Kingsley Coman (Juventus Turin puis Bayern Munich), Dan-Axel Zagadou (Borussia Dortmund), Mamadou Doucouré (Borussia Mönchengladbach), Fodé Ballo-Touré (Lille), Boubakary Soumaré (Lille), Claudio Gomes (Manchester City). La liste des grands espoirs rouge-et-bleu partis sans rien rapporter financièrement et sportivement au Paris Saint-Germain est déjà longue comme le bras. Un terrible constat pour le septuple champion de France qui oeuvre désormais activement pour mettre un terme à cette fâcheuse tendance.

Et si le récent départ de Claudio Gomes à City a fait mal aux Franciliens, la direction du club a su réagir en faisant signer cet été des contrats professionnels à Yacine Adli, Idriss Mzaouiyani ou encore à Samuel Essende. Une volonté de blinder très rapidement des joueurs très courtisés qui a même forcé Paris à en faire de même avec sa pépite âgée d’à peine 16 ans, Kays Ruiz. Une politique agressive menée de front par le directeur sportif du club, Antero Henrique. L’Équipe rappelle d’ailleurs que le Portugais a une méthode forte pour pousser les jeunes les plus réticents à apposer leur signature au bas d’un contrat.

De grosses primes à la signature

Le principe est simple : chaque joueur se voit proposer un contrat de trois (plus deux avec prolongation automatique à la fin des premières et deuxièmes années). Pour les réfractaires, là aussi la donne est claire : aucun temps de jeu accordé et une mise sur liste noire des agents des joueurs concernés. En cas d’accord, le PSG sort alors le chéquier. Mais tous les jeunes ne sont bien évidemment pas traités de la même manière. Pour les profils moyens, L’Équipe annonce c’est un salaire d’environ 4500€ bruts par mois (+ augmentation de 1000€ par an) qui est appliqué. Quant aux primes à la signature, elles oscilleraient entre 45 000€ et 200 000€ et seraient payées en plusieurs fois.

En revanche, pour les jeunes talents considérés comme de potentiels cracks, les sommes engagées sont bien plus élevées. L’exemple de Yacine Adli en est la parfaite illustration. Tout près de s’engager avec Arsenal, le milieu de terrain de 18 ans est finalement resté en échange d’un salaire mensuel brut de 60 000€ et d’une prime à la signature tournant autour du million d’euros. Autre cas, le défenseur Stanley Nsoki, dont la prolongation doit être bientôt annoncée, aurait obtenu une prime à la signature de 3 M€ ! Courtisans déclarés, Newcastle et l’Olympique de Marseille n’ont rien pu faire. À Paris, quand on aime, on ne compte pas !