Ce samedi soir se jouait une partie de la 36e journée de Ligue 1. Si la course pour le titre est terminée, qu’il reste un semblant de suspens pour les places en Ligue des Champions et la Ligue Europa, c’est surtout en ce qui concerne le maintien que tout reste bien flou. Guingamp, Dijon, Caen, Monaco et Amiens restent des potentiels clubs menacés par la descente ou au moins pour la place de barragiste (17e) en ce qui concerne Amiens.

Les Picards ont pris un bon point à domicile contre Toulouse, Guingamp jouera ce dimanche après-midi contre Rennes tandis que Dijon et Caen se sont imposés respectivement contre Strasbourg (2-1) et Reims (3-2). Reste donc Monaco, pour qui rien n’a bien tourné ce week-end. En effet, outre le fait d’avoir vu Dijon l’emporter dans le temps additionnel, les Asémistes se sont imposés à Nîmes (0-1) et sont donc menacés par les deux poursuivants susmentionnés.

Bernard Blaquart, le coach gardois ne comprenait d’ailleurs pas : « le seul regret est de ne pas avoir bien joué tous les coups offensifs. Mais il ne faut pas oublier que Monaco a des atouts et est très bon techniquement. D’ailleurs, c’est incompréhensible de retrouver Monaco dans cette situation ». Grandement menacés, les joueurs du Rocher sont, quant à eux, vraiment lucides sur leur situation alors que leurs dernières rencontres (contre Amiens et à Nice) ne seront pas aisées.

« C’est très éprouvant pour ceux qui aiment Monaco »

« C’est sûr, ce soir ça devient très compliqué. Voilà, on est revenu avec des intentions, on a mis plus de rythme, plus d’intensité, on a manqué de justesse technique dans le dernier geste. À l’arrivée, ils ont profité des situations qu’ils ont eues et puis on perd ce match. Ah c’est sûr, on avait trois finales, on en a perdu une. Maintenant il y a encore de l’espoir, il faudra absolument gagner le match à la maison (contre Amiens ndlr) pour consolider notre place de barragiste (Monaco est 17e ndlr) », a détaillé Djibril Sidibé au micro de beIN Sports après la défaite aux Costières.

Revenu au club, Leonardo Jardim ne part pas défaitiste, mais comprend totalement la détresse des amoureux du club. « Les joueurs ont essayé. Il a manqué plus d’impact que d’intensité. On a raté des passes, des contrôles… Je pense que nos joueurs ne sont pas habitués à jouer le maintien. Avec cet impact, cette rage, cette attitude, cet engagement dans les duels. Ils aiment avoir le ballon, prendre les espaces. Mais la clé numéro un pour remporter cette bataille du maintien, c’est de jouer avec la rage. Un peu comme Nîmes ce soir. Il faut gagner les duels. Heureusement, tout dépend encore de nous. Bien sûr que la victoire doit revenir. Mais on a notre destin en main. Les supporters ? C’est normal qu’ils ne soient pas contents. Personne ne l’est. C’est très éprouvant pour ceux qui aiment Monaco. Il reste deux matches pour tout sauver et on doit tous être ensemble », a-t-il ainsi indiqué en conférence de presse. Il ne reste que deux matches pour sauver ce qui peut encore l’être, mais Monaco joue clairement avec le feu.