Le match d’hier soir entre Nîmes et l’Olympique Lyonnais a été très animé. Vainqueurs sur le score de 4 buts à 0, les Rhodaniens se sont bien relancés après leur défaite à domicile face au LOSC (0-1) et ont engrangé un peu de confiance avant la réception décisive du RB Leipzig en Ligue des Champions. Cependant, le scénario de la rencontre a provoqué plusieurs réactions très marquées aux Costières. Avec l’arbitre, M. Thual, dans le rôle principal.

Ça a commencé dès la 5e minute. Théo Valls et Maxence Caqueret vont au duel, le Nîmois écope alors d’un carton rouge, l’arbitre jugeant qu’il arrive sur le Lyonnais avec le pied en avant. Première consternation sur le banc nîmois. Neuf minutes plus tard, Bertrand Traoré s’écroule dans la surface après un contact avec Pablo Martinez. Penalty généreux pour les Gardois, les Gones estiment, eux, que le défenseur fait faute… de la fesse. Memphis Depay ne se fait pas prier pour transformer la sanction et met l’OL sur orbite.

Deux décisions qui font mal à Nîmes

Tendus, remontés, les hôtes de la rencontre ont ensuite perdu le fil du match lorsque Gaëtan Paquiez, trois minutes après avoir été averti (38e), a pris un deuxième jaune suite à un tacle mal contrôlé sur Rafael (41e). À la pause, Nîmes était donc réduit à 9 et mené (0-1). De quoi provoquer de grosses tensions entre ses supporters et la délégation lyonnaise. Au final, la lanterne rouge du championnat a encaissé la deuxième plus grosse défaite de sa saison (0-4), quelques jours seulement après le 6-0 reçu à Bordeaux.

Un revers au goût amer pour les Nîmois. « C’est gros, c’est trop gros. Je le vois très bien faire son petit crochet entre deux joueurs, et il vient s’empaler sur moi », a pesté Pablo Martinez à l’issue du match, en revenant sur sa faute sifflée sur Traoré. Un sentiment d’injustice partagé par son coach Bernard Blaquart. « Au bout de quelques minutes à dix contre onze contre Lyon, c’est compliqué. Puis un penalty derrière, une deuxième exclusion : c’est fini. Le rouge (reçu par Valls), il peut le mettre. Mais, au bout de quelques minutes, il peut aussi mettre un jaune parce que le joueur se relève, il n’y a pas de blessure. Mais le penalty... Regardez les images, il n’y a jamais penalty ». Un avis que ne partage sûrement pas l’arbitre du match.