Entre Adrien Rabiot et le Paris Saint-Germain, la rupture est définitivement consommée depuis le 14 mars et la mise à pied du joueur (il a été mis à l’écart du groupe professionnel le 17 décembre dernier). Malgré l’envie de l’entraîneur allemand Thomas Tuchel de s’appuyer sur l’international français de 23 ans, le club de la capitale a décidé de se passer de ses services, en raison de son refus répété de ne pas prolonger son contrat. Rien n’est clair dans cette affaire depuis de longs mois, entre le silence du clan Rabiot et la communication minimale du club parisien incarnée par Antero Henrique, le directeur sportif, qui semble en première ligne dans ce dossier. Alors, l’intervention médiatique de la mère et agent du joueur, Véronique Rabiot, était attendue avec impatience. Elle est tombée ce mardi soir, via un entretien accordé à L’Equipe.

La mère du milieu de terrain raconte les dessous de la mise à l’écart de son fils. « Ce n’est pas qu’une impression. Adrien est prisonnier. Il est même otage du PSG. Bientôt, c’est au pain sec, à l’eau et au cachot ! Ce milieu est cruel… (…) On le prend en otage parce qu’il ne veut pas resigner, alors qu’il ne fait que respecter son contrat. Adrien ne demande que ça : respecter son contrat. » Face à la fermeté du PSG, Véronique Rabiot oppose le manque de continuité dans la direction sportive du club. « Cette histoire est une succession de directeurs sportifs au PSG, de discours différents. Si vous voulez, je vous écris un livre... Et Henrique est arrivé. Il a dit qu’il voulait recruter un numéro 6. Il ne l’a jamais fait. »

Rabiot n’a pas signé ailleurs

Clairement, Antero Henrique est considéré comme le principal coupable de la dégradation de la situation par le clan Rabiot. Ses méthodes musclées, à l’image de la mise à pied du joueur via une lettre adressée dans les vestiaires du Camp des Loges, ont achevé de dégoûter le Français. Pour lui et sa mère, il est responsable de cette fin malheureuse. « Parce qu’il n’a pas fait ce qu’il avait dit et le recrutement nécessaire. Il n’a pas fait ce qu’il avait dit non plus pour qu’Adrien puisse jouer à son poste. »

Toutefois, si Henrique a contribué à la détérioration de la situation, la décision d’Adrien Rabiot avait visiblement été prise depuis quelques mois. « Il a envie d’aller jouer ailleurs, et à son poste. Adrien veut que son contrat soit respecté comme il a respecté, pendant ses 7 saisons professionnelles, le maillot parisien sur le terrain », affirme sa mère, qui réfute les rumeurs au sujet d’une signature déjà apposée en bas d’un nouveau contrat dans un autre club. « Tout le monde dit qu’on a déjà signé avec un nouveau club. Mais on n’a signé nulle part ! » Ciblé par les supporters pour son comportement post-élimination de la Ligue des Champions (sortie en boite de nuit, like sur Instagram), Adrien Rabiot est utilisé comme « un rideau de fumée. On lui tape dessus pour ne pas affronter les vrais problèmes », jure sa mère. Elle en crée un nouveau pour le PSG avec cette sortie médiatique qui risque de faire beaucoup jaser dans les prochaines heures.