Jouer la carte jeune. Depuis son arrivée sur le banc de l’Olympique Lyonnais à la mi-octobre, Rudi Garcia ne manque jamais l’occasion de rappeler qu’il a lancé dans le grand bain plusieurs talents made in Lyon cette saison. On ne peut pas lui donner tout à fait tort. Il a par exemple offert son premier match en Ligue 1 à Rayan Cherki (19 octobre, OL-Dijon). Même chose pour Maxence Caqueret (Strasbourg-Lyon) ou Melvin Bard (6 décembre, Nîmes-OL). Malgré cela, on sent tout de même l’entraîneur lyonnais toujours frileux au moment d’utiliser de jeunes éléments. C’est notamment le cas pour le poste de latéral gauche où on l’a vu faire très peu appel à Melvin Bard malgré la blessure de Youssouf Koné ou les absences de Fernando Marçal. Le coach a préféré improviser et miser sur Maxwel Cornet, repositionné à ce poste où il a donné satisfaction. Dos au mur, suite à plusieurs blessures ou absences, Garcia n’avait pourtant pas d’autres choix que de compter sur certains jeunes.

Gouiri doit encore faire ses preuves auprès de Garcia

Cela a payé pour Rayan Cherki ou Maxence Caqueret, qui ont su en profiter pour être convoqués et utilisés régulièrement. En revanche, d’autres éléments doivent encore faire leurs preuves auprès de l’entraîneur rhodanien. C’est le cas d’Amine Gouiri. Blessé gravement au genou la saison passée, l’attaquant avait travaillé d’arrache-pied pour revenir à son meilleur niveau. Après avoir évolué avec la réserve en avril dernier, il avait participé à la Coupe du Monde U20 avec l’équipe de France durant l’été 2019 (3 buts en 4 rencontres). De retour à Lyon, il a pris part à la reprise avec Sylvinho. L’occasion pour lui d’afficher ses ambitions et d’annoncer la couleur pour cet exercice 2019-20. « Je veux me faire une place dans le groupe professionnel. Je vais essayer d’enchaîner. Entre 18 et 20 ans, c’est une période importante pour exploser. Je suis en plein dedans. Je suis pressé de voir comment cette saison va se dérouler. J’espère que tout va bien se passer ».

Malheureusement pour lui, tout ne s’est pas passé comme il l’espérait. Envoyé avec la réserve par Sylvinho, il a reçu le même traitement quand Rudi Garcia est arrivé. Aligné avec l’équipe B comme avec l’équipe de Youth League, Amine Gouiri, qui a été appelé avec les Espoirs, continuait à s’entraîner avec le groupe professionnel en espérant enfin avoir sa chance. Celle-ci est venue le 18 novembre. Titulaire face au TFC en Coupe de la Ligue, le Français s’est parfaitement entendu avec Terrier et Cherki et a montré des choses intéressantes dans le jeu. Il ne lui manquait qu’un but ce jour-là (victoire 4-1). Quelques jours plus tard, le 27 novembre, il était appelé à la rescousse par Rudi Garcia pour jouer face au Zenit Saint-Pétersbourg suite au forfait de dernière minute de Martin Terrier. Il avait donc rejoint les pros, après avoir joué en Youth League dans l’après-midi.

25 minutes joués avec les pros en 2020

Interrogé à son sujet il y a quelques semaines, Rudi Garcia avait confié : « Ça prend du temps à revenir à son meilleur niveau. Il est beaucoup mieux, plus volontaire et déterminé depuis novembre. Au début, il était encore un peu en dedans. Son entrée en Champions League lui a fait du bien mentalement. À lui de saisir les occasions. » Mais entre la parole et les actes, la réalité est toute autre. En 2020, Gouiri n’est apparu qu’à deux reprises. C’était en Coupe de France (25 minutes jouées au total en deux rencontres). Le message était très clair pour le joueur, invité à rejoindre un club sous la forme d’un prêt pour avoir du temps de jeu et poursuivre sa progression. Mais le HAC comme Nîmes ont été éconduits par Amine Gouiri, qui ne souhaitait aucunement quitter l’OL, motivé à l’idée de s’imposer dans son club formateur. Le fait de changer d’agent (il travaille avec Alain Migliaccio à présent) n’a rien changer à ses envies. Ce, malgré le fait que l’OL ait misé sur un nouvel élément offensif avec Karl Toko Ekambi, aligné en pointe dimanche face à Strasbourg pour faire souffler Moussa Dembélé.

En conférence de presse récemment, Rudi Garcia n’a pas nié que le joueur né en 2000 faisait les frais de la forte concurrence. On pourrait surtout dire qu’il fait les frais de la gestion d’un effectif déséquilibré avec plusieurs joueurs polyvalents et capables de jouer sur les ailes. « Amine Gouiri doit faire face à une grosse concurrence à son poste. Je lui avais conseillé d’aller chercher du temps de jeu ailleurs, lors du mercato hivernal. La porte n’est toutefois pas fermée. Qu’il continue à marquer avec les jeunes. Depuis le début du mois de février, il est de retour dans la concurrence. Il faut qu’il soit le plus déterminé possible, lors des entraînements et des matches ». Un message qu’il a parfaitement entendu, lui qui a signé un quadruplé ce week-end avec l’équipe réserve face à Moulins Yzeure. Il avait déjà signé un doublé quelques jours avant en Youth League lors du barrage face à Saragosse. Ce qui a permis à son équipe de se qualifier pour les huitièmes de finale de l’épreuve. Gouiri, qui pourrait jouer le rôle de doublure de Moussa Dembélé et qu’il faut préparer pour l’avenir, doit donc prendre son mal en patience même s’il semble sur le bon chemin. À l’OL, on croit en lui comme l’a avoué Martin Terrier. « Amine c’est un très bon joueur donc ça viendra pour lui aussi même s’il n’a pas eu l’occasion encore de vraiment montrer ce dont il est capable ». Espérons pour lui que les occasions viennent rapidement !