Le Nîmes Olympique et l’Olympique de Marseille ouvraient le bal, ce vendredi soir, de la 27e journée de Ligue 1. Au Stade des Costières, les Crocodiles (18es, 27 points) voulaient se reprendre après leur défaite contre le Stade Rennais, eux qui avaient pourtant enregistré quatre victoires d’affilée juste avant. Mais la tâche s’annonçait compliquée face à des Phocéens deuxième du classement (52 unités) mais qui restaient également sur un revers face au FC Nantes (1-3), leur premier en championnat depuis fin octobre. Les Olympiens voulaient donc relever la tête rapidement également. Pour se faire, André Villas-Boas sortait exactement le même 4-3-3 que face aux Canaris, avec Germain ailier droit et Sarr latéral. Côté nîmois, Bernard Blaquart sortait un 4-2-3-1 et titularisait Ripart au poste de latéral gauche.

Il n’y avait pas de round d’observation dans le sud de la France puisque le score changeait rapidement. Côté gauche, Ripart réalisait un petit festival et le ballon arrivait de l’autre côté sur Ferhat qui servait Roux. Dans la surface, ce dernier voyait sa frappe être repoussée par Mandanda mais l’Algérien, qui avait bien suivi, catapultait le cuir au fond des filets (5e, 1-0). Un début de match compliqué pour l’OM, qui réagissait quand même rapidement. Dans l’entrejeu, Kamara trouvait parfaitement Sarr dans le dos de Ripart. En une touche, l’ancien Messin centrait au second poteau où Benedetto surgissait pour marquer dans le but vide (10e, 1-1). Les deux équipes jouaient tous les coups à fond et Caleta-Car manquait le cadre (17e), tout comme Sidy Sarr de l’autre côté (20e). Les Phocéens, qui faisaient un peu plus le jeu, souffraient tout de même et Alvaro sauvait les siens sur un centre de Paquiez (23e).

Dario Benedetto voit triple, Steve Mandanda auteur d’un grand match

Mais après une tête intéressante de Germain, juste au-dessus (32e), les hommes d’André Villas-Boas prenaient l’avantage dans ce match. Encore présent au milieu, Kamara s’imposait dans les airs et servait Payet qui lançait directement Benedetto dans le dos de Martinez. Parti à la limite du hors-jeu, l’attaquant argentin lobait alors Bernardoni pour le but du 2-1 (36e). Grâce au doublé de son numéro 9, l’OM rentrait donc aux vestiaires avec une courte avance. Au retour des vestiaires, les Phocéens poussaient rapidement pour le but du break et Pablo Martinez devait sauver son équipe (47e). Mais derrière, les joueurs de Bernard Blaquart rentraient dans un temps-fort. Dans un premier temps, Roux manquait de peu le cadre (51e), et Sidy Sarr voyait sa frappe frôler le poteau (52e).

Et quand les tirs étaient cadrés, les Phocéens pouvaient compter sur un grand Mandanda. Le gardien olympien faisait le show sur une reprise de Landre (62e) et un boulet de canon de Ferhat (64e). Entre temps, Ripart n’avait pas cadré son coup de tête (62e). Mais l’OM marquait ce fameux troisième but si important. Sur un coup-franc de Payet, Landre essayait d’écarter le danger mais le ballon rebondissait sur Caleta-Car et arrivait sur Benedetto. L’Argentin décochait une belle frappe pour le triplé (69e, 1-3). Avec deux buts d’avance, les visiteurs reculaient un peu et Mandanda devait encore s’employer (82e). Finalement, le NO réduisait l’écart grâce à un coup de tête de Deaux (90e+2, 2-3) mais l’OM tenait et s’imposait au Stade des Costières pour consolider sa deuxième place.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Benedetto (8,5) resté muet face au FC Nantes la semaine passée, l’Argentin a retrouvé le chemin des filets ce vendredi, et à trois reprises ! Présent à la pointe de l’attaque olympienne, l’ancien joueur de Boca Juniors a d’abord marqué en tant que renard des surfaces (10e), avant de réaliser un magnifique appel pour lober Bernardoni (36e). Et en seconde période, le joueur de 29 ans a encore frappé d’une belle demi-volée (69e). Une efficacité redoutable pour lui, avec trois buts en trois frappes. Remplacé par Lopez (90e) qui est venu renforcer l’entrejeu pour les derniers instants.

