Deux situations totalement différentes. Grâce à un match nul contre le Shakhtar Donetsk mercredi soir (1-1), l’Olympique Lyonnais a décroché son billet pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, dont le tirage au sort aura lieu demain (12h). À l’inverse, l’AS Monaco est sorti de cette C1 par la petite porte avec une nouvelle défaite face au Borussia Dortmund (0-2). Et en Ligue 1, c’est la même chose. Quatrième du championnat de France (28 points), les Gones tutoient le podium, et pouvaient même le retrouver ce soir en cas de succès. En face, l’AS Monaco (19e, 13 points) ne quitte pas la zone rouge mais peut en sortir ce soir avec les trois points à la clé au Groupama Stadium. Pour ce match, Bruno Genesio s’appuyait sur un 3-4-1-2, le même onze qui avait débuté en Ukraine cette semaine en Ligue des Champions. Côté monégasque, Thierry Henry alignait un 5-3-2 avec notamment Falcao à la pointe de l’attaqué aux côtés de Golovin. Les Gones mettaient rapidement le pied sur le ballon, en tentant notamment un jeu long.

Après un premier corner tiré par Depay, Mendy allumait d’ailleurs la première mèche mais l’international français ne trouvait pas le cadre (5e). Mais la deuxième occasion était la bonne. Laissé libre par Henrichs ou encore Chadli, Traoré perçait la défense monégasque côté droit et centrait fort devant le but. Benaglio repoussait mais Aouar était présent pour devancer Glik et envoyer le ballon au fond des filets (6e, 1-0). Alors que les Monégasques n’arrivaient pas à créer le danger, malgré une tentative de lob de Falcao (14e), les locaux insistaient et Benaglio captait une frappe cadrée d’Aouar (15e). Fekir pensait ensuite obtenir un penalty pour une faute de Jemerson mais le capitaine lyonnais était hors-jeu (17e). Les Lyonnais imposaient leur jeu. Traoré faisait la différence mais Benaglio se montrait encore décisif, avant que Mendy n’envoie sa frappe au-dessus (27e). Présent dans son but, le portier suisse sortait ensuite une autre tentative d’Aouar (29e). Mais le dernier rempart de l’ASM ne pouvait pas tout faire. Tete redressait en effet un ballon au duel avec Badiashile et Fekir surgissait devant Jemerson pour faire le break (34e, 2-0). Le score était donc de 2-0 à la pause à l’avantage de l’OL, après un dernier coup-franc de Fekir (44e).

Aleksandr Golovin plombe l’ASM

Pour la deuxième période, les deux entraîneurs conservaient les mêmes joueurs, mais Thierry Henry allait rapidement revoir ses plans. Quelques instants après l’engagement, Golovin réalisait une semelle sur le mollet de Fekir. Après avoir sorti un avertissement, M. Turpin venait regarder le ralenti et adressait finalement un carton rouge à l’international russe (48e), qui laissait donc les siens à dix contre onze. Et juste derrière, Benaglio sauvait encore les meubles pour l’ASM. Sur un joli centre de Fekir, Denayer sautait plus haut que tout le monde pour placer un bon coup de tête, mais le gardien suisse sortait une incroyable parade sur sa gauche, se relevant rapidement pour devancer Aouar derrière (50e). Thierry Henry procédait alors à deux changements (53e) pour faire passer son équipe en 4-3-2 avec les entrées en jeu de Sylla (pour Badiashile) et Diop (pour Chadli). Mais en infériorité numérique, les Asémistes n’y arrivaient pas et l’OL enfonçait le clou.

Très bon dans cette rencontre, Tete réalisait un nouveau débordement et centrait à destination de Mendy. Arrivé lancé, l’international français envoyait le ballon dans le petit filet intérieur de la tête (59e, 3-0). Bruno Genesio faisait donc tourner ensuite avec la sortie de Traoré, remplacé par Dembélé (57e). De son côté, Thierry Henry lançait Massengo à la place de Pelé, totalement invisible durant toute la soirée (69e). Dans une fin de partie sans une seule occasion, Bruno Genesio apportait encore du sang neuf puisque Pape Diop remplaçait Aouar (79e) et Denayer cédait sa place à Terrier (85e). Après seulement une minute de temps additionnel, M. Turpin sifflait la fin de cette rencontre. L’Olympique Lyonnais s’imposait donc tranquillement 3-0 devant son public prenait la troisième place. L’AS Monaco restait à la 19e place.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Tete (7,5) le latéral néerlandais a apporté le danger durant tout le match. Lorsqu’il a été servi en bonne position, il a su se montrer dangereux, à l’image d’une bonne passe pour Traoré, qui a buté sur Benaglio (26e). Il a ensuite été décisif, s’arrachant pour offrir le deuxième but à Fekir (2-0, 34e). Défensivement, il a mis en grande difficulté les offensifs monégasques. En deuxième période, il a une nouvelle fois réalisé une passe décisive pour l’autre latéral, Ferland Mendy (3-0, 59e).

