« Il y a des choses entre des clubs et Layvin mais il est là. C’est notre joueur mais des choses ne sont pas décidées. Les choses ne sont pas claires et pour cela il ne sera pas dans le groupe demain. C’est un peu la même chose pour Edi (Cavani), je peux le dire honnêtement. Il a fait l’entraînement avec nous (ce matin), il est bien mais la situation entre Edi et un autre club, ce n’est pas clair. Pour cela, il n’est pas disponible pour demain ». Samedi après-midi, Thomas Tuchel confirmait, s’il y avait encore besoin, que son attaquant uruguayen était en instance de départ.

Ce n’est d’ailleurs pas le premier match que va manquer le Matador, alors qu’on évoque une blessure diplomatique pour justifier ses dernières absences des listes de Thomas Tuchel. Et s’il y a une équipe qui semble très intéressées par ses services - et c’est visiblement réciproque - c’est l’Atlético de Madrid. Seulement, les Colchoneros ne sont pas en mesure de faire des folies et les offres formulées jusqu’ici, allant jusqu’aux 10 millions d’euros, ont été refusées par le club de la capitale française.

Un accord autour de 15 millions ?

En Espagne, on expliquait que le PSG pouvait aller jusqu’à exiger 30 millions d’euros pour le joueur dont le contrat expire en juin prochain. Mais selon les informations du quotidien l’Equipe en cette journée de dimanche, le départ du meilleur buteur de l’histoire du Paris Saint-Germain pourrait se conclure autour de 15 millions d’euros, un montant qui satisfait les dirigeants colchoneros, qui ont pour l’instant présenté des offres s’approchant considérablement de ce total.

Du côté de Madrid, on a déjà sorti la calculette et on estime que l’opération Cavani pourrait coûter jusqu’à 80 millions d’euros, comptant ainsi le transfert en plus du salaire du joueur pour deux ans et demi, en plus des impôts évidemment. Tout porte donc à croire que le mariage tant attendu entre Edinson Cavani et Diego Simeone se produira dans les prochains jours.