Le Sporting Club de Bastia vit des semaines difficiles. Outre des expulsions à répétition et la lutte pour le maintien dans l’élite, le club insulaire a dû gérer les incidents intervenus face à l’Olympique Lyonnais il y a quelques jours au stade Armand-Cesari. Des actes qui ne sont pas restés sans conséquences puisque la Commission de Discipline de la LFP a décidé de sévir. Ainsi, Bastia a perdu son match face à l’OL et jouera ses trois prochaines rencontres à huis clos sur un terrain neutre. Dans ce contexte peu évident il faut l’avouer, les Bastiais, derniers de Ligue 1, se déplaçaient au Parc des Princes pour affronter le Paris Saint-Germain. On le sait, les dernières rencontres entre ces deux formations n’ont pas été de tout repos. Il y a eu notamment les échanges tendus entre Thiago Motta et Brandão ou encore Lucas Moura, touché par un jet de projectile sur un corner.

Bastia enrage contre le PSG et Verratti

Ce nouveau PSG-Bastia a aussi donné lieu à une polémique après la rencontre. À la 35 ème minute, Marco Verratti a marqué un but lointain sous la transversale. Un but jugé scandaleux par Bastia puisque le portier Jean-Louis Leca s’occupait de Blaise Matuidi, au sol, juste avant la frappe de l’Italien. Après la rencontre, Rui Almeida a devancé les journalistes et a évoqué d’emblée ce but litigieux. « Félicitations à Paris pour cette victoire. Je pense que le résultat est correct, de prendre les trois points pas le score. Je pense que c’est important de dire que le deuxième but, Paris n’avait pas besoin de ça. Il est clair que Jean-Louis (Leca) est avec Matuidi sur le terrain. Il y a une frappe, il y a aucune possibilité de réagir. Le football n’a pas besoin de ça ». Les Parisiens auraient-ils dû demander à refuser le but ? « Je ne sais pas. Il y a eu un premier but, puis ce second sur cette action (...) Si on parle trop de ça, c’est un peu ridicule pour moi car on a encaissé 5 buts ».

Directement impliqué sur cette action, Jean-Louis Leca, lui, n’a pas mâché ses mots contrairement à son entraîneur. Ses propos sont relayés par L’Équipe : « Je suis dégoûté. Je vois Blaise qui se fait mal. Je vais le voir pour le relever. Marco Verratti joue vite, il frappe et marque ». Même son de cloche du côté de Lenny Nangis : « On en veut à Marco Verratti. C’est un très grand joueur et il n’a pas besoin de ça pour marquer. Et Paris n’a pas besoin de faire cela pour gagner. Nous avions la rage à la mi-temps. » Et le PSG dans tout cela ?

Le PSG vole au secours de Verratti

Pour Unai Emery, Verratti n’a pas manqué de fair-play : « C’est difficile. Le plus important est ce que le joueur veut. Tout d’abord, il y a peut-être une action de penalty sur Matuidi. L’action a continué après. Nous avons demandé aux joueurs du rythme, de l’intensité. C’est pour ça que sur la touche, il demande vite le ballon. Blaise est sur la pelouse (à terre). Mais ses coéquipiers ont continué à jouer. Après, je crois qu’il (Verratti) ne regarde pas comment est le gardien. Le gardien est avec Blaise puis après il est dans le but. Ensuite, Marco a tiré car il avait la possibilité de le faire. Mais je crois que l’esprit de fair-play n’est pas perdu. Il a joué le ballon. Quand j’ai vu à la télévision, on le voit vite demander le ballon pour jouer ». Comme son coach, Adrien Rabiot n’accable pas Marco Verratti : « Pour moi, il n’y a pas un manque de fair-play. L’arbitre a dit qu’il fallait continuer à jouer. De ce que j’ai vu, le gardien s’était replacé. Les joueurs bastiais se sont peut-être arrêtés mais il n’y avait pas de raisons. On a continué de jouer normalement. Marco a pensé le même chose ».

Thomas Meunier a lui aussi volé au secours de son coéquipier. En revanche, le Belge a avoué comprendre le sentiment de rage des Corses. « On aurait déjà pu en marquer trois (buts) avant. Donc pour moi, le match allait de toute façon être en notre faveur vu la nette domination du PSG. Ce qui est contestable peut-être, c’est le geste de fair-play du gardien (Leca) qui est au chevet de Blaise et qui finalement s’est fait "avoir". L’arbitre n’avait rien signalé. Simplement, il n’y avait pas faute donc on a continué. C’est dommage que ça se passe comme ça. Pour moi, ça reste un but valable ». Valable ou non selon le camp où l’on se place, ce but n’a pas changé le match, nettement remporté par le Paris Saint-Germain.