réalisé un premier acte intéressant. Il a d’ailleurs été le passeur décisif pour l’ouverture du score de Nguette (40e). La deuxième période a été plus compliquée pour l’ancien Lensois qui a pris de nombreux coups dans le jeu alors que son équipe se devait de défendre. Mais il a su contenir son côté sur les assauts de l’OM.

- Sunzu (4) : s’il n’a pas été impérial dans ses duels qu’il a majoritairement perdus, le Zambien a su dégagé quelques offensives marseillais soulageant son équipe. De manière un peu contradictoire, alors que son équipe a du énormément défendre sur la seconde période, il n’a pas été plus présent que cela.

- Boye (4) : il s’est montré plus présent que son coéquipier en défense central dans la première partie du match. De nombreux dégagements et des duels remportés ont mis un mal l’OM. Il a manqué de présence sur le centre de Germain qui a valu une égalisation de Radonjic (70e). Il a écopé d’un carton jaune après une faute sur Payet (85e). Il a failli dévié dans son but une tête de Germain, finalement sauvée par Gakpa (87e).

- Udol (6,5) : titularisé à la place de Delaine, le latéral gauche a été l’un des Messins les plus en forme de la première période avec ses nombreuses percées et sorties défensives, à l’image de celle qui a permis de servir Diallo qui n’a pas pu conclure (16e). S’il a été moins présent offensivement en deuxième période, il n’a pas hésité à se montrer défensivement en contrant les occasions marseillaises. Il a écopé d’un carton jaune (90e+1).

- Maïga (4,5) : le milieu de terrain a été mis en difficulté lors de la première période. Une perte de balle a amené le premier tir du match par Sanson (19e). Ses nombreux duels perdus lui ont valu d’écoper d’un carton jaune (45e+1). Une physionomie de match similaire sur la suite du match pour lui qui a déjà montré un bien meilleur visage même s’il s’est donné dans les derniers instants.

- Fofana (5) : à l’image du milieu de terrain de Metz en première période, il n’a pas su s’imposer voyant la majorité de ses duels être perdus face aux Marseillais. Lui aussi aurait pu tenter d’intervenir sur le centre de Germain pour Radonjic (70e). Ce qui vient un peu gâcher sa seconde période où il aura été beaucoup plus présent malgré son carton jaune suite à une grosse faute sur Payet (90e+5).

- Angban (4) : jamais deux sans trois en première période pour le milieu du FC Metz qui a vu l’Ivoirien perdre lui aussi la majorité de ses duels et être coupable de plusieurs fautes. Il n’a pas su se ressaisir sur l’autre moitié de la rencontre avec une continuité dans sa statistique de duels perdus.

- A.Traoré (5,5) : placé sur le côté droit pour le coup d’envoi, il n’a pas hésité à alterner avec Nguette. Il s’est montré très intéressant, n’hésitant pas à participer au cœur du jeu, ce qui lui a valu d’être à l’origine de l’ouverture du score en servant Centonze sur le côté (40e). Il a été beaucoup moins en vue ensuite. Il a finalement été contraint de céder sa place après être resté au sol. Remplacé par Gakpa (58e) qui s’est notamment illustré en sauvant sur sa ligne une occasion de but marseillaise contrée par Boye (87e).

- Diallo (4,5) : le meilleur buteur du FC Metz a gardé le sourire malgré ses quelques occasions de buts qui ont manqué d’impact et d’efficacité lors de la première période. Il a manqué d’inscrire son 10e but de la saison voyant Pelé arrêter son penalty (53e). Un match sous le signe du manque de justesse. Remplacé par Niane (75e) qui n’aura pas eu beaucoup d’occasions de se montrer suite à la physionomie du match qui a vu Metz défendre.

- Nguette (7) : voir ci-dessus

Olympique de Marseille

- Mandanda (non noté) : décisif depuis plusieurs semaines, le capitaine olympien a encore été important en début de match en s’imposant devant Diallo (10e). Mais après une passe en retrait de Payet et un mauvais contrôle, le gardien français s’est blessé à la cheville dans un duel avec Nguette... Résultat, il a dû céder sa place à Pelé (31e, note : 6). S’il n’a pas pu faire grand-chose sur l’ouverture du score de Nguette (40e), l’ancien Mançeau a sauvé l’OM en sortant le penalty de Diallo (53e). Le club olympien peut donc le remercier ce soir, lui qui a joué ses premières minutes de la saison.

