Cette saison, en Ligue 1, on a pu apercevoir l’arrivée de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR pour video assistant referees). Si certains présidents et entraîneurs de clubs en sont ravis et réclamaient depuis bien longtemps plus d’équité, c’était notamment le cas de Rudi Garcia, le coach de l’Olympique de Marseille, force est de constater que la VAR n’arrange pas tout le monde et que les intéressés se font de plus en plus entendre.

C’est le cas de Roland Romeyer, l’un des dirigeants de l’Association Sportive de Saint-Étienne (ASSE). « Les arbitres nous disent :"on est dans une phase de construction et d’expérimentation". Je ne peux pas l’accepter. On n’est pas les cobayes du VAR. Nous, on joue un vrai championnat, avec des enjeux financiers importants, car on a pris des risques l’été dernier pour avoir des ambitions, et les points comptent. Or les statistiques montrent que Saint-Étienne est le club qui subit le plus de décisions défavorables et qui, par conséquent, se trouve le plus lourdement pénalisé par le VAR. Les arbitres nous disent aussi :"oui, mais il corrige 70% des erreurs. OK, je ne suis pas parano, mais j’ai l’impression que l’ASSE est concernée par les 30% restants », détaille-t-il ce mardi matin dans les colonnes du journal L’Équipe.

« J’en suis malade et cela me met en colère »

Le quotidien dévoile les différences entre clubs de l’élite française sur les décisions favorables et défavorables. Pour les premières citées, on retrouve Amiens, Dijon et Lyon notamment quand pour les défavorables on aperçoit Marseille, Monaco et l’ASSE en fin de peloton. On imagine donc que la sortie de Roland Romeyer semble justifiée par les chiffres donnés par le journal français. Le club forézien est aujourd’hui 5e, à la merci de Montpellier, Nice et Marseille. On peut penser que le matelas serait plus confortable si les erreurs, soulignées par Romeyer, n’avaient pas existé.

« Selon moi, le VAR nous en a déjà fait perdre au moins huit (des points, nldr). C’est énorme ! Allez, va pour six ou quatre. Ça reste énorme quand même. Car avec ces points, on pourrait être plus tranquilles au classement. J’en suis malade et cela me met en colère. On ne peut pas continuer comme ça. Tous les week-ends il y a des erreurs. On voit même des rouges retirés après avoir rappelé le joueur sur la pelouse. Faut pas déconner ! Et en plus de la peine, on rajoute une double peine », a-t-il ensuite poursuivi. Reste à savoir comment les instances françaises vont réagir à cette nouvelle sortie, qui n’est pas la première du côté de l’ASSE. Les mots durs de Romeyer vont-ils être entendus ? Et surtout si quelque chose va changer la saison prochaine.