Olympique Lyonnais

- Lopes (6) : le portier portugais n’a rien eu à faire du match, hormis sur une frappe lointaine de Falcao où il a tenté de contrôler, sans toucher le ballon (14e). Il a capté sans souci une frappe cadrée de Tielemans (65e).

- Marçal (6) : le défenseur lyonnais a touché de nombreux ballons dans son camp et a bien participé à la construction du jeu. Il est en effet l’un des Lyonnais à avoir touché le plus de ballons (81), avec un taux de passes réussies de 94%. Un match tranquille pour l’ancien de Guingamp.

- Marcelo (6) : le Brésilien a également participé aux phases de possession de l’Olympique Lyonnais, et il a totalement éclipsé Radamel Falcao, incapable de créer le danger. Il s’est permis plusieurs longues ouvertures et a bien alimenté ses offensifs. Il est le joueur a avoir touché le plus de ballons du match (98).

- Denayer (6,5) : l’international belge a été serein défensivement, même s’il a été surpris en début de match par un grand pont de Chadli. Il s’est même permis une ouverture de près de 40 mètres sur le deuxième but lyonnais (2-0, 34e), et est passé proche de marquer, butant sur Benaglio (50e). Remplacé par Terrier (85e), qui ne s’est pas illustré, ne touchant aucun ballon.

- Mendy (7) : le latéral international a été très en vue dans son couloir, tentant d’apporter le danger à l’image d’une frappe qui est passée au-dessus (4e, 26e). Il s’est même mué en buteur de la tête, bien trouvé par Tete (3-0, 59e). Il s’est illustré avec beaucoup de courses vers l’avant, profitant de la lenteur de Raggi. Un bon match pour l’ancien Havrais.

- Aouar (7) : le milieu de terrain s’est rapidement distingué, ouvrant le score après un arrêt de Benaglio face à Traoré (1-0, 6e). Il a ensuite tenté à plusieurs reprises (15e, 29e, 41e, 50e), sans parvenir à trouver la faille. Un très bon match pour le crack français, ovationné à sa sortie et remplacé par Diop (79e), qui n’a rien eu à faire après son entrée en jeu.

- Tousart (5,5) : le milieu de terrain lyonnais a pu s’octroyer quelques montées offensives face à un bloc monégasque bien bas et très fébrile. Il s’est bien battu et a récupéré de nombreux ballons (14). Un match serein pour l’ancien Valenciennois, qui n’a cependant pas été assez en vue pour aider les siens.

- Tete (7,5) : voir ci-dessus

- Fekir (6,5) : le capitaine lyonnais a été très en vue ce soir. S’il s’est vu refuser un penalty (17e) pour un hors-jeu précédent, il a ensuite trouvé le chemin des filets, parfaitement trouvé par Tete (2-0, 34e), avant de buter sur Benaglio (44e). L’international français a ensuite participé aux offensives lyonnaises, nombreuses dans le second acte, sans parvenir à être décisif une seconde fois.

- Traoré (6) : l’attaquant burkinabé a mis dans le dur les défenseurs adverses grâce à sa vitesse. Il a d’ailleurs poussé Benaglio à la faute d’un extérieur du pied, permettant à Aouar d’ouvrir le score (1-0, 6e). Il a ensuite frappé mais Benaglio a été vigilant (26e). Un match correct pour Traoré, remplacé par Dembélé (67e), qui s’est illustré par plusieurs bons dribbles, sans parvenir à se montrer dangereux.

- Depay (4,5) : l’attaquant néerlandais a eu du mal à se montrer dangereux. Sa première action chaude a eu lieu juste avant la pause, mais il n’est pas parvenu à trouver l’ouverture (41e). Il a ensuite tenté une frappe du coin de la surface mais elle n’a pas accroché le cadre (67e). Un match difficile pour Memphis Depay.