Nîmes Olympique

- Bernardoni (4,5) : un match cauchemar pour l’international Espoirs français, qui a encaissé 3 buts comme au match aller. Il n’a pas eu beaucoup d’arrêts à faire, si ce n’est sur une frappe de Rongier (66e), mais a été chercher le ballon 3 fois dans ses filets. Sa position sur le premier but olympien (10e) porte à réflexion. Laissé à l’abandon par sa défense, on ne peut cependant pas lui reprocher grand-chose sur la seconde réalisation alors qu’il a été impuissant sur la troisième, ajusté à bout portant une fois de plus par son bourreau, Dario Benedetto.

- Paquiez (5) : avec un apport offensif intéressant, Gaëtan Paquiez est l’une des satisfactions de la soirée malgré la défaite. À plusieurs reprises, il a bien pris son couloir pour apporter le danger dans le camp marseillais mais il n’a pas réussi à être décisif, malgré son envie affichée.

- Martinez (4) : forcément, avec trois buts concédés, on ne peut pas saluer sa prestation. Le natif de Martigues a sa part de responsabilité sur les deux premières réalisations marseillaises. Quelques bonnes interventions sont cependant à mettre à son crédit mais ne font pas pencher la balance en sa faveur.

- Landre (3,5) : un tacle approximatif qui valait un carton jaune (13e) résumait son match. Pour sa 10e apparition cette saison en championnat, le joueur formé au PSG n’a pas affiché une grande sérénité dans la charnière centrale. Un match loin d’être une référence, il a également été malheureux sur le troisième but, sa relance étant contrée sur l’action. Il aurait cependant pu marquer en seconde période mais Steve Mandanda a réalisé un très bel arrêt à l’heure de jeu sur sa reprise de volée.

- Ripart (4,5) : un match étrange pour lui. Offensivement, il a été très intéressant à l’image de son festival sur le côté gauche qui a amené l’ouverture du score nîmoise (5e), également via deux grosses occasions dans le second acte. Mais défensivement, c’était plus difficile. Le latéral du soir s’est trop souvent fait surprendre par les appels marseillais dans son dos, notamment en première mi-temps. C’était notamment le cas sur l’égalisation marseillaise (10e).

- Sarr (3,5) : le numéro 6 nîmois a eu du mal dans l’entrejeu ce soir à l’image de sa perte de balle à la 36e minute, qui a permis à l’OM de partir en contre-attaque et inscrire son deuxième but. Un bon début de seconde période malgré cela avec une interception dans les pieds de Kamara et une frappe à ras de terre qui est passée de peu à côté du poteau droit.

- Fomba (3,5) : à l’image de Sidy Sarr, l’ancien Auxerrois a connu une soirée difficile. Sa perte de balle à la 10e minute a été à l’origine de l’égalisation marseillaise à 1-1. Pris trop facilement de vitesse par le milieu de terrain de l’OM, il n’a pas eu l’impact souhaité. Remplacé par Lucas Deaux (70e), qui a repris un ballon de la tête sur corner pour réduire l’écart à 3-2.

- Philippoteaux (4) : le meilleur buteur nîmois de la saison (6 unités) n’a pas été le plus en vue ce soir. Il a néanmoins tenté sa chance à la demi-heure de jeu avec une frappe tendue qui est passée de peu au-dessus du but. Remplacé par Moussa Koné (70e). Ce dernier ne s’est pas distingué.

- Benrahou (4,5) : un match frustrant pour lui. Il n’est pas parvenu à faire les différences malgré son aisance technique et a perdu pas mal de ballons. Il a cependant été décisif en toute fin de match en propulsant un ballon sur la tête de Lucas Deaux, buteur. Une réaction trop tardive puisque Monsieur Turpin a ensuite sifflé la fin du match quelques secondes après.

- Ferhat (5,5) : l’Algérien n’a eu besoin que de 5 minutes pour inscrire son troisième but de la saison en championnat. Il a été à l’affût en reprenant un ballon relâché par Mandanda et a pu marquer dans le but vide. Il a montré beaucoup de volonté, dangereux à plusieurs reprises, et a été dans les bons coups offensifs de son équipe.

- Roux (4) : buteur la semaine passée à Rennes, il a rapidement été décisif sur le but de Zinedine Ferhat avec une première frappe repoussée par Mandanda (5e) mais il a eu peu d’opportunités pour se distinguer. Il a fallu attendre la 52e minute pour le revoir dans une action concrète mais sa frappe est passée largement au-dessus du but. Rien d’autre à signaler.

Olympique de Marseille

- Mandanda (7,5) : dès la première opportunité nîmoise, le gardien français s’est illustré en repoussant le tir de Roux mais il n’a rien pu faire sur la frappe de Ferhat (5e). Pas inquiété par la suite en première période, le portier phocéen a donc surtout assuré dans sa surface, en étant présent sur les corners ou centres nîmois. Mais après la pause, il a eu du travail et tout simplement brillé face à Landre (62e), Ferhat (64e, 82e) et Benrahou (72e), avant de rater sa sortie sur le but de Deaux dans le temps additionnel (90e+2). Une grosse performance de la part de l’international tricolore malgré les deux buts encaissés.

