Guingamp y aura cru 45 minutes. Après une première période pleine d’entrain et rondement menée, les Bretons menaient 1-0 grâce à un but de Nolan Roux et auraient pu rentrer aux vestiaires avec une avance encore plus confortable, si Buffon n’avait pas réalisé un bel arrêt réflexe sur sa ligne d’abord, si l’arbitre Clément Turpin avait validé le but de Bénezet ensuite. Ce fait de jeu a changé la donne, Kylian Mbappé, entré en jeu à la pause, s’est chargé de faire le reste. En zone mixte, le président de Guingamp Bertrand Desplat est venu dire très franchement ce qu’il pensait de la prestation de l’arbitre et de l’utilisation de la VAR.

« Je crois qu’on a eu deux mi-temps extrêmement contrastées. On a fait une excellente entame de match. On aurait pu mener plus largement au score. On a une décision avec assistance vidéo qui prouve que ça ne règle pas tout. D’autant plus qu’en seconde mi-temps, il y a une action assez litigieuse sur Marcus Coco. Je ne sais pas s’il y a vraiment penalty mais ça méritait d’être contrôlé par l’arbitre central. Je dirais que ce n’était pas le grand soir de l’arbitrage vidéo, c’est ce que je pense vu de ma fenêtre », a-t-il d’abord commenté avant de revenir plus précisément sur l’action du but refusé et de ses conséquences.

« La VAR a été défaillante »

« On est dans ce qu’on appelle la zone grise. C’est une interruption qui dure extrêmement longtemps, trop longtemps, qui casse le jeu, le rythme, avec un arbitre qui décide en son âme et conscience qu’il n’y a pas but. Je pense qu’il y a une chance sur deux, selon la vision, que le but soit accordé. On était dans une zone grise. Quand je regarde le but, je me dis qu’il y a but. Je me dis qu’on doit récompenser le football offensif et pas forcément s’arrêter à deux joueurs qui se croisent et s’entrechoquent. » Dès lors, pour le président guingampais, et aussi certains joueurs comme Nicolas Bénezet qui a indiqué être sorti de son match, il était difficile de s’en remettre.

Une autre action litigieuse a dérangé Desplat, avec un contact dans la surface entre Marcus Coco et Thomas Meunier. Là, il n’a pas compris la non-utilisation de la vidéo. « Je ne comprends pas du tout. Sauf à voir quelles sont les personnes qui sont dans le car. C’est à ces personnes-là qui ont fait preuve, je ne vais pas dire d’incompétence, mais d’un manque de réflexe. C’était à eux de contredire éventuellement la décision de M. Turpin. S’il y avait un doute, alors il aurait dû être vérifié, comme on l’a pris en première mi-temps. Aux nombreux SMS que j’ai reçus, je pense que ça méritait d’être contrôlé et à ce niveau-là, la VAR a été défaillante. » Voilà qui devrait déjà animer le débat pour ce week-end !