AS Monaco

- Benaglio (5,5) : le meilleur joueur de l’AS Monaco ce soir. Après un premier arrêt sur un centre de Traoré, le portier suisse n’a rien pu faire derrière puisque le ballon est revenu sur Aouar pour l’ouverture du score (6e). Il n’a rien pu faire non plus sur le but de Fekir (34e). Mais le joueur de 35 ans a multiplié les arrêts derrière que ce soit face à Aouar (15e, 29e), Traoré (27e), Fekir (44e), Denayer (50e), Tete (73e) ou Tousart (74e). Sur le coup de tête de Mendy (59e), il a aussi dû s’incliner pour la troisième fois de la soirée.

- Raggi (2,5) : placé à droite de la défense à cinq, l’Italien de 34 ans n’a rien montré. Presque en manque de repères, l’ancien joueur de Bologne s’est montré trop imprécis dans ses transmissions et pas assez aggressif dans les duels. En deuxième période, il n’a pas été en vue, les Gones jouant toujours autant de l’autre côté.

- Jemerson (3) : après avoir mal débuté sa rencontre suite à une première relance dangereuse plein axe (3e), le défenseur brésilien s’est repris en réalisant une belle couverture (5e). Mais face aux assauts lyonnais, il a craqué en oubliant Fekir qui l’a devancé sur le deuxième but (34e). Tout comme son coéquipier à côté de lui, il a tenté de montrer un meilleur visage au retour des vestiaires.

- Glik (3) : tout comme Jemerson à ses côtés, l’international polonais a très mal lancé son match puisqu’il a laissé Aouar ouvrir le score après un arrêt de Benaglio (6e). Il a ensuite retrouvé quelques couleurs, avec notamment une belle couverture de la tête (28e). Après la pause, le joueur de 30 ans a fait ce qu’il a pu pour éviter la catastrophe.

- Badiashile (4) : le jeune défenseur de l’AS Monaco n’a pas été le plus mauvais de son équipe. Présent pour repousser un centre tendu de Fekir (4e), il a ensuite essayé de repousser les assauts lyonnais mais a été surpris par Tete sur le deuxième but adverse (34e). Il n’a ensuite pas eu le temps de se montrer au retour des vestiaires, Thierry Henry le remplaçant par Sylla (53e) pour un changement tactique.

- Henrichs (2) : tout comme son coéquipier de l’autre côté du terrain, l’international allemand a pris l’eau dans son couloir face à Tete et Traoré. En retard dans son couloir face au second sur le premier but (6e), il a également été pris dans le dos sur le break lyonnais lors de la passe de Denayer dans la profondeur (34e). Et les affaires ne se sont pas arrangées pour lui en deuxième période, puisque Tete a encore été servi devant lui pour centrer à destination de Mendy, auteur du troisième but (59e). Une soirée cauchemardesque.

- Pelé (2) : l’international bissaoguinéen a livré une première période catastrophique. Avec seulement huit ballons joués, il a eu le temps d’en perdre la moitié (il a gagné les quatre autres). Il n’a donc eu aucune influence dans le jeu. Avec finalement trois ballons touchés en plus après la pause, le joueur de 27 ans a ensuite laissé sa place à Massengo (69e), qui a apporté un peu plus de solidité dans l’entrejeu.

- Tielemans (4,5) : placé en tant que sentinelle devant la défense, le milieu belge s’est rapidement montré disponible pour tenter d’organiser le jeu monégasque. L’ancien joueur d’Anderlecht est celui qui a touché le plus de ballons à l’ASM. En deuxième période, il a tenté sa chance à deux reprises, dont la seule frappe cadrée des siens (65e).

- Chadli (3) : l’international belge n’a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent au milieu puisque les Gones ont pris le dessus dans l’entrejeu. Sur le plan défensif, il a laissé trop d’espaces à Traoré lors de l’ouverture du score (6e). Seule satisfaction de la soirée : l’ancien de West Bromwich Albion a réussi 100% de ses passes. Remplacé par Diop (53e).

- Falcao (3) : le capitaine monégasque, qui restait sur un doublé face à Amiens (deux penaltys), a connu un tout autre match ce dimanche. S’il a tenté de lober Lopes (14e), c’est bien la seule chose qu’il a pu réaliser. Le Colombien n’a jamais été trouvé par ses coéquipiers, et le match a dû être très long pour lui...

- Golovin (2,5) : avec seize ballons touchés en tout, on peut se dire que l’international russe ne s’est pas beaucoup montré, mais l’ancien joueur du CSKA Moscou a tenté de donner du rythme balle au pied, comme sur une belle percée sans danger cependant pour la défense lyonnaise (32e). Revenu sur la pelouse après la pause, il a juste eu le temps de mettre une semelle à Fekir sur le mollet. Après avoir sorti le carton jaune, M. Turpin est revenu sur sa décision pour sortir le rouge (48e). Un match à oublier donc.