- Sarr (6,5) : un début de match compliqué avec un festival de Ripart dans son couloir mais c’est tout. Si les Crocodiles ont souvent essayé de passer dans son couloir, l’ancien Messin a plutôt verrouillé le tout par la suite. Latéral offensif, il a forcément apporté devant et a parfaitement servi Benedetto sur le premier but olympien (10e). De bonnes choses également derrière, avec toujours beaucoup de volonté.

- Alvaro (6) : prêté par Villarreal pour l’ensemble de la saison, le défenseur espagnol est à l’aise dans le jeu aérien, lui qui anticipe beaucoup. Sur la pelouse du Stade des Costières, le joueur de 30 ans a donc encore été le patron dans les airs, et il a eu un peu plus de mal sur les offensives nîmoises au sol. Cependant, il a souvent été bien placé pour sauver son équipe (23e, 40e).

- Caleta-Car (6) : ce n’est pas une nouveauté, il se complète bien avec son coéquipier Alvaro. Si l’Espagnol est important dans les airs, le Croate est meilleur sur les passes en profondeur et les interventions au sol. Sa qualité de passes a encore été précieuse puisque l’ancien joueur du RB Salzbourg a parfois joué long. Auteur d’une reprise au-dessus en première période (17e).

- Amavi (6) : pas forcément aidé par Payet sur le plan défensif (alors que Germain est beaucoup redescendu pour défendre avec Sarr), le latéral gauche phocéen a mal débuté avec Ferhat qui a ouvert le score (5e). Mais petit à petit, l’ancien joueur d’Aston Villa a haussé son niveau de jeu pour faire le boulot défensivement. Néanmoins, il n’a pas beaucoup apporté sur le plan offensif, malgré quelques centres intéressantes.

- Rongier (5) : placement hasardeux, peu d’interventions importantes, des relances approximatives. L’ancien milieu de terrain du FC Nantes a eu du mal aujourd’hui contre le NO. Depuis quelques matches, le joueur de 25 ans semble moins bien et ça s’est encore vu dans ce match, même s’il aurait pu marquer sur un tir sorti par Bernardoni (67e). Une rencontre compliquée pour le Français, plus en difficulté ces dernières semaines.

- Kamara (7) : défenseur de métier, le joueur de 20 ans évolue souvent en sentinelle cette saison, et ce n’est pour rien. Encore présent devant sa défense, le Marseillais a sorti un gros match. Impliqué sur les deux premiers buts olympiens avec superbe ouverture (10e) et une récupération de la tête (36e), il a été omniprésent dans l’entrejeu pour écœurer les Crocodiles et endosser ce rôle de pompier de service.

- Sanson (6,5) : plus en vue que Rongier, l’ancien Montpelliérain a bien débuté son match avec une grosse activité. Balle au pied, il a souvent tenté d’amorcer les contres de son équipe. Mais au fil de la rencontre, le natif de Saint-Doulchard a disparu des radars, ce qui ne l’a pas empêché de faire de belles choses comme son joli rush en seconde période. Assez technique, il a aussi provoqué plusieurs fautes. Un élément qui devient de plus en plus précieux, même s’il a mal terminé en lâchant Deaux sur le but nîmois (90e+2).

- Germain (6) : une nouvelle fois titulaire sur la droite, l’ancien Monégasque et Niçois a multiplié les déplacements, qui ont toujours été bien sentis. Souvent servi dans le dos de Ripart, le Marseillais a obtenu de nombreux corners et a beaucoup couru pour également revenir défendre et écarter le danger. Sa tête sur un corner de Payet est passée de peu au-dessus (31e). Pas de but cette fois-ci pou lui mais une bonne activité.

- Benedetto (8,5) : voir ci-dessus

- Payet (5,5) : le numéro 10 olympien, encore aligné sur l’aile gauche, n’a pas eu beaucoup de séquences pour s’illustrer puisque ses coéquipiers ont souvent joué de l’autre côté avec Sarr et Germain. Du coup, le milieu de terrain français a dézoné pour toucher un plus de ballons et notamment servir Benedetto sur le second but phocéen (36e). Mais globalement, il a bien été pris par les Nîmois qui sont venus parfois à deux ou trois pour le gêner. Averti en fin de rencontre (75e) et remplacé par le jeune Aké (88e) qui a couru mais n’a pas eu le temps de montrer quelque chose.