- Sakai (4,5) : l’international japonais, avec Nguette comme adversaire direct, a souffert au Stade Saint-Symphorien. Un peu trop haut sur le terrain, lui qui a tenté de combiner avec Sarr et Payet, le latéral phocéen a trop souvent été en retard. Pris par les dribbles du numéro 11 adverse, il a d’ailleurs concédé un penalty (généreux) mais Pelé l’a arrêté. Une rencontre difficile.

- Kamara (6) : beaucoup de personnes se souviendront de son mauvais placement sur l’ouverture du score de Nguette, lui qui été pris par la course de son adversaire. Mais globalement, le défenseur de 20 ans a été plutôt propre défensivement puisqu’il a souvent pris le dessus dans les airs, tout en étant précieux au sol (27 ballons gagnés !).

- Álvaro (6,5) : le joueur prêté par Villarreal s’est rapidement fait une place en charnière centrale, et on sait pourquoi. Aux côtés de Kamara, l’Espagnol a encore une fois été solide. Présent sur le plan défensif (il a gratté 23 ballons), ce dernier a aussi pu s’inviter dans le travail de relance puisqu’on l’a beaucoup vu lors des séquences olympiennes.

- Amavi (5) : ces derniers mois, le latéral gauche olympien a rendu de bonnes copies. Mais ce soir, c’était bien plus compliqué. Comme d’habitude, il a joué très haut pour venir aider ses coéquipiers, comme sur cette récupération et cette frappe à côté (23e). Mais concernant l’aspect défensif, il a réalisé quelques erreurs, même s’il n’a pas aidé par Payet donc le travail défensif n’a pas été bon.

- Rongier (5,5) : ça devient une habitude désormais. L’ancien joueur du FC Nantes est toujours là au bon endroit au bon moment pour exercer le pressing et être l’auteur de récupérations assez hautes. Malgré tout, il a connu un peu plus de déchets ce soir que lors des précédentes rencontres. Mais il reste sur sa lancée et l’OM a clairement bien fait de le recruter.

- Strootman (4) : dans ce poste de sentinelle, le Néerlandais n’a pas servi à grand-chose aujourd’hui. Avec le peu d’offensives messines, l’ancien joueur de l’AS Roma n’a pas eu vraiment à intervenir. Et lors des séquences offensives, ce dernier a plutôt ralenti le jeu au lieu de jouer en une ou deux touches de balle. Remplacé par Germain (68e) qui est bien rentré dans son match en délivrant une passe décisive à Radonjic (70e). Il aurait pu ensuite offrir la victoire aux siens ma son coup de tête a été sortie sur la ligne par Gakpa (87e).

- Sanson (6,5) : c’est l’un des Marseillais qu’on a le plus vu. Omniprésent dans l’entrejeu, l’ancien Montpelliérain, avec Rongier, a exercé un bon pressing. Offensivement, il a plusieurs fois tenté sa chance (5 frappes) mais Oukidja est resté vigilant (19e, 35e) sur ses tirs cadrés. C’est clairement lui qui a dicté le rythme coté marseillais, avec Payet en deuxième période.

- Sarr (3,5) : aligné ailier droit ce soir, le joueur de 27 ans, qui jouait donc contre son ancien club, n’a pas réussi à faire la différence. Volontaire, l’ancien Messin a eu du mal à être dangereux. Voyant son joueur pas très inspiré, André Villas-Boas l’a alors remplacé à la pause par Radonjic (note : 6,5). L’international serbe, auteur de bonnes entrées lors des derniers matches, a remis ça ce soir en égalisant sur un service de Germain (70e). Dans le temps additionnel, il a frôlé le doublé (90e+1).

- Benedetto (3,5) : avec des Messins défensifs, l’attaquant argentin a eu du mal à se montrer, notamment dans le premier acte. Un peu invisible en première période, l’ancien joueur de Boca Junios a été mieux en deuxième période. Auteur d’un bon appel, il a manqué le cadré sur un ballon piqué (68e). Du coup, il a surtout été le premier à exercer le pressing, travail souvent demandé aux attaquants de pointe.

- Payet (5,5) : auteur de bonnes performances récemment, le Réunionnais n’a pas réussi à enchaîner ce samedi. Pas tout le temps trouvé côté gauche, il a manqué de justesse comme sur cette remise vers Mandanda au moment de la blessure du gardien. Et défensivement, il a souvent été à l’ouest, la preuve avec son placement sur l’ouverture du score de Nguette en première période (40e). Heureusement pour lui, sa deuxième période, durant laquelle il a trouvé le poteau (64e), est bien meilleure. Il a souvent pris le ballon pour provoquer et obtenir des fautes.